Professeur décapité dans les Yvelines : une lutte de civilisation!

Professeur décapité dans les Yvelines : Une lutte de civilisation!

Vendredi 16 octobre 2020 un professeur d’histoire a été assassiné, décapité au cri traditionnel de l’invocation d’un dieu dont la vénération semble menacer toute la culture mondiale qui ne s’en recommanderait pas.

Ce professeur d’histoire a été assassiné pour avoir essayé d’expliquer à ses élèves la liberté de conscience et la liberté de parole, autour des fameuses #caricatures de Mahommet, publiées une première fois par un journal danois, et republiées à trois reprises par #CharlieHebdo.

Ce professeur avait pourtant pris des précautions allant au-delà du raisonnable républicain dans son cours, en invitant ses lycéens sensibles de la liberté d’expression religieuse à quitter son cour pour ne pas être perturbés par la lumière de son enseignement. Ce professeur s’était de lui-même mis en mode soumission à l’autre!

[Mode soumission à l’autre activé]

Attention : je vais risquer de choquer votre âme anti-républicaine dans un cours destiné à vous apprendre la liberté d’expression et la liberté de conscience. Vous êtes donc libéré de ce cours et vous pouvez aller jouer!

[Mode soumission à l’autre désactivé]

Ces précautions oratoires ne l’auront pas suffisamment protégé, puisque, malgré ou plutôt à cause de ces précautions, il s’est trouvé des parents pour dénoncer l’insupportable atteinte à l’image de leur religion et de leur prophète, et à porter plainte!

Et le professeur, menacé de mort comme il était prévisible qu’il le soit face à ces populations anachorètes et anachroniques, a honteusement été lâché par son établissement, ses paires, son académie et son Ministre qui ne l’ont ni protégé ni accordé une protection fonctionnelle immédiate.

Le résultat en a été un acte d’affirmation d’une foi anti-démocratique, anti-républicaine et farouchement anti-française, par un individu tchétchène d’à peine 18 ans, connu des services de police mais pas fiché S. Encore un danger public à bas bruit, produit allogène non-soluble dans notre civilisation qui prône le respect de l’autre en tant qu’individu et de ses idées en tant que constructions intellectuelles, face à des populations qui prônent la soumission aveugle à un prophète et l’absence de respect de l’individu ou de ses idées.

Le conflit de civilisation est tel qu’il n’est plus possible d’espérer le résoudre autrement que par une réaction forte, presque brutale, des Etats occidentaux, et de l’Etat français en particulier.

[Mode invective à nos dirigeants activité]

  • Il faut imposer comme une donnée acquise, à tous les habitants ou visiteurs de notre territoire, la supériorité absolue de notre mode de vie, et de notre civilisation, sur tout autre mode de vie et toute autre civilisation, dans notre territoire.
  • Il faut rendre obligatoire l’acceptation de la possibilité de la critique des dogmes religieux.
  • Il faut rendre obligatoire l’acceptation de la possibilité du blasphème.
  • Il faut imposer à tous les collégiens, à tous les lycéens, à tous les parents d’élève, à tous les candidats à l’immigration … la reconnaissance de la possibilité de critiquer tel prophète ou tel dogme religieux.
  • Il faut imposer à l’Education Nationale un programme de sortie de crise, qui obligerait tous les élèves à participer à une réflexion commune sur la critique des dogmes religieux et la critique de tous les prophètes.
  • Il faut imposer le principe qui paraît évident à tous, rappelé par Saint Ambroise au 4ème siècle de notre ère : A Rome, vis comme les romains!

Si fueris Romae, Romano vivito more, si fueris alibi, vivito sicut ibi. (Ambroise de Milan, Saint Ambroise, avocat, préfét de Milan puis évèque de Milan, IVe siècle),

Si tu es à Rome, vis comme les romains, si tu es ailleurs vit comme on y vit.

  • En d’autres termes : Adopter les règles du lieu où l’on se trouve…

[Mode invective à nos dirigeants désactivité]

Pour l’anecdote, la cause de ce principe était une question de droit : L’empereur Augustin demandait à Ambroise, préfet de Milan et évêque de Milan, quel jour devait être le jour de repos hebdomadaire. Rome retenait le Dimanche, et Milan le Samedi. La réponse d’Ambroise parle d’elle-même.

Toujours pour l’anecdote, ce principe d’adopter les lois locales a été imposé à un peuple très particulier, qui adopte un culte tout aussi particulier : le peuple hébreu, dont la religion juive impose de respecter les lois locales, lesquelles sont bien placées, légalement, au-dessus de sa religion.

C’est pour dire que ce principe, qui participe à la fondation de notre culture européenne ou occidentale, est un principe fort, et qu’il faut le rappeler « urbi et orbi« … C’est au nom de ce principe qu’un occidental accepte d’adopter les usages des peuples qu’il visite ou dans lesquels il s’installe. Mais c’est aussi au nom de ce principe que l’occident doit imposer aux populations qui lui rendent visite ou s’installent sur son territoire, d’adopter nos règles, nos usages et nos modes de pensée avant toute autre règle, usage ou pensée.

Injonctions contradictoires? A ce stade on pourrait penser que l’Occident s’est créé autour d’injonctions contradictoires :

  • Respecter les coutumes du lieu où l’on vit,
  • Aimer son prochain comme soi-même
  • Respecter l’Etranger
  • Reconnaître la liberté de pensée et de culte…

Je n’y vois rien d’incompatible. Notre coutume est d’autoriser la liberté de pensée et de culte, et de respecter l’autre, en tant qu’individu et parce qu’il est « autre » ou « étranger ». Notre civilisation accorde des droits protecteurs à l’Etranger, parce qu’il est étranger. C’est tout à notre honneur.

Mais ces droits sont conditionnés au principe premier : respecter les coutumes, usages et lois de notre civilisation. C’est à l’autre (étranger ou citoyen) de se mettre au diapason et d’accepter NOS lois et NOS coutumes. Et s’il s’y refuse, la porte lui est grande ouverte. Qu’il quitte le territoire dont il refuse les lois!

C’est en cela que l’Etat va avoir du travail : à rappeler aux citoyens, nationaux ou étrangers, et aux « invités » temporaires, que nos lois et notre culture s’imposent à tous sur notre territoire et que quiconque veut s’y installer doit s’y « soumettre ». En corollaire, l’Etat doit être redoutablement intransigeant à l’encontre de ceux, citoyens, nationaux ou étrangers, qui refusent notre mode de vie. Ces personnes sont des menaces pour notre tranquillité et notre sécurité. S’ils refusent notre culture et notre civilisation, ils n’ont rien à faire sur notre territoire.

Qu’on ne me parle pas de xénophobie. Notre culture repose sur l’acceptation de l’autre, xenos ou allogène ou pas. Mais cet autre, différent de moi, que je dois aimer comme un frère, et qui me ressemble comme un frère, doit aussi se comporter comme moi chez moi.

D’autres pays adoptent un slogan plus simpliste : « America, Love it or Leave it! » Tout est dit, dans un pays d’immigration : On ne doit pas venir en France pour critiquer sa civilisation, mais pour s’y intégrer (non ce n’est pas un gros mot).

2kismokton ? Comme d’habitude j’ai encore l’impression qu’on se moque du peuple!

Quel est le dimensionnement normal du Service Public de la Santé?

Quel est le dimensionnement normal du Service Public de la Santé?

 

Lorsque j’étais étudiant, et même lors de ma (trop brève) expérience publique, au service du Centre Français du Commerce Extérieur, on expliquait que le Service Public devait être dimensionné pour le « besoin maximum ».

Donc qu’il était normal qu’un service public soit déficitaire en temps ordinaires puisqu’il était théoriquement surdimensionné.

 

On a vu ce qu’il en a été de l’Ecole Publique, où le surdimensionnement ne concerne pas les professeurs,

On a vu ce qu’il en a été de la Défense Nationale, dont les militaires partaient en OpEx sans même être payés, sans même avoir leur dotation matérielle complète…

 

On voit à présent ce qu’il en est de la Santé… où le sous-dimensionnement est connu depuis 30 ans, mais où l’Administration considérait que le médecin était générateur de coûts là où il était surtout dispensateur de soins ;

  • Aujourd’hui la France manque de médecins, mais conserve un numérus clausus rigoureux pour la formation des nouveaux médecins.
  • Aujourd’hui la France manque de soignants
  • Aujourd’hui la France manque de masques et de gants, pour parer à une épidémie virale pandémique majeure ;
  • Aujourd’hui la France manque de respirateurs, pour répondre aux besoins de sa population ;
  • Le seul excès dont souffre le service public de la santé aujourd’hui, c’est probablement ses ministres et son ministère… !

 

Quels sont donc les bons dimensionnements d’un Service Public ? A quoi le citoyen est-il en droit de s’attendre ? Et sur quel principe légal ?

 

La notion du service public a longuement évolué, et il est à présent acquis que le Service Public s’entend soit dans une conception nationale, (Art.34 al2 Constitution 1958 : La loi fixe … les règles concernant : … la création de catégories d’établissements publics) avec une dissociation entre les SPA – Services Publics Administratifs et ceux qui gèrent une activité économique, les SPIC –  Industriels et Commerciaux, puis éventuellement les Services Public à Vocation Sociale

Si les catégories de services publics sont créées par la loi, leur institution relève du pouvoir règlementaire et dépend des seuls Ministres compétents. De même que leurs règles de fonctionnement.

 

L’Union Européenne a élaboré une théorie un peu plus éloignée des Services Publics : les Services d’intérêt Général (SIG) et les Services d’Intérêt Economique Général (SIEG). Voire de « Service Universel ».

 

Au-delà de la théorie des services publics, se pose la question de leur fonctionnement, de leur gestion et de leur dimensionnement.

 

Sur ce point, il faut revenir à certains principes de base du droit public :

Un Service Public doit répondre « effectivement » aux besoins collectifs. Il s’en suit trois principes

  • Le principe d’égalité (qui est devenu le principe de neutralité et ou de laïcité)

Au nom de ce principe, un Service Public doit garantir l’égalité d’accès et l’égalité de traitement. Toutefois des discriminations sont admises entre les usagers si elles concernent des situations objectivement différentes. Le traitement inégalitaire peut être accepté au nom de l’intérêt général.

  • Le principe de continuité L’intérêt général suppose qu’un Service Public soit accessible à tous, au nom de la permanence de l’Etat, même s’il n’est pas accessible « tout le temps ». Au nom de la continuité du service public découle la Continuité Territoriale du service public, qui assure aux citoyens un accès minimum à l’ensemble des services publics, en tout point du territoire, aux frais de l’Etat. Au nom de ce principe, l’exercice du droit de grève est encadré dans la Fonction Publique.
  • Le principe d’adaptabilité (mutabilité) L’intérêt Général impose que le Service Public puisse s’adapter aux circonstances de temps et de lieu, évoluer et suivre les besoins du Public. Ainsi le Service Public va s’adapter aux révolutions technologiques ou sociales. Il peut même disparaître si le besoin social disparaît.

 

Dans aucun de ces trois principes essentiels, n’apparaît la « gratuité » du Service Public. De fait la gratuité n’est pas un principe de fonctionnement du Service Public.

  • Certains Services Publics sont naturellement gratuits pour l’usager (Police, Défense Nationale, l’Education Nationale obligatoire).
  • D’autres services publics peuvent exiger une redevance de l’utilisateur.
  • D’autres services publics, les SPIC, ayant un objectif industriel ou commercial, peuvent avoir un objectif de rentabilité.

 

 

Comment déterminer le dimensionnement minimum d’un service public ?

 

Au nom de la règle d’adaptabilité, le dimensionnement normal du Service Public est lié aux circonstances de temps et de lieu. Le Service Public doit s’adapter aux besoins.

 

En conséquence, le Service Public doit être capable de répondre aux besoins maximums du territoire sur lequel il est compétent.

 

Au nom de la règle d’égalité, le dimensionnement normal du Service Public doit permettre un égal accès à tous les citoyens. Il s’agit là du corolaire du principe d’égalité devant les charges publiques L’accès peut être différencié selon les situations, mais l’accès doit concerner tous les citoyens.

En conséquence, le Service Public doit être capable de répondre aux besoins de tous les citoyens susceptibles d’y recourir, sur son territoire.

 

Au nom de la règle de continuité du service public, le Service Public doit être disponible en tout point du territoire national. Et les surcoûts induits par l’éloignement sont alors supportés par l’Etat au nom de la Continuité Territoriale.

 

La confrontation de ces principes peut être résumée en un seul principe : le Service Public doit être dimensionné pour répondre aux besoins maximums de la population. Un dimensionnement moindre violerait

  • Le principe d’égalité devant les charges publiques
  • Le principe de continuité du Service Public en cas d’affluence
  • Le principe d’adaptabilité aux circonstances de lieu et de temps

 

Au vu de ces règles rappelées brièvement, quel est le niveau que le Citoyen français est en droit d’attendre du Service Public de la Santé ?

 

  • Un dimensionnement suffisant des soignants

Ce dimensionnement peut être assuré par tous moyens, y compris la réquisition du service privé, l’embauche de soignants intérimaires, et le rappel de la « réserve » citoyenne des retraités des professions de santé. Ce point est acquit.

 

  • Un dimensionnement suffisant des équipements

Le dimensionnement suffisant ne signifie pas que chaque hôpital doit pouvoir accueillir la totalité de la population de son territoire. Mais il signifie que les services de santé doivent disposer des moyens de compléter le niveau d’équipement dans un temps compatible avec les besoins du service.

Ainsi, les services de traumatologie peuvent-ils être sous-dimensionnés dans les périodes creuses des transhumances autoroutières, mais ils doivent au contraire se renforcer pendant les périodes de vacances.

Ainsi, les services de pathologies respiratoires peuvent-ils être sous-dimensionnés dans les périodes creuses (habituellement jusqu’en janvier) pour se renforcer lorsque la période d’épidémie saisonnière des affections respiratoires arrive.

 

  • Un dimensionnement suffisant du matériel de première urgence

Le dimensionnement des stocks de première urgence doit être adapté aux risques connus. Le risque évoluant en permanence, le dimensionnement des stocks doit être réévalué en permanence (principe d’adaptabilité).

 

En considération de ces principes, le citoyen est en droit d’attendre d’un Service Public de la santé, un niveau de dimensionnement suffisant pour répondre au pic de la demande sanitaire, quitte à recourir aux services privés ;

 

La crise sanitaire de la pandémie du Covid19 met en évidence à quel point le Service Public de la Santé a été sous-dimensionné par les différents Ministres de la Santé qui se sont succédé depuis 30 ans.

 

En effet l’épidémie du COVID19 n’est pas une situation imprévisible et irrésistible constitutive d’un cas de force majeure exonérant l’Etat :

 

La France (et le monde en général) a connu, en 120 ans, 8 épidémies mortelles majeures jusqu’à la pandémie du Covid19 de novembre 2019.

  • En 1889, une première pandémie de grippe dite « Grippe Russe» tue 1 million de personnes dans le monde dont 250.000 en Europe. Les scientifiques établiront un modèle de propagation de cette pandémie, lié à la connectivité entre les villes (voies ferrées, routes, canaux ou ports maritimes) indépendamment des modes de transport[1].
  • En 1918, l’épidémie de « grippe espagnole » à H1N1 avec le retour des Poilus et des réfugiés de guerre dans leurs foyers : 20 à 50 millions de morts selon les historiens, dont 2,3 millions en Europe. Ce virus était nouveau et n’a pas rencontré de populations immunisées. En janvier 2006, le CDC américain a publié une analyse dans laquelle il considère que l’épidémie de grippe à H1N1 de 1918 a infecté 27% de la population mondiale de 1918 et a tué entre 2% et 10 % des populations infectées. Soit entre 0,5% et 2,7% de la population européenne. [2]

Un article de The Lancet de 2006 a fait le point sur cette épidémie pays par pays.[3]

En octobre 2019, l’Institut Pasteur rappelait les causes de l’épidémie de grippe et les moyens de prophylaxie ou de prévention.[4]

  • En 1957, l’épidémie de « Grippe asiatique » à H2N2 fait 1 millions de morts selon l’OMS.[5] Une analyse démographique poussée de Roland Pressat retient 11 899 décès par grippe en France[6]. D’autres sources citent 100 000 victimes en France mais les sources scientifiques sont complexes.
  • En 1968, la Grippe de Hong-Kong, pandémie à H3N2 fait près de 3 millions de décès dans le Monde selon l’OMS.[7] Le nombre de décès en France est estimé autour de 31.800 décès. Le chiffre est difficile à établir car il n’y avait pas de recensement des cas de décès par grippe en France en 1968/1969. Toutefois l’étude de Sohier et Henri présentée à l’OMS en 1960[8] indique un taux de contamination de 24% de la population testée, et une mortalité spécifique recensée à 10 453 victimes.

Pour la grippe de Hongkong, et son retour au début de l’hiver 1969, une campagne de vaccination massive a été faite. Mais le vaccin était inefficace. Il ne comportait pas la bonne souche virale (H3N2). Pire, Claude Hannoun accuse l’Etat français d’avoir perdu 18 mois de réaction.[9] La pénurie de vaccins s’est installée…[10]

Selon l’épidémiologiste Antoine Flahault, « la grippe de Hongkong est entrée dans l’histoire comme la première pandémie de l’ère moderne. Celle des transports aériens rapides. »

  • En 1977 une épidémie dite Grippe de Russie, à H1N1 a circulé sans avoir un fort taux de mortalité en raison de la présence immunitaire encore importante liée à l’épidémie de 1918.
  • En 2002, une nouvelle pandémie, à coronavirus, SARS-CoV, est apparue, le SRAS. Faible mortalité mais très forte réaction sanitaire des différents pays concernés.
  • En 2009, une nouvelle souche A-H1N1pdm09 mixant des composants génétiques porcins et aviaires aux composants humains, née développe une nouvelle pandémie. Son taux de contamination est important. Le taux de complications sévères est de 2 à 3%. Toutefois sa mortalité est inférieure à la grippe saisonnière sauf pour les populations non-immunisées (enfants et jeunes adultes). La réaction des autorités sanitaires a été très forte, notamment en France qui a vacciné sa population en masse.
  • En 2013, l’épidémie du virus Ebola menace le monde. Elle a été très limitée par la très forte réduction du trafic aérien en provenance des pays touchés.[11]

 

Ainsi, s’il est fait abstraction des périodes des deux guerres mondiales qui ont nécessairement écrasé les données, le Monde connaît une pandémie mortelle majeure tous les 10 ans. La France n’étant pas coupée du Monde, reçoit cette pandémie avec la régularité d’une horloge suisse. Mais la différence dans le taux de mortalité entre chaque pandémie tient à la préparation des autorités sanitaires :

  • En 1918, au sortir de la 1ère Guerre Mondiale, il n’y avait ni vaccin ni organisation de contrôle.
  • En 1957, dans la reconstruction de l’après 2ème Guerre Mondiale, les premiers vaccins existaient mais la mortalité de la grippe à H2N2 était due à l’absence d’immunité.
  • En 1968, en plein âge d’or économique, la France a perdu 18 mois de réaction à l’épidémie en ne développant pas assez de vaccins. Les épidémiologistes estime la surmortalité due au manque de vaccin à 50% des morts effectives.
  • En 1977 et 2002, si la pandémie est marquée, le taux de mortalité reste faible en raison de la forte réaction sanitaire des pays.
  • En 2009, la France sur-réagit à l’épidémie annoncée. Elle a acheté massivement des stocks de vaccins, de masques et d’équipements de protection individuel pour les soignants (1 Mrd de masques et lunettes antiprojection). L’épidémie est contrôlée en France en partie grâce à cette surréaction qui sera très fortement reprochée au Ministre de la Santé d’alors, Mme Roselyne BACHELOT.
  • En 2013, face au risque de propagation mondiale du virus Ebola, les vols internationaux sont réduits dans une proportion de 80%, ce qui a permis de limiter le risque de propagation à 12%.
  • En 2019, les autorités sanitaires mondiales sont aux abonnés absents :
    • Le ministre français de la Santé renonce à exercer ses prérogatives et ment aux français
    • Le gouvernement français, dans l’incapacité de répondre aux besoins d’équipement de protection individuelle (masques, gants, gel hydroalcoolique) se mure dans un autisme politique incompréhensible et ment aux français, faute de pouvoir les protéger.
    • L’OMS tarde à déclarer l’épidémie priorité sanitaire mondiale. Elle attendait que les morts dépassent les seuils requis. Aucune fermeture des frontières aériennes n’est prise. La pandémie est mondiale et déborde toutes les autorités sanitaires.

 

Prévisibilité : L’exposé qui vient d’être fait prouve que la France devait anticiper le risque de pandémie majeure. Sans compter les nombreux articles scientifiques qui ont été publiés depuis 15 ans, alertant les autorités sanitaires sur le risque d’impossibilité de faire face en cas de virus nouveau, la France ne pouvait pas ignorer le fait que les virus mutent et que tous les 9/10 ans, une nouvelle souche apparaît.

Les médecins attendaient cette nouvelle souche mortelle. Pas les ministres ! Mais le virus nouveau n’était pas imprévisible.

 

Non-irrésistibilité : Un virus nouveau est biologiquement irrésistible. Toutefois les règles de prévention et de prophylaxie sont connues depuis longtemps. L’Institut Pasteur avait publié des règles d’évitement depuis la pandémie de 2002. En 2009, les règles d’évitement ont été appliquées systématiquement par les soignants. Il suffisait de fournir aux soignants les maques et gants en quantité suffisante. Mais les stocks d’EPI n’étaient pas suffisants. En effet, le Ministre de la Santé Marisol< Touraine a eu l’excellente idée de détruire la moitié du stock de masques constitué par le ministre Roselyne Bachelot

A la fin de son mandat en 2011, Xavier BERTRAND Ministre de la Santé de Nicolas Sarkozy laissait un stock de 1,4 milliards de masques dont 600 millions de FFP2.

Marisol TOURRAINE, Ministre de la santé de 2012 à 2017, reconnaît que les stocks ont diminué à 730 millions de masques chirurgicaux et 75 millions de masques FFP2 en 2015 ! Soit une perte du stock de 87,5% ! En 2020, sous le mandat d’Agnès Buzyn, ce stock avait disparu. il n’en restait que 150 millions et aucun FFP2 ![12]

Le 16 mai 2013, le Haut Conseil à la Santé Publique établit une doctrine de protection des travailleurs face aux maladies hautement pathogènes à transmission respiratoire[13], et présente le besoin de masques FFP1, FFP2 et FFP3…

Toujours en 2013, la doctrine de santé publique impose une décentralisation des stocks de masques FFP2. Le contrôle des stocks stratégiques n’est donc plus possible par l’Etat.

L’imprévision des gouvernements successifs ne peut pas être assimilée à l’irrésistibilité de la force majeure. Ce n’est qu’une preuve comme beaucoup d’autres de l’incompétence absolue des ministres de la santé depuis 2013…

 

La pandémie du Covid19 marque une crise sanitaire insupportable pour la 5ème puissance mondiale : l’imprévision politique et la non-préparation sanitaire.

 

Pour répondre à la question de savoir si le Service Public de la Santé était suffisamment dimensionné, la réponse est évidemment non.

  • Le manque de soignants était connu,
  • Le risque d’épidémie était connu,
  • Le besoin d’équipement était connu,

 

Preuve que le Service Public de la Santé français a très largement fait défaut.

Un autre débat sera de savoir pourquoi la France, comme tous les pays occidentaux, a renoncé à toute production stratégique (de respirateurs, de masques, d’EPI) au profit de « l’Usine du monde » qu’est devenue la Chine.

 

A ce stade d’imprévision, il n’y a pas de doute : les derniers Ministres de la Santé se sont bien moqués de nous…

 

Ariel DAHAN, Avocat,

Le 5 avril 2020

 

Lire aussi Responsabilité des Ministres de la Santé en cas de mensonge sanitaire

[1] T Valleron, Cori, Valtat & Meurisse, “Transmissibility and geographic spread of the 1889 influenza pandemic”, PNAS, vol.°107 n°19 du‎ 11 mai 2010, p 9778-8781(PMID 20421481, PMCID 2889325, DOI 10.1073/pnas.1000886107, https://www.pnas.org/content/107/19/8778.full

[2] Jeffery Km. Taubenberger, David M. Morens, « 1918 Influenza: the Mother of All Pandemics », Emerging infecteous diseases journal,‎ janvier 2006. https://wwwnc.cdc.gov/eid/article/12/1/05-0979_article

[3] Christopher JL Murray et All., « Estimation of potential global pandemic influenza mortality on the basis of vital registry data from the 1918—20 pandemic: a quantitative analysis », The lancet, vol. 368, no 9554,‎ 23 décembre 2009, p. 2211-2218. https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(06)69895-4/fulltext

[4] https://www.pasteur.fr/fr/centre-medical/fiches-maladies/grippe

[5] Grippe : sommes nous prêts ? https://www.who.int/fr/influenza/spotlight

[6] Pressat Roland,La situation démographique, In : Population, 15ème année, n° 3, 1960. Pp 517-543 https://www.persee.fr/docAsPDF/pop_0032-4663_1960_num_15_3_6660.pdf

[7] http://www.euro.who.int/en/health-topics/communicable-diseases/influenza/pandemic-influenza/past-pandemics

[8] R.Sohier & M. Henry, Epidemiological Data on Hong Kong Influenza in France, Discussion Papers Session 1, Bulletin OMS, https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2427732/pdf/bullwho00220-0068.pdf

[9] https://www.latribune.fr/journal/edition-du-2310/enquete/294119/1968-1969-l-histoire-se-repete.html

[10] Le Monde du 5 décembre 1969

[11] Assessing the international spreading risk associated with the 2014 West African Ebola outbreak https://www.mobs-lab.org/ebola.html

[12] Déclaration de Marisol Touraine à Libération le 23 mars 2020 – https://www.liberation.fr/direct/element/masques-disparus-marisol-touraine-se-defend_111102/

[13] https://www.economie.gouv.fr/files/files/directions_services/hfds/Documents/doctrine_de_protection _des_travailleurs_face_aux_maladies_hautement_pathogenes_a_transmission_respiratoire.pdf

Universités du 93, nid de l’antisémitisme islamiste

Après Paris 8 (Saint-Denis) La Faculté de Paris 13 est devenu  haut lieu de l’antisémitisme universitaire sur fond d’antisionisme.

Les étudiants et professeurs de Droit le savent à leurs dépends. Impossible d’y faire respecter le principe de laïcité. Ceux de sciences humaines également. Les insultes et menaces contre les professeurs étaient sues du Doyen. Elles étaient publiques et notoires.

Paris 8 s’est notamment fait une réputation pour son racisme anti-blanc dans toute la structure de la faculté (des employés aux étudiants en passant par certains professeurs et une partie coupablement consentante de la direction)! Elle excellait également dans la haine raciale anti-juive et anti-israélienne.

A présent, c’est la faculté de médecine de Paris 13, qu’on croyait naturellement protégée des dérives fascistes, qui incite publiquement à la haine raciale antisémite. Un WE d’intégration nommé « Auschwitz 2019 », des saluts nazis, des insultes et menaces de mort, des lancés de kippa… le tout sous la bienveillance criminelle de deux Professeurs de médecine et la nonchalance coupable du Doyen.

« Il y a quelque chose de pourri » dans les universités française, peut-on penser à minima. Ce qui est inquiétant c’est que ces dérives ont été annoncées il y a plus de 10 ans, et que plus aucun universitaire sérieux n’accepte de se rendre dans les universités du 93.

L’intégration à la française ce n’est pas la Dhîmitude. Ce n’est pas non-plus le fascime- islamiste. Et l’antiracisme d’aujourd’hui a les mains (sinon les cuisses) aussi sales que les fascistes des années 30.

Aujourd’hui le danger n’est plus à droite, ni même à l’extrême-droite (qui n’a jamais caché son discours). IL est bien à gauche, à l’ultra-gauche et à l’extrême-gauche, qui prônent une égalité faussée (égalité pour tous sauf pour les blancs et les juifs).

A force de complaisance et de tolérance pour les ennemis de la République, c’est notre univers qui vacille. Il est urgent que la France se ressaisisse et qu’elle impose son modèle social et politique à toutes les personnes qui y demeurent.

Dire et penser autrement, c’est tout simplement se moquer du peuple français, et de sa culture humaniste. C’est dévoyer nos auteurs, notre « siècle des lumières », nos penseurs. C’est tuer la France.

2kismokton? Aucun doute! C’est de vous, de nous, de moi!

Benalla, la malédiction du pouvoir

Benalla, la malédiction du pouvoir

Galon Lieutenant-Colonel de Gendarmerie - services administratifs

Lieutenant-Colonel de Gendarmerie – services administratifs

D’où qu’il vienne, le pouvoir nouvellement installé commet les mêmes erreurs. En dépit de ses promesses de transparence et d’honnêteté adamantine, et quelle que soit sa couleur politique, il subit la malédiction du pouvoir : se croire intouchable et se permettre l’anormal au prétexte de l’euphorie de la victoire politique.

L’affaire BENALLA en est le dernier exemple en date, et elle s’applique à un pouvoir politique qui s’estime ouvertement supérieur aux règles existantes, car issu d’une volonté de « dégagisme » à l’encontre des vieilles formations politiques.

Qui est A.Benalla

Alexandre BENALLA, conseiller du président Macron, est connu actuellement en tant qu’officier gradé de la Gendarmerie Nationale, au grade de « Lieutenant-Colonel » de la réserve opérationnelle à 26 ans seulement! Un grade d’officier supérieur conférant un pouvoir de commandement à 26 ans, dans un corps où l’évolution est lente et se fait, pour les officiers, à concurrence de leurs engagements.

Auparavant, il s’est distingué pour être un garde du corps improvisé du parti socialiste et du mouvement En-Marche, où il accompagnait le candidat Macron dans tous ses déplacements, sous le poste de conseiller sécurité…

Sa formation et sa qualification en sécurité? Elles sont des plus succinctes:

  • passage de quelques semaines dans une société de sécurité marocaine
  • évocation d’un master en droit (mais lequel?)
  • premier poste au service d’ordre de F.Hollande pendant sa campagne de 2012
  • deuxième poste de responsable de sécurité au service de Martine Aubry
  • une semaine chauffeur d’A.Montebourg, placé par le SPHP. Le Ministre s’en sépara pour faute grave, suite à un comportement délictuel (il aurait voulu commettre un délit de fuite après un accident de voiture en présence du Ministre)
  • troisième poste de responsable de sécurité d’E.Macron pendant sa campagne de 2017.

L’élection obtenue, BENALLA se retrouve propulsé au poste d’Adjoint au chef de cabinet du Président de la République, en qualité de chargé de mission sécurité. Ascension fulgurante, qui va au-delà de ses états de services.

Comportement de A.BENALLA

M. Benalla s’est taillé une réputation de violence et de comportement inapproprié, bien avant d’être titulaire de son poste à la Présidence. Son passé professionnel montre une obsession étonnante pour la violence et la sécurité.

  • L’épisode Montebourg, qualifié par le Ministre de « faute professionnelle d’une première gravité » (source Le Monde) éclaire sur sa capacité à vouloir dissimuler ses erreurs et fuir ses responsabilités;
  • Pendant la campagne présidentielle il malmène régulièrement les journalistes qui le surnomment Rambo (source rtbf);
  • En 2016 il était déjà accusé d’avoir frappé et blessé un manifestant communiste à Bobigny;
  • Pendant la campagne présidentielle il présente des dépenses anormales et des notes de frais abusives. (Source Macron leaks et rtbf);
  • En Mars 2017 il réclame des armes anti-émeute (fusil gomme-cogne, flash-ball, boucliers anti-émeute… Source Macron leaks et rtbf); Il sera rappelé à l’ordre par le Trésorier de En-Marche.
  • Il demandera à deux reprises une autorisation de port d’arme. Alors qu’elle lui est refusée sans débats pendant la campagne électorale par le Ministère de l’Intérieur, elle lui est accordée sans enquête depuis qu’il travaille à la Présidence, par la Préfecture de Police de Paris. (Source Macron leaks et rtbf)

Faits reprochés (et avérés)

L’affaire Benalla se crée le 1er mai, à l’issue d’un épisode qui mérite d’être qualifié de criminel, commis par M. Benalla, qui, sous le couvert d’un brassard de police et d’une apparence de signes de l’autorité, va aller frapper violemment deux manifestants lors d’une manifestation du 1er mai. Des vidéos ont circulé, prises depuis des smartphones, qui montrent un comportement de M. BENALLA qui ne relève d’aucune justification légitime acceptable, et qui sont très explicites.

Par ailleurs les extractions des caméras de vidéo-surveillance ont confirmé l’illicéité de son comportement.

Le fait correctionnel objectif sur lequel la justice aura à instruire, devrait être qualifié de coups et violences volontaires au sens de l’article 222-13 du Code Pénal, délit aggravé par trois circonstances : violences commises dans trois circonstances aggravantes : l’usage abusif de signes de l’autorité, avec des complices ou en réunion, et avec usage d’arme. Le délit fait encourir à son auteur une peine de 7 ans de prison et 150.000 € d’amendes en raison de la triple aggravation des §7, §8 et §10 de l’article 222-13.

Le scandale politique

Au-delà du fait correctionnel objectif soumis à justice, et en défense duquel M. Benalla présente aujourd’hui une défense très inadaptée, se prétendant collaborateur occasionnel du service public de la police en invoquant le droit qu’a tout citoyen d’appréhender un délinquant et de le présenter aux autorités de police – alors précisément que les services de police étaient déjà présents et en train d’intervenir – le scandale politique se crée surtout par le comportement de la hiérarchie de M. BENALLA, qui dépend directement de la Présidence, puis du comportement de certains professionnels des services de police.

Il semblerait que les services de la Présidence auraient très largement couvert M. BENALLA, en prenant à son encontre une sanction particulièrement faible eut égard à la gravité objective des actes commis. En effet, la Présidence a indiqué avoir décidé une mise à pied disciplinaire de 15 jours, et il semble que cette mise à pied n’ai jamais été effective, mais se soit transformée en un changement d’affectation, sans perte de rémunération!

Si les faits sont avérés, il me paraît impossible de ne pas révoquer ce fonctionnaire de la Présidence pour faute grave voire lourde. La violence, le fait correctionnel, ne sont pas des simples erreurs disciplinaires. Ce sont des actes illégaux, volontaires, d’une telle gravité qu’elle doit être considérée comme lourde, excluant tout droit à indemnité. C’est la jurisprudence habituelle qu’on retrouve tant en matière administrative que civile.

Ne pas être choqué par la magnanimité de la sanction revient à demander que la sanction de A.Benalla fasse jurisprudence, au nom du principe d’égalité, et qu’elle permette aux nombreux fonctionnaires ou salariés violents de ne plus être révoqués, mais de ne perdre que 15 jours de salaires… pris sur les congés payés qui plus est!

Or, cette sanction disciplinaire interdit à la Présidence de le sanctionner une seconde fois pour les mêmes faits. Ce qui donne à penser que M. BENALLA, dont le comportement semblait notoirement connu, a bénéficié d’une très forte protection. Au point qu’on doit se demander si la protection dont il a bénéficié ne couvre pas une situation illégale au sein de la Présidence… Comment expliquer autrement qu’on laisse un tel individu monter aussi haut dans la hiérarchie, sans le contrôler, en dépit de nombreuses alertes?

Le premier scandale est donc d’abord la protection dont M. Benalla a bénéficié, avant les faits et après les faits.

Mais depuis le 15 juillet, depuis que les faits ont été divulgués publiquement, l’Etat multiplie les erreurs afin de dissimuler les responsabilités engagées. Toutefois, quatre enquêtes ont été ordonnées : judiciaire, administrative et politique. Il importe donc d’attendre que les auditions des Commissions d’Enquête de l’Assemblée Nationale et du Sénat, l’instruction de la Direction générale des Services, et l’instruction correctionnelle dévoilent la chaîne des responsabilités ainsi que la totalité des faits. En espérant que les fusibles seront suffisamment solides pour que la vérité soit dévoilée.

Hélas, le mal est fait. La Présidence MACRON est déjà entachée, à trois niveaux:

  • au niveau de la Présidence, où la protection de Benalla semble provenir directement du Président Macron;
  • au niveau du Gouvernement, où le Ministre de l’Intérieur a du mal à assumer le défaut de contrôle des équipes de police ou à résister aux ordres de la Présidence, seraient-ils illégaux;
  • au niveau de la Préfecture de Police de Paris, qui a accepté de délivrer un port d’arme à un individu notoirement dangereux, sans enquête, contre l’avis du Ministre de l’Intérieur sortant;

C’est peu de dire que j’ai une triste impression qu’on se moque encore et toujours du vulgus pecus. Comme quoi plus ça change et moins ça change…

2kismokton? Make an educated guess!


 

Comment la Gauche a tué la circulation dans Paris

Comment la Gauche a tué la circulation dans Paris

Après 50 ans bientôt de vie parisienne, je m’autorise une rapide analyse de 50 ans de politique des transports dans Paris. Et je vais vous montrer comment le dogme est dangereux pour la liberté de circulation…

Je suis né en 1968 à Paris. En mai 68. Pendant la pénurie d’essence. Ma tante est venue me voir en vélo à la maternité. C’est de là que je ressens très fortement la nécessité de maintenir une liberté de se déplacer. Le déplacement, le transport, est l’essence de la vie moderne et de la ville moderne !

De 68 à 74, sous le septennat de Pompidou, je vivais près de la place d’Italie, dans le 13ème Ardt, avenue de Choisy. Mes parents me promenaient gaiement chez mes grands-parents à Boulogne-Billancourt, ou porte de St Cloud. Ou encore chez mes cousins préférés, près de Nation. Ou certains week-ends à la campagne à 120 km par l’autoroute du Sud…

Période heureuse. Le métro allait presque partout. Les bus aussi. Les voitures particulières également. On traversait Paris du nord au sud et de l’est à l’ouest en 20 minutes. Sauf autour de la Place de la Concorde comme le disait Joe Dassin et Delanoë (l’autre).

De 74 à 81, j’habitais à proximité de Montparnasse. Giscard Président, la mairie de Paris recréée et confiée à Chirac, on circulait à merveille. A peine si Giscard avait l’idée d’instaurer quelques lignes cyclables en bas des Champs Elysées. Hormis les quelques jours de grève et de manifestations la circulation dans Paris est assez agréable. Le trajet Montparnasse / Nation prenait 15 minutes en moyenne. Le trajet Montparnasse Boulogne idem.

De 81 à 88, Mitterrand 1 président, la mairie de Paris reste à Chirac, qui déclenche des grands travaux de rénovation des principaux axes. Le Bd St Michel restera plusieurs années en travaux… A cette période, hormis ces axes de travaux, et en dehors de certains horaires du Samedi Soir, on traversait Paris en 15/20 minutes.

De 88 à 95, Mitterrand 2, Chirac toujours à la Marie de Paris, les grands travaux continuent. Le Ministère des Finances part du Louvre pour aller à Bercy. Il faut sanctuariser la voie expresse, mais un système de navettes fluviales est mis en place, au cas où.
J’ai commencé à conduire à cette période. Je traversais Paris en 20 minutes montre en main.
Mes amis vivaient à Champigny, à Vincennes, à Créteil, à Neuilly même… j’étais un professionnel de la banlieue parisienne et des voies rapides. On traversait Paris assez facilement. Sauf les jours de grève. Et il y en a eu beaucoup…
Quelques pistes cyclables voyaient le jour. Je traversais Paris en Vélo (Montparnasse / Bastille / Etoile) sans difficulté.

De 95 à 2002, Chirac 1, la mairie de Paris confiée à Tibéri, il ne se passe pas grand-chose. Ni en France ni à Paris.
Les grands axes sont toujours circulants. On peut toujours trouver à se garer sur la voie publique…
Je commençais ma vie professionnelle d’avocat et m’installais à St Germain des Près. Je pouvais me rendre en voiture au Conseil de Prud’hommes (Gare de l’Est), au TGI de Bobigny, à Créteil, à Nanterre et Versailles en 15 minutes en moyenne par les axes de circulation existants, qui étaient très performants à cette époque tant en entrée qu’en sortie de Paris. L’accès aux maisons d’arrêt de Paris et de la région parisienne ne prenait pas plus de 20 minutes de voiture en moyenne.

De 2002 à 2007, Chirac 2, la mairie de Paris tombe aux mains des socialistes et des écolos. Delanoë assume une politique anti-voiture totale, sans mettre en place les moyens de transport collectifs adaptés. On lui doit le tramway des maréchaux, le tramway le plus cher et le plus lent du monde… au point qu’il faut ralentir la circulation routière pour laisser au Tramway un intérêt de déplacement !
Des zones de no-go se mettent en place. Il devient impossible de passer d’un quartier à un autre.

  • Le 14ème devient un quartier expérimental d’exclusion par sens interdits. Impossible d’y rentrer en voiture.
  • Le 19ème devient un quartier d’exclusion par séparateurs. Le Bd Jean Jaurès est coupé en 3 dans la largeur et les voitures sont reléguées sur une seule file, rendant l’entrée et la sortie de paris impossibles !
  • L’axe Montparnasse / Port Royal / Bd de l’Hôpital devient un axe volontairement accidentogène en instaurant des couloirs de bus centraux. Tous les 500 m, les voies de circulation sont modifiées sans aucune prévisibilité ni aucune logique. Les premiers piétons meurent, écrasés par les bus. Les voitures sont reléguées sur une voie de circulation. On ne se déplace donc plus en voiture de Montparnasse à Porte d’Italie !
  • Le service Sytadin donne gratuitement l’état du trafic en temps réel. Il devient mon meilleur ami…

De 2007 à 2012, Sarkozy président, Delanoe 2 à Paris, la situation s’aggrave. Le temps de trajet pour mes principaux lieux d’activité professionnelle augmente considerablement.

  • Les voies de circulation Nation / Porte de Vincennes / Porte de Bagnolet sont coupées par le Tramway et asphyxiées. L’entrée de Paris par la Porte de Bagnolet est rendue illusoire et déviée sur les quais par Bercy / Bastille / Austerlitz.
  • Me rendre à un tribunal banlieue prends entre 20 et 30 minutes. Je ne m’y rends plus dans l’urgence. Je programme mes déplacements. De même pour les visites en prison.
  • J’ai un recours assidue au service Sytadin.

De 2012 à 2017, Hollande président, Hidalgo accède à la Mairie de Paris. Le sort des automobilistes est plié. Il n’existe plus d’axe routier sanctuarisé. On ne peut plus circuler d’un quartier à un autre, ni entrer ou sortir de Paris, à moins d’avoir une escorte policière !

  • Les voies rapides le long des quais sont piétonisées dans le sens Est/Ouest (Rive gauche) et à partir de la Concorde dans le sens Ouest/Est (Rive Droite). Pour le plus grand bonheur des quelques dizaines de piétons et cyclistes qui utilisent cette voie pour y jouer… au détriment des parisiens qui l’empruntaient pour travailler.
  • La place de la République est mise à double sens, et piétonisée dans sa moitié nord. Cela bloque de fait les déplacements Bastille / Gare du Nord ou Châtelet / Buttes Chaumont.
  • La place de la Nation est écrasée et largement piétonisée, les voitures reléguées sur deux files, bloquant l’axe Châtelet / Bastille / Vincennes.
  • Les axes menant aux principaux hôpitaux de Paris sont précarisés, mettant les patients en danger.
  • Enfin, cerise sur le gâteau, le Palais de Justice de Paris est déplacé porte de Clichy, en dehors de tout axe de transport.
  • Waze est devenu mon meilleur ami, même pour des trajets que je connais par coeur!

De 2017 à nos jours, Macron Président, Hidalgo toujours à la Marie de Paris, aggrave la situation en tuant la voie rapide restante (Voie Georges Pompidou) en créant une double piste cycliste en bord de Seine, et reléguant les voitures sur une seule voie.

  • Ma voiture est reléguée au garage, et j’ai recours aux scooters en libre service pour mes déplacements intramuros.
  • Aujourd’hui, le temps de trajet Boulogne / St Germain des Près dépasse 30 minutes. Le temps de trajet St Germain / Nanterre est de l’ordre de 30 minutes. St Germain / Bobigny relève plus des 45 minutes.
  • Je ne traverse plus Paris du Nord au Sud ou d’Est en Ouest. Je choisis mes clients et je refuse les audiences où l’accès voiture est impossible !

Ce n’est que mon témoignage. Mais si vous en partagez au moins une bonne partie, dites le et partagez…

Les leçons politiques d’Avril

Les leçons politiqElyséeues du mois d’avril

21 avril 2002 / 23 avril 2017  – 15 ans d’écart, et les appareils politiques n’ont toujours pas tiré les leçons qui s’imposent. En terme de gestion des crises politiques, d’union et d’image du candidat.

 

Déficit de gestion des crises politiques

Le 21 avril 2002, la gauche est éliminée dès le premier tour, grâce à la concurrence (trahison?) de Christine Taubira. Le Front National entre pour la première foi au 2nd tour d’une élection présidentielle. L’impensable est arrivé. Ce n’est pas tant le FN qui a gagné, que la gauche de gouvernement qui a lamentablement échouée. Même Chirac est très faible dans les résultats.

La Gauche de gouvernement a échoué en 2002 parce qu’elle ne voulait pas mettre un nom sur les violences antisémites qui ont ébranlé la France. Elle a jeté sur ces actions son manteau de dédain, refusant les bons termes, minimisant les faits pour ne pas voir l’origine ethno-sociologique de ces violences : l’antisémitisme islamiste des banlieues!

La Droite de gouvernement n’a pas gagné les élections. C’est le FN qui les a perdu, en raison de son plafond de verre. Moins de 8.000.000 d’électeurs. Pas assez pour gagner. Suffisamment pour blesser la France!

La leçon immédiate du 21 avril 2002 était de mettre un terme à ces divisions mortifères. Le PS organisera sa première « primaire » pour désigner Ségolène Royale en 2007. Un candidat très efficace. Et la Droite désignera son candidat logique, ancien ministre de l’économie, ancien ministre de l’intérieur, Nicolas Sarkozy. Le débat fut brutal en 2007, mais il a permis de faire émerger deux champions. Et Ségolène Royale n’a pas perdue. C’est Nicolas Sarkozy qui a gagné, contre tous. Ainsi le veut la démocratie.

La leçon de niveau 2 qu’il fallait pourtant retenir, au-delà des divisions d’appareil, c’est la manière dont les gouvernements traitent la violence et ce qui est ressenti par les français comme un danger. C’est la trop grande distance qui existait en 2002 entre le gouvernement et le peuple. Un comble pour un ancien trotskiste! C’est clairement Lionel Jospin qui a perdu en 2002. Fortement aidé par Martine Aubry et par Christine Taubira… Son aile extrêmophile!!! Pour s’être trop déphasé des préoccupation réelle des français : sécurité, pouvoir d’achat, emploi.

La Gauche de Hollande nous a refait le coup. Elle a gagné face à un Sarkozy usé par 4 années de crises économiques. Mais un président qui n’a pas défailli dans sa démarche: reformer la France et lui permettre de se remettre debout.

La gauche de Hollande s’est très rapidement coupée de sa base, en partant dans une logique institutionnelle ahurissante d’oppression fiscale, et de lutte contre la richesse, là où il fallait lutter contre la pauvreté! Comment peut-on se tromper à ce point?

Absence de projets: La Gauche de Hollande et de Valls a perdu sa réélection faute d’avoir su porter le moindre projet d’envergure. On ne reconstruit pas la France en modifiant à la marge tous les pans de l’économie dans une loi poubelle illisible et incompréhensible. On ne reconstruit pas la France en imposant des modifications du contrat de travail contre les organisations syndicales, en imposant aux français deux mois de blocage anarchique en plein état d’urgence!

Valeurs: La Gauche de Hollande a tourné le dos à toutes ses valeurs; Il n’est que de voir le nombre de ministres de Hollande qui ont été confrontés à des scandales financiers et judiciaires pendant leur exercice, et contraints à démissionner en attendant leur jugement! Comment peut-on défendre une fiscalisation indécente, et revendiquer pour soi la « phobie » administrative, la fraude fiscale, les comptes à l’étranger non-déclarés, bref la fraude fiscale à grande échelle? Comment surtout peut-on, de gauche, consentir à un tel matraquage fiscal ? La Gauche de Hollande ne méritait pas d’être réélue en 2017.

Au-delà de cette cécité aux problèmes économiques, la gauche de Hollande/Ayrault/Hamon/Valls est restée dans la même anosognosie face aux violences communautaristes. Seul Valls a réussi à maintenir un semblant d’autorité dans cette cacophonie de « pas d’amalgame »… Qui peut croire sérieusement que l’origine ethno-sociologique des nouveaux criminels qui ont endeuillé la France n’est pas un fait politique qu’il faut prendre en considération? Qui peut décemment penser pouvoir dissimuler l’origine sociale de ces terroristes, allant jusqu’à cacher leur nom pour éviter de désigner trop vite leur communauté? Ce refus de voir la réalité relève de la même logique qu’en 2002. Lionel JOSPIN n’a pas voulu voir la vague d’antisémitisme d’origine communautariste musulmane. Il a au contraire incité à la monté du mouvement des « indigènes » et au phénomène de repentance anticolonialiste, attisant le communautarisme.

François HOLLANDE a commis la même erreur, fortement aidé par l’idéologiste Taubira à la justice, qui a refusé de sanctionner la violence, et prôné la liberté pour les criminels. Sans comprendre que la France a besoin d’un sentiment de sécurité, avant même que la Justice passe!

Avoir ainsi favorisé le délinquant, et très souvent le délinquant communautaire, contre la population française ne pouvait avoir qu’une seule conséquence prévisible : la monté des extrêmes, ou l’extrémisation des populations sensibles. C’est comme celà que l’ensemble des mouvements d’extrême-gauche s’est trouvée noyauté par l’extrême-droite, et qu’on a refait le lit du Font National.

La Gauche n’a rien compris. Au moins pensait-on, la Droite avait compris le problème. Que nenni. La guerre des chefs a eu lieu pendant 4 ans. Pour aboutir à l’organisation d’une « primaire de droite et du centre » dont on a vu les conséquences! Ce ne fut pas le meilleur. Ce fut le moins pire!

Ballotage entre l’ancien premier ministre repris de justice repenti, le président sorti poursuivi par la justice, et le sourcilleux au passé judiciaire vierge. Vierge mais pas farouche, comme l’a montré la suite. Son comportement vénal a été une réelle problématique, pour la Droite, pour la Présidentielle et pour la France entière en définitive.

Comment l’appareil électoral de la Droite a t’elle pu laisser F.FIllon se présenter alors même que son discours devenait inaudible? Sans préjuger de sa responsabilité pénale, qui n’apparait pas nécessairement engagée, il était évident que son comportement, sa manière de se défendre, les faits eux-même plaidaient contre lui. Qu’il parvienne à recueillir 20% des suffrages est déjà un miracle. Il a su maintenir son noyau le plus soudé. Mais il ne pouvait plus convaincre.

La femme de César ne doit pas être soupçonnée. C’est une constante depuis la création de la démocratie. Il aurait fallu se séparer de F.Fillon avant le dépôt de sa candidature officielle et présenter un candidat vierge.

Leçons du 23 avril 2017

Quelles leçons tirer du 23 avril 2017? J’en vois deux:

La première, c’est la nécessaire honorabilité du candidat: Celà va de soit dans toutes les autres professions. Mais visiblement pas en politique. Si les Républicains avaient fait leur travail, ils n’auraient pas pu retenir comme éligible une personne ayant un comportement à risque politique, fut-ce un risque moral.

La deuxième, c’est la transparence économique absolue. Macron n’a jamais été inquiété car tout était transparent. Il n’a jamais eu peur de la moindre révélation.

La troisième, c’est qu’il faut toujours un plan de rechange. Il n’y a pas de honte à prévoir une doublure, un suppléant. Si le rédacteur de la charte des Primaires avait fait son travail il aurait anticipé le risque de voir son candidat empêché.

La dernière, c’est que la société a évolué. On n’accepte plus aujourd’hui les comportements amoraux d’autre foi. On ne peux pas prôner la dureté économique, tout en s’attribuant les largesses de la République. Le statut et la rémunération des hommes politiques sont à revoir en totalité. A défaut, on se coupe de la société française.

La défaite de la Droite du 23 avril n’était pas inéluctable. Les élections présidentielles lui  ont échappé simplement parce qu’elle n’a pas tiré les leçons de l’évolution de la société. Les conséquences de cette faillite politique sont redoutables : après 5 ans inutiles sous Hollande, va s’ouvrir une nouvelle période de 5 ans, pour laquelle aucun programme n’apparaît clairement dessiné. Aucune majorité législative ne se dessine réellement. Le risque est donc d’avoir un Président en opposition avec sa Législature. Une cohabitation institutionnelle de 5 ans? Impensable!

Ariel DAHAN
pour 2kismokton

L’islamo-gauchisme, nouvelle fabrique de tueurs de flics?

L’islamo-gauchisme, nouvelle fabrique de tueurs de flics?

Vue de la Grande Roue des Champs Elysées, illumination.

Vue de la Grande Roue des Champs Elysées, illumination.

Once again! A la veille du premier tour des Présidentielles 2017, ce qui devait arriver est arrivé: un attentat a frappé Paris, à quelques minutes à pied du Palais de l’Elysée, sur « la plus belle avenue du monde » – les Champs-Elysées, avenue archi-surveillée.

Fatalité? Que nenni! Préparation! Mais pas forcément par qui l’on pense. Si l’attentat est revendiqué par Daesh, au nom d’un improbable « Abu Yusuf al-Baljiki » ou « le Belge », le soldat maudit a été formé chez nous, et a été laissé actif par notre propre défaillance:

Qui est ce tueur, dont les autorités ont longuement caché le nom, et qui a été très vite déclaré français par peur des amalgames? Karim Cheurfi (que Dieu efface son nom, ultime punition du terroriste suicidaire) est un assassin d’habitude, perdu pour la société depuis son plus jeune âge.

Né en 1978 en France, il passe sa jeunesse « libre » dans ce cloaque qu’est la ville de Saint-Denis. Ville de haute tradition culturelle gauchiste. Allez y faire un tour. Moi je n’y vais plus!
A 18 ans en 1996, après avoir usé la justice pour mineurs (dont on ne peut obtenir aucune trace), il est rattrapé par la Justice (celle des majeurs), qui lui inflige ses premières condamnations « pour de vrai ».
Depuis 1996, il va effectivement se rattraper. Plus de 20 condamnations pénales en 20 ans! Dont 15 ans de réclusion criminelle! Joli palmarès pour cet enfant de Saint-Denis. Une réussite exemplaire si l’on songe qu’il a passé une dizaine d’année en réclusion criminelle… En fait, plus de 2 condamnations par an… Un vrai champion!

2kismokton!

Au titre de ses meilleurs exploits:

  • En 2001, alors que Jospin et toute sa gauche refuse de voir la monté de la violence religieuse dans les cités, il commet sa première double tentative de meurtre sur la personne d’un policier: au volant d’une voiture volée, (pourquoi s’en faire) il percute volontairement un véhicule, puis, armé d’un revolver, (préméditation du geste : il s’était équipé) il tire sur ses deux occupants : deux frères dont l’un est élève gardien de la paix et porte le brassard police visible sur le bras.
  • Arrêté, et placé en garde à vue, il parvient à prendre l’arme d’un policier, et tire sur lui à trois reprises! Voilà qui en dit long sur son amour du policier, et sa crainte de l’ordre établi…
  • Pour ces trois tentatives de meurtre, il a été condamné à 20 ans de prison, ramenée à 15 ans en 2005 en appel. Merci les juges qui ont si bien compris la psyché de l’individu: Un violeur prends en moyenne 7 ans. Un Braqueur prends en moyenne 9 ans. UN tueur de policier est donc à peine plus dangereux qu’un braqueur ou un violeur. Et c’est pour qui alors la perpétuité?
Arrêté en 2001, et condamné à 15 ans de réclusion criminelle, ne pensez pas qu’il a été libéré en 2016. Il a bénéficié des remises commerciales habituelles pour clients fidèles. Les juges ne connaissent rien à l’arithmétique!
2kismokton!
Condamné avant la loi Dati sur le suivi des criminels violents, il n’est pas astreint à l’obligation de soins ni à la rétention de sûreté.
Merci à Taubira pour sa si bonne gestion de la question de la délinquance. Des ministres qui favorisent les évasions et les récidives, ça n’a sa place qu’en prison ou à la Lanterne! Plus à garder les sots que les sceaux…!
A peine surveillé depuis sa libération, il faisait l’objet d’une enquête antiterroriste depuis le mois de mars. Motif? Avoir publiquement exprimé son intention de tuer des policiers…
Interpellé le 23 février 2017, en raison de l’état d’urgence mais remis en liberté faute de preuves suffisantes (pas de policier encore mort?) il s’équipe d’une arme automatique, de nombreuses armes blanches, et prépare son opération. Visiblement personne n’a pensé à le ficher « S ». Comme dirait Omar Si, « Vous c’est très genti » (c) !
2kismokton!
C’est comme cela qu’il a pu librement, le 20 avril 2017, réitérer à la virgule près son acte de 2001: utilisation d’un véhicule pour aborder un équipage de police, tirer sur eux et s’enfuir en tirant dans la foule.
En définitive, ce Maudit est le résultat de la norme gauchisante.
C’est le pur produit de l' »élite » de Saint-Denis et du 93. Une engeance qui n’a jamais cherché à s’insérer dans la société française, mais strictement à la détruire, par tous ses actes criminels préparés sous le regard bienveillant de parents qui ne comprennent toujours pas la dangerosité de certains propos.
La haine du flic, une logique politique: Son action s’inscrit dans la continuité de ces agressions parfois mortelles de policiers, revendiquées tantôt par Daesh, tantôt par les extrême-gauchistes français dont NPA et les Insoumis sont une belle représentation. Qui incitait à casser du policier? La CGT, Le NPA, Les Insoumis…!
Nourri au jus du permissif de la gauche, et d’une absence totale d’éducation structurante, il n’a subi aucune sanction susceptible de lui permettre de choisir son camp. Jusqu’à sa majorité. Mais même là, jeune majeur, ayant commis trois tentatives de meurtre avec arme à feu sur deux policiers et un civil, il bénéficie d’une mansuétude qui n’est vraiment pas à l’honneur de notre justice.
Qui peut penser réellement que c’est le permissif qui éradiquera ces comportements déviants et anti-sociaux?
2kismokton!
Discours criminel: Pire que tout! Le discours des responsables de cette ultra-gauche sont purement odieux, comme le  rapporte mon confrère Gilles-William Goldnadel dans Figarovox. C’est leur discours qui attise la haine contre l’autorité et les forces de l’ordre. C’est leur discours qui théorise ce besoin de tuer des policiers.
Sans aller affirmer comme il le fait cette « xénophilie » de la France de gauche, il est certain que cette gauche dominante adopte un comportement de plus en plus dangereux.
  • Elle favorise la haine discriminatoire contre les juifs, et minimise ou passe sous silence les actes antisémites,
  • Elle cautionne la haine discriminatoire contre Israël en favorisant les propos criminels de BDS,
  • Elle suscite la haine contre les policiers en organisant des manifestations « anti-flics »,
  • Elle poursuit l’annihilation de la démocratie telle qu’on la connaît, en interdisant les débats d’idée au profit des joutes émotionnelles faussées.

Tirer les leçons du passé. Il est temps de tirer les leçons du passé. La France s’enferme, depuis les années 2000, dans une idéologie du marasme où le délinquant est dé-responsabilisé, et la société culpabilisée. Elle s’enterre dans une idéologie de l’anti-france, où tous les éléments positifs de la France sont retournés contre elle, pour alimenter le besoin de victimisation des oubliés de la croissance et de l’éducation.

En cette veille de vote présidentiel, je pense que c’est précisément le dernier jour pour tirer les leçons, avant que d’autres ne le fassent pour nous. La France a besoin d’un très fort mouvement de rappel des principes essentiels de la vie collective. Ces principes doivent être appliqués avec fermeté. Pour préserver notre Liberté, au nom de notre Egalité, dans la Fraternité. Le programme est déjà tout écrit. il n’est pas la peine de changer de constitution. Juste d’appliquer celle que nous avons! Avec la rigueur de la loi. Sans défaillir.

 

Ariel DAHAN, pour 2kismokton

Pourquoi certains jeunes n’ont plus peur de la Police? Quand l’Etat renonce à sa mission régalienne essentielle!

Source Le Parisien

Voitures de police volontairement incendiées à Viry-Châtillon (c) LeParisien

Pour quelle raison une certaine frange de la population n’a t’elle plus peur de la Police?
Probablement lorsque l’État renonce à sa mission régalienne essentielle!

Violences contre la Police : pas besoin de terroristes!

Renoncement : Une longue succession de signaux de renoncements de l’État à faire appliquer la loi, l’ordre et la sécurité sur l’ensemble du territoire français a abouti à une situation telle que les policiers ne sont plus craints dans la rue, et sont même devenus les cibles des émeutiers ou, des voyous ou des malfrats. Avant même d’être la cible des terroristes, dont nous n’avons nul besoin en France pour intégrer le sentiment d’insécurité!

La dernière des violences à dénoncer, le dernier signal d’absence totale de crainte et de respect envers l’autorité, vient d’être donnée de manière exemplaire à Viry-Châtillon ce samedi 8 octobre 2016.

8 octobre 2016, Viry-Châtillon : Dans cette petite ville de région la première ceinture de la banlieue parisienne, deux patrouilles de police (Deux voitures, un Gardien de la Paix et un Adjoint de Sécurité dans chaque véhicule) surveillent et garantissent la sécurité d’une caméra de vidéo-surveillance installée sur un carrefour meurtrier. Une bande de jeunes délinquants armés de battes de base-ball et de pierres agresse les équipages et les contraint à se réfugier dans leurs véhicules. Puis ces véhicules sont incendiés par des cocktails Molotov (de vrai bombes incendiaires artisanales). 3 policiers seront grièvement blessés! Le drame mortel a été évité par miracle. Un policier est placé en coma artificiel compte tenu de la gravité de ses brûlures!

Comment a-t’on pu en arriver à une telle situation? Un retour en arrière s’impose!

Les policiers agressés surveillent et sécurisent une caméra de vidéo-surveillance qui est régulièrement cassée par les malfrats locaux. La Mairie a remplacé cette caméra à de multiples reprises. Montée en haut d’un mât elle a été régulièrement mise à terre par heurt volontaire d’un véhicule bélier, au point que des plots en béton ont été rajoutés pour protéger le mât!

Il faut donc installer une équipe de 4 policiers pour surveiller une caméra de vidéo-surveillance précisément supposée faire le travail de plusieurs policiers! J’y vois là une situation passablement incongrue!

Plus encore le fait que les policiers, s’ils savaient qu’une action pouvait être menée, n’étaient pas équipés pour une opération de maintien de l’ordre, mais uniquement pour une opération de patrouille.

Plus encore, le fait que ces deux patrouilles ne semblent pas avoir été protégés eux mêmes. Ni même équipés de protections ignifugées. Or, l’attaque intervient moins de 5 mois après l’agression d’une patrouille de à proximité de la place de la République, en marge de la manifestation contre la loi El-Khomery, le 18 mai 2016!

Pire encore, ces faits interviennent alors que l’ensemble des forces de l’ordre sont en état d’alerte en raison du risque d’attentats!

18 mai 2016, Paris : Le 18 mai 2016, une agression similaire intervient. Une bande de 15 agresseurs incendie volontairement une voiture de police qui circule dans les embouteillages à quelques rues de la Place de la Bastille, pendant une des 11 manifestations qui ont permis à la CGT de faire la démonstration de son incapacité à filtrer ses manifestants ou à maîtriser les débordements violents. La voiture est incendiée. Deux policiers ont manqué de périr brûlés. Un policier a hésité à sortir son arme.

Ce précédant qui avait pourtant très fortement choqué la France en mai dernier n’a semble-t’il pas été compris par la hiérarchie, qui n’a pas doté ses équipes de matériel adéquat et qui n’a pas donné des instructions d’usage de leurs armes plus claires.

Et pourtant ce n’est pas la première fois que les policiers sont victimes directes d’agressions. Ainsi en avril 2011, un policier se fait tirer dessus par un malfrat qui s’est emparé de son arme!

16 avril 2011, Train SNCF Gare du Nord : Le 16 Avril 2011, un événement est passé presque inaperçu, dans le tumulte de la campagne présidentielle commençante : l’agression à arme à feu d’un Policier par un malfrat qui lui a volé son arme. Les faits se déroulent dans un train de banlieue Gare du Nord, ou un Gardien de la Paix en civil intervient pour porter secours à un passager de 16 ans agressé et molesté par un groupe de trois individus mineurs armés d’un couteau.

Le Gardien de la Paix a fait usage de son arme à deux reprises en état de légitime défense : un coup de semonce, puis un coup portant qui blesse un des trois agresseurs à l’abdomen. Malgré l’usage de son arme, les agresseurs ne sont pas intimidés. En attendant les renforts, le policier se fait prendre son arme par l’un des deux agresseurs restant, qui lui tire dessus dans le dos! Les renforts arrivent dans les secondes suivantes et arrêtent tout le monde. Ils sont passés en jugement le 23 juin 2015. Jugés devant la Cour d’Assises des Mineurs de Paris, l’agresseur qui a tiré sur le policier comparaissait libre! Est-ce sérieusement acceptable qu’une personne poursuivie pour tentative de meurtre sur un policier puisse comparaître libre?

La vidéo de surveillance intégrée à la rame du train et rediffusée par BFM-TV est éloquente dans sa violence! Elle ne laisse aucune place au doute quand à l’intention de tuer!

Les agresseurs ont été condamnés à :
pour violence aggravée et tentative d’extorsion commise avec une arme.

  • le premier mineur, (16 ans au moment des faits):quatre ans de prison dont dix mois ferme,
  • le majeur (18 ans au moment des faits) : cinq ans de prison dont trois avec sursis.

pour tentative de meurtre sur un policier

  • le dernier, mineur de 16 ans à l’époque, a été condamné à une peine de réclusion criminelle de dix ans pour tentative de meurtre sur le policier.

s Comment peut-on accepter que des mineurs soient à ce point dépourvus de respect de la Police qu’ils n’éprouvent plus aucune peur pour la fonction, ni même de peur face à un policier armé? Comment ce fait-il que ce procès n’ait pas été plus médiatisé? Que la hiérarchie policière ne se soit pas alertée de la multiplication des comportements anormaux des délinquants face aux policiers?

Pas un acte terroriste : Car il ne s’agit pas d’un assassinat terroriste à la Merah ou de ce couple de policiers de Magnanville assassinés le 13 juin dernier. Situations volontaires, politiques, préméditées et imparables. Il ne s’agit pas non-plus de l’agression par un déséquilibré notoire qui retourne l’arme de service d’une gendarme à Cannes. Il s’agit au contraire de réactions spontanées de personnes interpellées par les services de police. Et qui adoptent un comportement totalement anormal eut égard aux circonstances.

Comment accepter que la hiérachie, fonctionnelle ou de tutelle, n’ait pas pris des mesures pour répondre à l’augmentation de la violence subie par les Policiers lors de leurs interventions? Cette violence est pourtant dénoncée par tous les professionnels! Et elle impose dans certains quartiers que l’on procède aux arrestations de jeunes délinquants en mobilisant un nombre anormalement important de policiers en renfort. Dans ces quartiers, une arrestation n’est jamais un acte anodin!

D’où vient l’absence de crainte naturelle des jeunes délinquants face aux Policiers? Tout individu sensé craint naturellement le policier en uniforme, porteur de son arme de service! Il n’y avait, dans un passé proche, que le grand banditisme qui ne craignait pas les policiers. Et encore, y avait-il encore du respect. Mais à présent, plus aucun respect non-plus qu’aucune crainte. Est-ce lié à la formation des policiers? Ont-il perdu leur capacité à se faire respecter? Ou est-ce plutôt lié à l’idée globale de la Police dans la société? Et à l’information développée ad-nauseam par la gauche (et Taubira en fût le plus bel exemple) selon laquelle le délinquant est avant tout un sauvageon qu’on doit sauver de lui-même, plutôt qu’une menace pour la société.

Ces épisodes et ceux que j’ai oublié de citer nous renvoient tous à la question qui doit à présent se poser du périmètre du droit pour un policier de faire usage de son arme. Compte tenu de l’évolution dramatique et galopante des agressions sur policiers, il est urgent qu’on redéfinisse de nouvelles règles d’usage de leurs armes.

 

Ariel DAHAN

Pour 2kismokton.

Plaidoyer pour la France et mes ancêtres gaulois

Plaidoyer pour la France et mes ancêtres gaulois.

Gravure de Pérot - Vercingétorix à Alésia

Vercingétorix à Alésia

Être français, même quand on est juif d’Europe de l’Est ou d’Afrique du Nord, musulman sénégalais, harki algérien… c’est avant tout endosser l’histoire particulière de la France. Se sentir solidaire des Gaulois contre les Romains.
Mes ancêtres familiaux différent de mes ancêtres politiques. L’affirmation « nos ancêtres les Gaulois » renvoi à cette leçon d’histoire apprise à tous les Français. L’accepter c’est revendiquer la spécificité de l’esprit français.

Les Gaulois, anciennes tribus celtes installées sur le territoire depuis 500 AC, ond développé une civilisation qui a marqué le fond culturel commun français. Et pas uniquement pour le gaulois futé de Gosciny et Uderzo…

Des Gaulois découlent les premières règles d’élection du chef, puis la fameuse loi Salique qui nous sépare de l’Angleterre et de l’Italie dans la dévolution des titres nobiliaires. (en fait la loi Salique provient des Francs Saliques, peuplade qui occupait aussi la Gaule à la même époque). Ainsi que la relation des Français a leurs chefs. Le chef gaulois n’est pas issu de la cuisse de Jupiter. Il a été élu par ses paires.
L’esprit gaulois c’est s’autoriser à le contester en permanence. On aime ou pas. Mais ça nous distingue du Romain qui accepte le principe du Dictateur nécessaire, ou du Goth… Même maintenant!

Des gaulois découlent les premières institutions scolaires du continent européen, avec un répartition en degrés (primaire, secondaire, supérieur). Jusqu’à ce que Rome envahisse le territoire et impose la civilisation méditerranéenne.

Se revendiquer gaulois, ce n’est pas invoquer le dieu LUG. C’est surtout revendiquer l’héritage composite de la nation française: Un peuplement gaulois envahi par les Vikings, les Romains, les Bretons, les Catalans, les juifs et les Sarrasins…

Se revendiquer Gaulois par opposition aux Mèdes, Carthaginois, Grecs, Romains, Barbaresques ou Maures, c’est accepter un rapport irrévérencieux à la hiérarchie à l’origine de l’exception culturelle française. C’est ne pas effacer l’histoire à chaque invasion culturelle.

Bref, qu’importe si mes gènes ne comportent pas une goutte de sang gaulois. Je me revendique de cet héritage culture et politique exceptionnel qui a forgé la France depuis 2500 ans. Et en outre j’ai mon héritage culturel familial et religieux, qui me donne une vision décalée en plus.

Sans Gaulois, pas de Vercingétorix rendant les armes à César. Pas de Soisson, pas non plus de dynasties royales successives. Pas de mérovingiens. Pas de reprise par la France de la succession de l’empire romain par Charlemagne. Pas de Carolingiens. Pas de Bourbons. Pas de croisades, pas de fille aînée de l’église, de Juifs du Pape. Pas de Louis XII mort à Carthage, Pas d’Henri IV, d’Anne de Bretagne, de Louis XIII, de Richelieu, de Colbert, de Louis XIV, de Napoléon, … Pas d’annexion de l’Algérie, de décret Crémieux, de nationalité pour les juifs de France… (précisons qu’avant le décret Crémieux, avait été voté le Sénatus-consulte du 14 juillet 1865 attribuant la nationalité française aux musulmans d’Algérie, s’ils en faisaient la demande, statut qui a été massivement rejeté par la communauté musulmane car elle supposait qu’ils renonçassent à l’un des traits les plus saillants de leur mode de vie : la polygamie!)

Bref sans les Gaulois pas de France comme je la connais et je l’aime.
Pas de Rabelais. De Ronsart, Corneille, Molière, Lully, Lamartine, Hugo, Zola..
Pas de Rousseau, de Sartre, de Cohen (Albert)…
Pas de Rachi, d’Averoes, de Pasteur, …

J’aime la France. Et mes ancêtres politiques sont gaulois, d’où qu’ils viennent. Nécessairement. Ontologiquement. Comme un américain doit se revendiquer héritier des pionniers du May-FLower…

Ariel Dahan

Y a t’il eu une « pax islamica » pendant l’Euro ?

Qui a payé la "Pax islamica"?

Qui a payé la « Pax islamica »?

Y a t’il eu une « pax islamica » pendant l’Euro ?

Nous vivons depuis septembre 2001 dans un monde dominé par le terrorisme islamique. Ce sont les nébuleuses islamiques qui décident de la paix et de la tranquilité des citoyens de tous les pays du monde. Moyen poli de dire que l’Islam est responsable de l’ensemble des conflits rencontrés dans le Monde, à l’exception de deux zones conflictuelles : la Corse et l’Irlande…

Tous concernés. Ce monde de conflits touche tous les recoins du monde, populations occidentales, musulmanes, africaines ou asiatiques. Il vise tous les régimes politiques, qu’ils soient des démocraties occidentales, des monarchies constitutionnelles, des monarchies islamiques ou des républiques populaires…

Il touche les pays « Soumis » à l’Islam sunnite, comme les pays « mécréants ».

Accélération de l’horreur islamique – Dans ce monde hétérogène, la logique de la terreur a changé de profil. D’une logique d’organisation tentaculaire mais hiérarchisée façon AlQuaida ou HAMAS, elle est devenue un système de foisonnement et de concurrence pour les financements versés très largement par les « monarchies » islamiques que sont l’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis. C’est l’avènement des petits chefs de clans terroristes, qui se veulent aussi gros qu’un Etat. C’est les Frères Musulmans qui mettent la Syrie à feu et à sang; C’est DAESH qui menace la stabilité géopolitique de la moitié du monde; Cette concurrence politique et financière s’accompagne d’une concurrence du spectaculaire de l’horreur des exactions terroristes.

Inertie coupable des civilisations musulmanes « modérées » – Si les populations soumises à la dictature théocratique islamique fondée sur l’application irraisonnée de la #chariah (Iran des Mollahs, Pakistan des Talibans, Lybie, Syrie, mais aussi Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis, Turquie des Frères Islamiques) ne parviennent plus à se révolter contre leurs tyrans compte tenu de l’affaiblissement intellectuel engendré par 2 générations de crétinisation des esprits, il faut tout de même avoir à l’esprit que l’Iran des années 60 était un pays où les femmes circulaient librement et avaient accès aux études et aux métiers les plus enviés de l’époque. Que la Turquie de Kamal Ataturk permettait aux femmes de circuler et de « rire » en public. Que la vaccination est une invention d’une femme turque! Que la Lybie avait accordé aux femmes le droit de divorcer. Que la Tunisie était une démocratie où les femmes étaient libres…
Ce silence des populations musulmanes est un silence incontestablement coupable. Se taire, c’est adhérer. Où sont les résistants musulmans contre l’opression islamique?

Inertie ou soumission inconsciente des civilisations non-musulmanes – Fâce à cette menace de panislamisme hégémonique qui met en péril toutes les autres civilisations et toutes les autres cultures qui ne partagent pas la même vision délétère et obsolète de la religion, on aurait dû s’attendre à une réaction violente des populations occidentales, asiatiques ou américaines, des civilisations chrétiennes, des civilisations boudhistes ou des civilisations animistes. En fait de réaction, ce fut le silence profond. Pire! CE fut un silence d’acceptation et de soumission, avec un fond de justification par sentiment de culpabilité!

Comment expliquer le silence des autorités chrétiennes face aux massacres quotidiens des populations chrétiennes en terre d’orient? Qui se souvient des Yazedis? Qui se souvient des jeunes filles africaines chrétiennes capturées et vendues comme esclaves sexuelles? Qui se souvient des massacres des étudiants chrétiens à l’université du Kenya?

Comment expliquer le silence des autorités politiques européennes face aux violations constantes des Droits de l’Homme de leurs partenaires économiques des pays du Golfe au nom d’une loi religieuse abominable qui autorise les châtiments corporels disproportionnés? Est-ce que l’Esprit de Munich soufflerait encore sur nos édiles? Est-ce qu’un homme politique pense encore pouvoir acheter la paix au prix de sa conscience ou de son âme?

Une Pax Islamica? Sommes nous tombés dans un monde gouverné par l’Islam, dans lequel les gouvernements occidentaux se soumettent à des souhaits indécents? Il suffit pourtant de dire « NON » aux exigences politiques, et de se limiter aux seules négociations commerciales! Car nul doute que ces pays, producteurs de matières premières, ont un intérêt essentiel à conserver leurs débouchés en Occident!

Sur ces considération, le Monde conservait un semblant d’équilibre. D’un côté les islamiques, qui cherchaient à coloniser la planête avec des moyens économiques. De l’autre les occidentaux qui cherchaient à conserver leurs prés carrés.

Accélération du monde – Mais le monde s’est accéléré avec les « printemps arabes » qui ont, pour l’essentiel, germés dans un hiver théologique et intellectuel au détriment des libertés, et au seul profit de la théologie malfaisante des Frères Musulmans. C’est dans ce monde que s’est créé DAESH, et ses secteus soeures d’horreur. Des sectes qui se revendiquent d’une idéologie millénariste, et qui cherchent à accélérer l’advenue de la fin du monde, à la sauce islamique : les sectes fondamentalistes islamiques. Les sectes salafistes.

Depuis les 5 dernières années, les attentats religieux islamiques se sont multipliés, mais les occidentaux ne parviennent pas à en prendre conscience. Depuis Mohammed MERRAH en 2008 à Toulouse, jusqu’à ce prêtre égorgé aujourd’hui 26 juillet 2016 dans l’église de Saint-Etienne du Rouvray, près de Rouen, les alertes n’ont pas manqué. Mais initialement, les attaques se concentraient sur les Juifs, ces maudits de l’Occident. Ceux qui n’ont qu’un seul tort : avoir raison trop tôt. Ceux qui sont, comme les Truites dans les rivières, les premiers témoins de la pollution raciste locale…  Il a fallu que les victimes soient « vraiement innocentes« , (comprendre non spécifiquement juives ou policières ou dessinateurs humoristiques) pour qu’enfin le monde comprenne que le colonialisme islamique menace le monde entier, c’est à dire l’homme ou la femme de la rue… (même moi, c’est vous dire!).

La liste des attentats commis depuis 2008 dans le monde tourne un peu la tête…Je vous renvoie à mon article du 2 décembre 2015 :

Une longue histoire d’attentats: En définitive, il me semble important de s’interroger sur la question de savoir pourquoi la France ne s’est pas préparée à ce risque, qui n’est pourtant pas inédit dans le monde. Celà fait 3 ans que Mohammed MERAH a initié le terrorisme islamique. François Hollande a été élu dans les remulgues de l’enquête judiciaire consécutives à l’affaire MERAH. Et les exemples récents d’attentats commis par des groupes islamiques depuis le 11 septembre 2001, est élloquent: Madrid le 11 mars 2004, Londres les 7 et 22 juillet 2005, Oslo le 22 juillet 2011, Paris le 2 novembre 2011 (incendie de Charlie Hebdo), Toulouse/Montauban le 11 mars 2012, Algérie le 17 janvier 2013, Boston le 15 avril 2013, Kenya le 22 septembre 2013 (centre commercial), Bruxelles le 24 mai 2014, Paris les 7/9 janvier 2015, Kenya le 2 avril 2015 (université), sans parler des attentats récurents dans les pays islamiques, montraient bien que la mouvance du terrorisme islamique avait changé de méthode, et affichait clairement une volonté de destruction religieuse et suicidaire. Que l’Etat français ne s’y soit pas sensibilisé alors même que nous subissons des attentats depuis plus de 35 ans: attentats de la Rue Copernic (3/10/1980), de la Rue Marbeuf (magazine El Watan) (22 avril 1982), de la Rue des Rosiers (9/08/1982), du lycée Carnot (17/09/1982), d’Orly (15 juillet 1983), Au Palais des Congrès de Marseilles (30/09/1983), Aux Champs Elysées, galerie du Claridge (3/02/1986), et Galerie POint Show (20/03/1986), Poste de l’Hotel de Ville, (8/09/1986), au Pub Renault (14/09/1986), à la Préfecture de POlice, (15/09/1986), Rue de Rennes (17/09/1986), puis 8 attentats à Paris de juillet à octobre 1995, Station RER B St Michel (25/7/1995), Place Charles de Gaulle (17/08), Ligne TGV (26/08), marché parisien (3/09), Ecole juive de Villeurbanne (7/09), Avenue d’Italie (6/10) et RER C (17/10), RER Port Royal (3/12/1996), soit plus de 20 attentats commis sur le territoire français revendiqués par des groupes islamistes.

Réponse tardive des gouvernements : Il a fallu attendre le 13 novembre 2015 et l’attaque du Bataclan, du Stade de France et des terrasses de café parisiennes pour que le Gouvernement français commence à évoquer des mesures spécifiques. Il a fallu attendre l’attentat du 22 mars 2016 à Bruxelles pour comprendre que certains pays occidentaux (comme la Belgique) favorisent l’installation de foyers islamiques fondamentalistes comme à Mollenbeck. Il a fallu attendre l’attentat de Nice du 14 juillet 2016 pour comprendre que les victimes sont frappées au hasard par des fous a-conscients manipulés par des lâches inomables.

Que de temps perdu pour constater l’évidence : l’Islamisme fondamentaliste est une secte meurtrière qu’il faut combattre de toutes ses forces! L’Islamisme fondamentaliste est à l’Islam ce que les sectes étaient au christianisme. Ils s’appuient sur une idéologie native, pour imposer des idées totalement dévoyées, liberticides et « mortifères ».

Cette faillite des gouvernements Hollande/Ayrault puis Hollande/Valls à constater la réalité et à la combatre rappelle l’aveuglement idéologique de Jospin face à la monté de la violence antisémite en 1992. La seule différence, c’est que la faillite concerne à présent l’ensemble de la population française, et que le « pacte républicain » menace d’exploser. L’extrême-droite s’arme en secret et attend la provocation de trop des milieux islamiques pour donner libre court à sa haîne raciale. Sur ce point, l’extrême droite européenne peut remercie Angéla MERKEL qui a commis l’invraisemblable ; l’ouverture de ses frontières et donc des frontières européennes à tous les candidats à l’immigration, sans contrôle préalable ni fixation de quotas. Et les premiers dividendes se sont touchés cette semaine, avec deux attentats islamiques commis en Allemagne par des faux réfugiés syriens…

Pax islamica? Comment ne pas voir dans l’extraordinaire accalmie de l’Euro2016 une situation de paix achetée? Il est essentiel que les gouvernements exposent la réalité des opérations mises en oeuvre pour assurer la sécurité de la France pendant l’Euro2016 de football. Comment croire ou penser que, pendant cette période particulièrement exposée, entrecoupée de grèves et de manifestations, aucun attentat n’ait été commis, et que les attentats « lowcost » ne soient intervenus que deux jours après la fin de l’Euro? Faut-il penser que les terroristes respectent le foot? Ou faut-il penser qu’un gouvernement ou un intérêt financier a empêché les attentats pendant cette période? Et quel intérêt? Français? A quel prix? Etranger? Lequel?

Je posais ces questions au lendemant de l’attentat de Nice du 14 juillet. Je me pose toujours cette question. As-ton acheté la « Pax Islamica »? L’expression « Pax Islamica » est certainement malheureuse, tant elle renvoie à une période appaisée, dite de l’äge d’or de l’Islam. (âge d’or intellectuel, mais dans le même temps période de colonisation musulmane de l’ensemble du monde non chrétien).

Risque de dérapage : Le péril est grand. Le spectre de la Guerre de religion est chaque jour plus proche de nous rattraper.

  • Qui se rappelle que le très catholique peuple espagnol a rejeté toute sa population juive en 1492, non sans en passer une bonne quantité par les bûchers de l’inquisition… il y a 5 siècles…
  • Qui se rappelle que le bon peuple de France a tué sans hésiter des milliers de « huguenots » en 1572? Il y a 4 siècles…
  • Qui se rappelle de l’expansion brutale de la réforme en Suisse au 17ème siècle? Il y a 3 siècles
  • Qui se rappelle que les Espagnols ont massacré les protestants d’Ouderwater (Hollande) pendant la Guerre de 80 ans? (fin en 1648, il y a 3 siècles)
  • Qui se rappelle de la Guerre des Cévennes, entraînant la perte de plus de 3000 protestants à la suite de la révocation de l’Edit de Nantes, se terminant en 1711, il y a 3 siècles?
  • Qui se rappelle de la guerre menée par la Russie des Tzars aux Frères musulmans (déjà) dès 1800, et dont le point d’orgue fut l’attentat de Sarajevo et le début de la 1ère guerre mondiale en 1914! Il y a tout juste un siècle
  • Qui se rappelle de la facilité avec laquelle l’idéologie nazie s’est imposée en Europe et même au-delà (facination des japonais, appui marqué de la Turquie ottomane et du Moufti de Jerusalem) il y a à peine 70 ans de 1936 à 1946?

L’Histoire est têtue – Au vu de cette liste de faits historiques, de preuves accablantes pour l’occident, il serait fou de penser qu’une guerre de religions ne pourrait plus éclater en Europe. Précisément, si l’Europe a su appaiser ses conflits théologiques grâce à un énorme et remarquable effort oeucuménique du clergé catholique à partir de Jean Paul II, et si l’Europe peut revendiquer une unité de culture judéo-chrétienne forte de 2000 ans de vie commune, la confrontation avec l’Islam ne s’est toujours pas appaisée. Les protagonistes en sont restés à Charles Martel, aux Croisades, au colonialisme missionaire français (conquète de l’Algérie) et au colonialisme cynique anglais (utilisation des populations musulmanes pour affaiblir les pays ne faisant pas partie du Common-Wealth), pour ce qui concerne les occidentaux. Et à la volonté colonialiste hégémonique mondiale affirmée par Mahomet, pour les musulmans.

Ne pas en tenir compte est tout simplement suicidaire. Car si vous vous promenez dans les campagnes profondes vous observerez les fusils et les carabines, qui ne sont plus cachés sous les lits, mais accrochés au clou du mur! Prêts à partir!

Le 21ème siècle sera positivement spirituel. Mais celà ne nous fera pas rire!

Ariel DAHAN, pour 2kismokton