Benalla, la malédiction du pouvoir

Benalla, la malédiction du pouvoir

Galon Lieutenant-Colonel de Gendarmerie - services administratifs

Lieutenant-Colonel de Gendarmerie – services administratifs

D’où qu’il vienne, le pouvoir nouvellement installé commet les mêmes erreurs. En dépit de ses promesses de transparence et d’honnêteté adamantine, et quelle que soit sa couleur politique, il subit la malédiction du pouvoir : se croire intouchable et se permettre l’anormal au prétexte de l’euphorie de la victoire politique.

L’affaire BENALLA en est le dernier exemple en date, et elle s’applique à un pouvoir politique qui s’estime ouvertement supérieur aux règles existantes, car issu d’une volonté de « dégagisme » à l’encontre des vieilles formations politiques.

Qui est A.Benalla

Alexandre BENALLA, conseiller du président Macron, est connu actuellement en tant qu’officier gradé de la Gendarmerie Nationale, au grade de « Lieutenant-Colonel » de la réserve opérationnelle à 26 ans seulement! Un grade d’officier supérieur conférant un pouvoir de commandement à 26 ans, dans un corps où l’évolution est lente et se fait, pour les officiers, à concurrence de leurs engagements.

Auparavant, il s’est distingué pour être un garde du corps improvisé du parti socialiste et du mouvement En-Marche, où il accompagnait le candidat Macron dans tous ses déplacements, sous le poste de conseiller sécurité…

Sa formation et sa qualification en sécurité? Elles sont des plus succinctes:

  • passage de quelques semaines dans une société de sécurité marocaine
  • évocation d’un master en droit (mais lequel?)
  • premier poste au service d’ordre de F.Hollande pendant sa campagne de 2012
  • deuxième poste de responsable de sécurité au service de Martine Aubry
  • une semaine chauffeur d’A.Montebourg, placé par le SPHP. Le Ministre s’en sépara pour faute grave, suite à un comportement délictuel (il aurait voulu commettre un délit de fuite après un accident de voiture en présence du Ministre)
  • troisième poste de responsable de sécurité d’E.Macron pendant sa campagne de 2017.

L’élection obtenue, BENALLA se retrouve propulsé au poste d’Adjoint au chef de cabinet du Président de la République, en qualité de chargé de mission sécurité. Ascension fulgurante, qui va au-delà de ses états de services.

Comportement de A.BENALLA

M. Benalla s’est taillé une réputation de violence et de comportement inapproprié, bien avant d’être titulaire de son poste à la Présidence. Son passé professionnel montre une obsession étonnante pour la violence et la sécurité.

  • L’épisode Montebourg, qualifié par le Ministre de « faute professionnelle d’une première gravité » (source Le Monde) éclaire sur sa capacité à vouloir dissimuler ses erreurs et fuir ses responsabilités;
  • Pendant la campagne présidentielle il malmène régulièrement les journalistes qui le surnomment Rambo (source rtbf);
  • En 2016 il était déjà accusé d’avoir frappé et blessé un manifestant communiste à Bobigny;
  • Pendant la campagne présidentielle il présente des dépenses anormales et des notes de frais abusives. (Source Macron leaks et rtbf);
  • En Mars 2017 il réclame des armes anti-émeute (fusil gomme-cogne, flash-ball, boucliers anti-émeute… Source Macron leaks et rtbf); Il sera rappelé à l’ordre par le Trésorier de En-Marche.
  • Il demandera à deux reprises une autorisation de port d’arme. Alors qu’elle lui est refusée sans débats pendant la campagne électorale par le Ministère de l’Intérieur, elle lui est accordée sans enquête depuis qu’il travaille à la Présidence, par la Préfecture de Police de Paris. (Source Macron leaks et rtbf)

Faits reprochés (et avérés)

L’affaire Benalla se crée le 1er mai, à l’issue d’un épisode qui mérite d’être qualifié de criminel, commis par M. Benalla, qui, sous le couvert d’un brassard de police et d’une apparence de signes de l’autorité, va aller frapper violemment deux manifestants lors d’une manifestation du 1er mai. Des vidéos ont circulé, prises depuis des smartphones, qui montrent un comportement de M. BENALLA qui ne relève d’aucune justification légitime acceptable, et qui sont très explicites.

Par ailleurs les extractions des caméras de vidéo-surveillance ont confirmé l’illicéité de son comportement.

Le fait correctionnel objectif sur lequel la justice aura à instruire, devrait être qualifié de coups et violences volontaires au sens de l’article 222-13 du Code Pénal, délit aggravé par trois circonstances : violences commises dans trois circonstances aggravantes : l’usage abusif de signes de l’autorité, avec des complices ou en réunion, et avec usage d’arme. Le délit fait encourir à son auteur une peine de 7 ans de prison et 150.000 € d’amendes en raison de la triple aggravation des §7, §8 et §10 de l’article 222-13.

Le scandale politique

Au-delà du fait correctionnel objectif soumis à justice, et en défense duquel M. Benalla présente aujourd’hui une défense très inadaptée, se prétendant collaborateur occasionnel du service public de la police en invoquant le droit qu’a tout citoyen d’appréhender un délinquant et de le présenter aux autorités de police – alors précisément que les services de police étaient déjà présents et en train d’intervenir – le scandale politique se crée surtout par le comportement de la hiérarchie de M. BENALLA, qui dépend directement de la Présidence, puis du comportement de certains professionnels des services de police.

Il semblerait que les services de la Présidence auraient très largement couvert M. BENALLA, en prenant à son encontre une sanction particulièrement faible eut égard à la gravité objective des actes commis. En effet, la Présidence a indiqué avoir décidé une mise à pied disciplinaire de 15 jours, et il semble que cette mise à pied n’ai jamais été effective, mais se soit transformée en un changement d’affectation, sans perte de rémunération!

Si les faits sont avérés, il me paraît impossible de ne pas révoquer ce fonctionnaire de la Présidence pour faute grave voire lourde. La violence, le fait correctionnel, ne sont pas des simples erreurs disciplinaires. Ce sont des actes illégaux, volontaires, d’une telle gravité qu’elle doit être considérée comme lourde, excluant tout droit à indemnité. C’est la jurisprudence habituelle qu’on retrouve tant en matière administrative que civile.

Ne pas être choqué par la magnanimité de la sanction revient à demander que la sanction de A.Benalla fasse jurisprudence, au nom du principe d’égalité, et qu’elle permette aux nombreux fonctionnaires ou salariés violents de ne plus être révoqués, mais de ne perdre que 15 jours de salaires… pris sur les congés payés qui plus est!

Or, cette sanction disciplinaire interdit à la Présidence de le sanctionner une seconde fois pour les mêmes faits. Ce qui donne à penser que M. BENALLA, dont le comportement semblait notoirement connu, a bénéficié d’une très forte protection. Au point qu’on doit se demander si la protection dont il a bénéficié ne couvre pas une situation illégale au sein de la Présidence… Comment expliquer autrement qu’on laisse un tel individu monter aussi haut dans la hiérarchie, sans le contrôler, en dépit de nombreuses alertes?

Le premier scandale est donc d’abord la protection dont M. Benalla a bénéficié, avant les faits et après les faits.

Mais depuis le 15 juillet, depuis que les faits ont été divulgués publiquement, l’Etat multiplie les erreurs afin de dissimuler les responsabilités engagées. Toutefois, quatre enquêtes ont été ordonnées : judiciaire, administrative et politique. Il importe donc d’attendre que les auditions des Commissions d’Enquête de l’Assemblée Nationale et du Sénat, l’instruction de la Direction générale des Services, et l’instruction correctionnelle dévoilent la chaîne des responsabilités ainsi que la totalité des faits. En espérant que les fusibles seront suffisamment solides pour que la vérité soit dévoilée.

Hélas, le mal est fait. La Présidence MACRON est déjà entachée, à trois niveaux:

  • au niveau de la Présidence, où la protection de Benalla semble provenir directement du Président Macron;
  • au niveau du Gouvernement, où le Ministre de l’Intérieur a du mal à assumer le défaut de contrôle des équipes de police ou à résister aux ordres de la Présidence, seraient-ils illégaux;
  • au niveau de la Préfecture de Police de Paris, qui a accepté de délivrer un port d’arme à un individu notoirement dangereux, sans enquête, contre l’avis du Ministre de l’Intérieur sortant;

C’est peu de dire que j’ai une triste impression qu’on se moque encore et toujours du vulgus pecus. Comme quoi plus ça change et moins ça change…

2kismokton? Make an educated guess!


 

Pour partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*