Pourquoi certains jeunes n’ont plus peur de la Police? Quand l’Etat renonce à sa mission régalienne essentielle!

Source Le Parisien

Voitures de police volontairement incendiées à Viry-Châtillon (c) LeParisien

Pour quelle raison une certaine frange de la population n’a t’elle plus peur de la Police?
Probablement lorsque l’État renonce à sa mission régalienne essentielle!

Violences contre la Police : pas besoin de terroristes!

Renoncement : Une longue succession de signaux de renoncements de l’État à faire appliquer la loi, l’ordre et la sécurité sur l’ensemble du territoire français a abouti à une situation telle que les policiers ne sont plus craints dans la rue, et sont même devenus les cibles des émeutiers ou, des voyous ou des malfrats. Avant même d’être la cible des terroristes, dont nous n’avons nul besoin en France pour intégrer le sentiment d’insécurité!

La dernière des violences à dénoncer, le dernier signal d’absence totale de crainte et de respect envers l’autorité, vient d’être donnée de manière exemplaire à Viry-Châtillon ce samedi 8 octobre 2016.

8 octobre 2016, Viry-Châtillon : Dans cette petite ville de région la première ceinture de la banlieue parisienne, deux patrouilles de police (Deux voitures, un Gardien de la Paix et un Adjoint de Sécurité dans chaque véhicule) surveillent et garantissent la sécurité d’une caméra de vidéo-surveillance installée sur un carrefour meurtrier. Une bande de jeunes délinquants armés de battes de base-ball et de pierres agresse les équipages et les contraint à se réfugier dans leurs véhicules. Puis ces véhicules sont incendiés par des cocktails Molotov (de vrai bombes incendiaires artisanales). 3 policiers seront grièvement blessés! Le drame mortel a été évité par miracle. Un policier est placé en coma artificiel compte tenu de la gravité de ses brûlures!

Comment a-t’on pu en arriver à une telle situation? Un retour en arrière s’impose!

Les policiers agressés surveillent et sécurisent une caméra de vidéo-surveillance qui est régulièrement cassée par les malfrats locaux. La Mairie a remplacé cette caméra à de multiples reprises. Montée en haut d’un mât elle a été régulièrement mise à terre par heurt volontaire d’un véhicule bélier, au point que des plots en béton ont été rajoutés pour protéger le mât!

Il faut donc installer une équipe de 4 policiers pour surveiller une caméra de vidéo-surveillance précisément supposée faire le travail de plusieurs policiers! J’y vois là une situation passablement incongrue!

Plus encore le fait que les policiers, s’ils savaient qu’une action pouvait être menée, n’étaient pas équipés pour une opération de maintien de l’ordre, mais uniquement pour une opération de patrouille.

Plus encore, le fait que ces deux patrouilles ne semblent pas avoir été protégés eux mêmes. Ni même équipés de protections ignifugées. Or, l’attaque intervient moins de 5 mois après l’agression d’une patrouille de à proximité de la place de la République, en marge de la manifestation contre la loi El-Khomery, le 18 mai 2016!

Pire encore, ces faits interviennent alors que l’ensemble des forces de l’ordre sont en état d’alerte en raison du risque d’attentats!

18 mai 2016, Paris : Le 18 mai 2016, une agression similaire intervient. Une bande de 15 agresseurs incendie volontairement une voiture de police qui circule dans les embouteillages à quelques rues de la Place de la Bastille, pendant une des 11 manifestations qui ont permis à la CGT de faire la démonstration de son incapacité à filtrer ses manifestants ou à maîtriser les débordements violents. La voiture est incendiée. Deux policiers ont manqué de périr brûlés. Un policier a hésité à sortir son arme.

Ce précédant qui avait pourtant très fortement choqué la France en mai dernier n’a semble-t’il pas été compris par la hiérarchie, qui n’a pas doté ses équipes de matériel adéquat et qui n’a pas donné des instructions d’usage de leurs armes plus claires.

Et pourtant ce n’est pas la première fois que les policiers sont victimes directes d’agressions. Ainsi en avril 2011, un policier se fait tirer dessus par un malfrat qui s’est emparé de son arme!

16 avril 2011, Train SNCF Gare du Nord : Le 16 Avril 2011, un événement est passé presque inaperçu, dans le tumulte de la campagne présidentielle commençante : l’agression à arme à feu d’un Policier par un malfrat qui lui a volé son arme. Les faits se déroulent dans un train de banlieue Gare du Nord, ou un Gardien de la Paix en civil intervient pour porter secours à un passager de 16 ans agressé et molesté par un groupe de trois individus mineurs armés d’un couteau.

Le Gardien de la Paix a fait usage de son arme à deux reprises en état de légitime défense : un coup de semonce, puis un coup portant qui blesse un des trois agresseurs à l’abdomen. Malgré l’usage de son arme, les agresseurs ne sont pas intimidés. En attendant les renforts, le policier se fait prendre son arme par l’un des deux agresseurs restant, qui lui tire dessus dans le dos! Les renforts arrivent dans les secondes suivantes et arrêtent tout le monde. Ils sont passés en jugement le 23 juin 2015. Jugés devant la Cour d’Assises des Mineurs de Paris, l’agresseur qui a tiré sur le policier comparaissait libre! Est-ce sérieusement acceptable qu’une personne poursuivie pour tentative de meurtre sur un policier puisse comparaître libre?

La vidéo de surveillance intégrée à la rame du train et rediffusée par BFM-TV est éloquente dans sa violence! Elle ne laisse aucune place au doute quand à l’intention de tuer!

Les agresseurs ont été condamnés à :
pour violence aggravée et tentative d’extorsion commise avec une arme.

  • le premier mineur, (16 ans au moment des faits):quatre ans de prison dont dix mois ferme,
  • le majeur (18 ans au moment des faits) : cinq ans de prison dont trois avec sursis.

pour tentative de meurtre sur un policier

  • le dernier, mineur de 16 ans à l’époque, a été condamné à une peine de réclusion criminelle de dix ans pour tentative de meurtre sur le policier.

s Comment peut-on accepter que des mineurs soient à ce point dépourvus de respect de la Police qu’ils n’éprouvent plus aucune peur pour la fonction, ni même de peur face à un policier armé? Comment ce fait-il que ce procès n’ait pas été plus médiatisé? Que la hiérarchie policière ne se soit pas alertée de la multiplication des comportements anormaux des délinquants face aux policiers?

Pas un acte terroriste : Car il ne s’agit pas d’un assassinat terroriste à la Merah ou de ce couple de policiers de Magnanville assassinés le 13 juin dernier. Situations volontaires, politiques, préméditées et imparables. Il ne s’agit pas non-plus de l’agression par un déséquilibré notoire qui retourne l’arme de service d’une gendarme à Cannes. Il s’agit au contraire de réactions spontanées de personnes interpellées par les services de police. Et qui adoptent un comportement totalement anormal eut égard aux circonstances.

Comment accepter que la hiérachie, fonctionnelle ou de tutelle, n’ait pas pris des mesures pour répondre à l’augmentation de la violence subie par les Policiers lors de leurs interventions? Cette violence est pourtant dénoncée par tous les professionnels! Et elle impose dans certains quartiers que l’on procède aux arrestations de jeunes délinquants en mobilisant un nombre anormalement important de policiers en renfort. Dans ces quartiers, une arrestation n’est jamais un acte anodin!

D’où vient l’absence de crainte naturelle des jeunes délinquants face aux Policiers? Tout individu sensé craint naturellement le policier en uniforme, porteur de son arme de service! Il n’y avait, dans un passé proche, que le grand banditisme qui ne craignait pas les policiers. Et encore, y avait-il encore du respect. Mais à présent, plus aucun respect non-plus qu’aucune crainte. Est-ce lié à la formation des policiers? Ont-il perdu leur capacité à se faire respecter? Ou est-ce plutôt lié à l’idée globale de la Police dans la société? Et à l’information développée ad-nauseam par la gauche (et Taubira en fût le plus bel exemple) selon laquelle le délinquant est avant tout un sauvageon qu’on doit sauver de lui-même, plutôt qu’une menace pour la société.

Ces épisodes et ceux que j’ai oublié de citer nous renvoient tous à la question qui doit à présent se poser du périmètre du droit pour un policier de faire usage de son arme. Compte tenu de l’évolution dramatique et galopante des agressions sur policiers, il est urgent qu’on redéfinisse de nouvelles règles d’usage de leurs armes.

 

Ariel DAHAN

Pour 2kismokton.

Les patrons de boites de nuit demandent à la Police d’assurer leur sécurité!

C’est le monde à l’envers chez les nyctalopes !

Depuis que certains ont pris la fâcheuse habitude de mitrailler les boites de nuit au prétexte qu’ils ont été refoulés par le videur, grosse tendance délinquante de la saison, les patrons de boites de nuit réclament une protection policière aux abords de leurs établissements.

Un peu comme aux abords des écoles, lieux de cultes et autres sites réellement sensibles.

2kismokton!

Si personne ne nie qu’il existe une augmentation des violences armées devant discothèques, ce n’est certainement pas à l’Etat d’y assurer la sécurité. Il s’agit d’organisations privées qui génèrent moulte bénéfices dont certains sont allégrement dissipés dans certains circuits financiers parallèles. Il leur appartient de faire le nécessaire pour protéger leur clientèle et leur établissement.

Les aéroports, les ambassades, les centres cultuels sensibles y parviennent. Ils engagent un personnel de sécurité un peu mieu formé qu’un simple physionomiste barraqué.

En revanche, cet appel à l’aide devrait être pris au pied de la lettre par d’autres services de l’Etat, en plaçant dans ces établissements un contrôle réel des entrées et des consommations. Histoire d’augmenter les entrées fiscales, et d’éviter les consommations illicites ou excessives.

Assassinat de deux gendarmes à Colobrières : Pourquoi? Comment?

Deux gendarmes (femmes, certes, mais gendarmes surtout, donc hommes d’armes) ont été tuées dimanche 18 juin 2012 à Colobrières (Var) après que l’individu qu’elles étaient venu interpeller à son domicile (sur les causes d’un vol de sac à main) ait pu récupérer l’arme de l’une d’elles et la tuer à bout portant, avant de tirer sur sa collègue. Le suspect aurait reconnu les faits.
 
Après l ‘émotion légitime et les condoléances aux familles des victimes, l’une des gendarmes abattues étant mère, autorisez-moi deux réflexions dont une sera grinçante:
 
1- Pourquoi?
Je suis toujours stupéfait de voir qu’il existe encore des individus qui n’ont aucun respect ni aucune crainte de la maréchaussée. C’est particulièrement inquiétant. Nous sommes loin du temps où l’apparition du « Gens d’Arme » ou du « Gardien de la Paix » suffisait à pacifier un litige, et à appaiser une rue.
Cette dérive a commencé il y a longtemps, et se perpétue aujourd’hui à tous les niveaux de la société : l’inconscience, ou plutôt une théorie nouvelle qu’il mériterait de développer par ailleurs : l »A-conscience » (le fait d’être conscient de son action, mais de n’y avoir pas réfléchi, ou de n’avoir pas les acquis suffisants pour anticiper les conséquences). Il y a urgence à re-former les individus. C’est un travail de tous les corps constitués : Enseignement National, Partenaires sociaux, Justice… Mais également hommes politiques.  L’exemple doit venir d’en haut. Le sentiment d’impunité doit disparaître, et la crainte du gendarme revenir en force!
 
‎2 – Comment?
voilà la réflexion grinçante, que j’émet avec beaucoup de réserves et d’humilité. En demandant d’avance pardon à ceux qui s’en sentiront offensés.
Comment est-il possible qu’un groupe de deux gendarmes armés et entraînés se fasse désarmer et tuer de la sorte?
Certes, les deux gendarmes étaient des femmes. Mais des femmes militaires, entraînées à de telles opérations. Et l’un des équipiers était supposé protéger l’autre.
Certes, les deux gendarmes intervenaient pour un vol de sac à l’arraché. Elles pouvaient ne pas être informé du risque réel. Mais ce qui m’interroge, c’est précisément la difficulté qu’elles ont eu de réagir face au comportement agressif du prévenu.
 
Déjà il y a 6 ans, à l’occasion du viol de deux femmes policières en pleine journée à Bobigny, la même interrogation se posait? Comment des policiers, supposés garantir la sécurité du public, peuvent se sentir à se point en danger qu’ils en deviennent des victimes?
Cette réflexion m’amène à me dire qu’il est urgent de repenser l’entraînement des forces de police et de gendarmerie ainsi que la composition des équipages.
Pas pour accuser les victimes. Au Contraire. Pour éviter qu’un tel drame ne se reproduise.