Art – quand la commande publique cherche la controverse

Christmass Tree de Paul McCarthy, photographie de OMG http://www.omgblog.com/2014/10/omg_artist_paul_mccarthy_erect.php

Christmass Tree de Paul McCarthy, photographie de OMG http://www.omgblog.com/2014/10/omg_artist_paul_mccarthy_erect.php

La politique publique en matière d’art contemporain joue régulièrement avec la controverse scatologique. Un observateur extérieur pourrait croire que le critère essentiel de la commande publique d’art contemporain est devenu sa capacité de subversivité – subversivité sexuelle, scatologique, mémorielle – tout est bon pour bousculer le bourgeois, du moment que la subversivité vient du côté gauche de l’échiquier. Car n’en doutez pas, une commande publique de droite qui présenterait un caractère subversif pro bon-ton serait très certainement plus honnie que ne l’est aujourd’hui la commande publique subversive de gauche.

Le « Green Tree » de Paul McCarthy en est un exemple très actuel, et la polémique qui s’en est suivie, (coups donnés à l’artiste, dégonflage de son oeuvre) symptomatique d’une société déchirée.

A l’occasion de la FIAC et concomittament aux travaux d’embellissement de Paris pour les décorations de Noël, la Ville de Paris a autorisé l’installation sur la Place Vendôme, à un artiste connu pour sa philosophie subversive sexuelle et scatologique, d’un « sapin de noël » revisité.

Le projet s’appelle « Green Tree », arbre vert.

Il consiste en une bâche vert-sapin glonflée, qui prends une forme tronconique, pointue, qui pourrait faire penser à un Sapin de Noël dessiné par un ivrogne au gros marqueur vert. On n’est pas dans la finesse du trait. On est très loin aussi du « Tannenbaum »…

Une commande publique immonde de plus me dirriez-vous, tant nous sommes habitués au gachis de la commande publique en matière artistique. Mais précisément, depuis Jack Lang, plus l’art est laid, et plus il est artistique. Il faut l’accepter. La FIAC fait son beurre sur cette ambiguïté visuelle qui consiste à tordre le nez du bourgeois pour lui faire acheter ce qu’il trouve le plus immonde. Effort commercial remarquable.

Mais en matière de commande publique, depuis les Colonnes de Burren, on ne peut plus s’étonner de rien… Alors un Sapin Glonflable… Pourquoi pas? On a vu plus con!

Regard subversif : Mais c’est que précisément, un regard un peu plus instruit sur l’objet éclaire d’un jour nouveau la réalité subversive de ce projet. Loin d’être un Sapin de Noël, dont il n’a aucune des proportions aletières, il ressemble à s’y méprendre à un objet que seuls certains d’entre nous connaissent ; le « plug annal », sex-toy d’auto-satisfaction annale, qu’on peut trouver dans tous les bons sites de vente de produits du même genre.

La comparaison des photographies est édifiante… Mêmes proportions, même forme symbolique dédiée à l’élargissement progressif…

PlugAnnalSexToy

Faut-il vraiment accepter du denier public qu’il joue avec les nerfs du public? Certes non. Je n’aurais rien eu à dire si nous avions eu affaire à une commande privée. Mais la FIAC est une Foire Internationale, qui conserve une part importante d’aspect public. Et surtout, l’« oeuvre » était exposée sur la Place Vendôme. Symbole de notre Justice et de notre Luxe. Un beau bras d’honneur à nos symboles en réalité… !

Entendons nous bien:

Sex-Toys: Je n’ai rien contre les sextoys. Certains de mes amis en vendent. D’autres y ont recours. C’est très bien. Et je n’ai rien de public contre Mc Carthy. Certains de mes amis adorrent. D’autres détestent et c’est aussi bien. Mais je refuse qu’on m’impose une oeuvre d’art volontairement subversive, en dévoyant la symbolique familliale du Sapin de Noël.

Violence sur artistes: Je condamne également les violences faites sur l’artiste, qui n’est que dans son rôle d’artiste. Le responsable de cette oeuvre n’est pas tant l’artiste lui-même que son commanditaire, commande publique, la FIAC, ou la Ville de Paris, qui a autorisé son installation en place publique!

Destruction d’oeuvres : Je condamne tout autant les autodafés imposés, et les destructions d’oeuvres d’art (encore qu’en l’occurence, c’est plus un sabotage du système de gonflage que la destruction de l’oeuvre en elle-même). La liberté de parole passe par la liberté d’expression artistique. Il ne faut pas confondre « commande publique » avec « art public ».

La commande publique, il y a encore un siècle, était une commande inspirée, qui élevait le spectateur. Elle visait à démontrer un but politique. Elle appuyait le pouvoir dominant par l’idée qu’elle en donnait (faste, vertu, force… selon les époques). Des fresques monumentales agiographiques aux pièces de théatre, la commande publique a créé la France glorieuse de Louis XIV. Elle a assis la France révolutionnaire, tout comme la France impériale. On peut considérer la commande publique comme « pompeuse », convenue ou « officielle ». C’est précisément son rôle : elle stimule la concurrence et permet à des auteurs de présenter des chefs d’oeuvre qui n’auraient pas eu leur chance s’il ne s’était agit que de la commande privée.  Ergo – la commande publique doit suivre la logique de sa politique gouvernementale.

Quelle logique politique s’induit d’un plug annal? La dilatation annale, avec ou sans joie solitaire, et rien d’autre. Volonté inconsciente de nos ministres de nous montrer jusqu’à quelles extrémités fiscales nous devons nous préparer?

Tas de merde géante offert par McCarthy à Hong-Kong. Alors, heureux?

Tas de merde géante offert par McCarthy à Hong-Kong. Alors, heureux?

Enfin, dans notre malheur, nous avons évité le pire : le tas de merde signé du même Mc Carthy…

Alors ! Heureuse ?

La connerie de nos ministres est sans borne. La capacité subversive des artistes également.

 

Ariel DAHAN,

2kismokton

Mensonges d’Etat : Peut-on encore avoir confiance dans la parole de l’Etat?

Mensonges d’Etat : Peut-on encore avoir confiance dans la parole de l’Etat?

On le pensait révolu, ce temps des mensonges d’Etat. Hélas, il semble qui revient comme le chiendent avec chaque nouveau gouvernement socialiste!

  • Qu’on se souvienne du Rainbow Warrior!
  • Qu’on se souvienne de la négation du gouvernement Jospin de la montée de la violence urbaine et de l’antisémitisme!
  • Qu’on se souvienne des affirmations lénifiantes du candidat-devenu-président Hollande!

Le Président Normal : Ainsi, le mythe du « président normal » n’aura pas tenu une année d’exercice. Le peuple français s’est vite rendu compte que les promesses de Hollandes n’engageaient que les idiots qui y avaient cru. Mais il est tout de même intéressant de relever qu’il a reconnu hier que le concept de « président normal » serait un concept « déjà vieux, ancien », à l’occasion du diner donné par l’Association de la Presse Présidentielle hier dans les salons de l’Ecole Polytechnique. On en a pourtant mangé de la fausse présidence normale, et des postures gouvernementales prétendument modestes. Tout çà pour ça!

Les impôts : Plus grave, de la parole du gouvernement sur son engagement de ne pas augmenter les impôts. Depuis le début de la campagne présidentielle il y a deux ans, jusqu’à ce jour, rien n’a changé dans la situation économique de la France. La crise économique était prévisible. Mais le couple Hollande-Ayrault a voulu nous faire accroire que la Gauche serait capable de créer le miracle économique que la France attends depuis les années 70! Lorsqu’il est revenu une première fois sur son engagement, en augmentant massivement les impôts, sans toucher notablement aux dépenses, pour l’année fiscale 2013, Hollande et son âme damnée se sont engagés à ne pas remettre le couvert en 2014. Et pourtant, à l’occasion des pinces-fesses du 14 juillet, ne voila-t-il pas que notre dégustateur de Flamby annonce de nouvelles hausses d’impôts pour 2014?

La Transparence fiscale: Plus symptomatique, aussi, l’épisode risible de la fausse transparence imposée après la découverte du « problème Cahuzac ». Découverte que de nombreux intervenants affirment ne pas être aussi ingénue, Hollande étant très fortement soupçonné d’avoir couvert son ministre, qui tout comme son trésorier de campagne, fait la part belle aux avoirs cachés en Suisse (ou ailleurs).

Le patrimoine des élus: Plus agaçant, cette capacité qu’a la Hollandie de faire des estimations ridicules de son patrimoine. Toute la profession est unanime à dire que le patrimoine du Patron est largement supérieur en valeur à ce qu’il a estimé…

L’inversion lexicale : Plus grave, enfin, le fait que chaque affirmation officielle du père Hollande ou du compère Ayrault se soldent par des mesures gouvernementales strictement inverses. Affirme-t’il vouloir maintenir la formation professionnelle, que son gouvernement fait sauter les incitations fiscales de formation en alternance dans les TPE!

Le déni comme méthode de gouvernement : Plus dangereux, enfin, le fait que le déni d’Etat redevienne une méthode de gouvernement en matière de maintien de l’ordre public:

PSG : Lorsque la fête du PSG fut gâchée, tout le monde a vu les images des supporters du PSG qui revendiquaient essentiellement être supporters du Quatar. Mais le gouvernement n’a retenu que la responsabilité d’un groupuscule de 50 jeunes supporteurs d’extrême droite. Et pourtant ce ne sont pas eux qui ont démembré la place du Trocadéro. Ce ne sont pas eux qui ont cassé les vitrines, mis le feu aux voitures. Les vidéos des événements montrent bien que la responsabilité de ces émeutes incombe non-pas au groupuscule d’extrême-droite, mais à la meute d’ultra-gauche persuadée que lorsque le PSG avance, c’est avant tout son sponsor, le Quatar, qui progresse!

Pour parler clairement, les images des vidéos prises ce jour là montrent essentiellement des jeunes d’origine ethnique d’outre-méditerranée. Des jeunes provenant essentiellement des banlieues. Ces jeunes dont le seul modèle d’intégration semble aujourd’hui être le maillot du PSG aux couleurs du Quatar…

Et à Brétigny, dans l’immédiateté de la catastrophe ferroviaire la plus importante que la France ait jamais connue depuis 30 ans, des témoins ont affirmé avoir assisté à des scènes de pillage des victimes, vives ou mortes.
Quelle fut la réaction des officiels? Avant même d’enquêter, le mot d’ordre a été passé : il n’y a pas eu de « vollerie » ou de « pillagerie » à Brétigny!
On a presque failli y croire, si ce n’est la plainte d’un sauveteur qui s’est fait dérober son téléphone portable…

On a presque failli y croire, si ce n’est … le rapport de la Direction Centrale des CRS qui fait état de jets de projectiles et de vols sur les victimes du déraillement du train.

Le Point fait état sur son site d’un rapport de synthèse des affaires marquantes du 10 au 16 juillet de la Direction centrale des compagnies républicaines de sécurité (DCCRS) dans lequel une page est consacrée à l’opération de sécurisation mise en place après la catastrophe ferroviaire par deux sections de la CRS 37-Strasbourg venues du cantonnement de Meaux.

Le document ne soulève aucun doute. IL est précis, détaillé, et sobre:

« À leur arrivée, les effectifs de la CRS 37 devaient repousser des individus, venus des quartiers voisins, qui gênaient la progression des véhicules de secours en leur jetant des projectiles »,

« Certains de ces fauteurs de troubles avaient réussi à s’emparer d’effets personnels éparpillés sur le sol ou sur les victimes. »

« Les fonctionnaires protégeaient ensuite les lieux de l’accident pour favoriser le travail des enquêteurs et des techniciens et sécuriser la visite des nombreuses autorités (président de la République, Premier ministre, ministre de l’Intérieur, ministre des Transports, ministre de la Santé…).

Démentis officiels : Visiblement les CRS, la Croix-Rouge et le Samu n’étaient pas au même endroit au même moment, puisque ceux-ci affirment n’avoir constaté aucune agression et avoir travaillé de façon tout-à-fait normale sur les lieux de l’accident.

Peut-on accuser les CRS de mentir? Ce n’est pas leur habitude. Un rapport de ces compagnies fait foi jusqu’à preuve du contraire. Or, les démentis officiels ne sont pas des preuves. Uniquement une parole publique, qui donne le ton et montre quelle politique de sécurité et de maintien de l’ordre public le Président Hollande et le Gouvernement Ayrault veulent donner à la France.

Le discours lénifiant de la gauche, qui revient comme en 92, montre ouvertement que le niveau de sécurité que ce gouvernement souhaite pour ses concitoyens, c’est un niveau de sécurité qui régresse aux pires heures du Moyen-Âge : une France qui laisse faire le pillage, les émeutes, le picorrage (méthode de rémunération des armées sous l’ancien régime, où les survivants des conflits récupéraient les armes et les chevaux des mort)!

Jadis déjà le Premier Ministre Jospin avait trébuché sur la prise en compte de la sécurité intérieure, pensant pouvoir cacher aux citoyens l’étendue de l’augmentation de cette violence urbaine.

Le gouvernement HOLLANDE/AYRAULT prends le même chemin. Et ce ne sont pas les efforts de Manuel VALLS pour se faire passer plus méchant qu’il n’est vraiment qui changeront la donne. Tant que la politique restera libertaire, les prisonniers continueront à se jouer de Taubira, et à jouer la fille de l’air, les mains attachées dans le dos. Comme ce dernier évadé de Lille Sequedin qui a fait déclarer par son frère qu’il sortait « pour les vacances » ou pour le Ramadan!

2Kismokton?

Comme d’habitude : du Con-Tribuable. De vous et moi. Du Peuple.
Ré-agissez!

République « Exemplaire », République « Parfaite » ou République « Responsable » ?

Faut-il une République « Exemplaire », une République « Parfaite » ou une République « Responsable »?

Quand le lynchage politique devient le mode d’exercice de la politique! 

Vahe Victis! Le malheureux Ministre du Budget Jérôme Cahuzac se fait honnir par son parti, par son gouvernement, par son premier ministre, Jean-Marc Ayrault et par son Président François Hollande avec une absence de courage qui n’a d’égal que la célérité à laquelle tout le monde l’enfonce, pour ne surtout pas être suspecté d’être éclaboussé par cette nouvelle peste! 

« C’est une faute, c’est une faute impardonnable. C’est un outrage fait à la République, d’autant que les faits reprochés sont eux mêmes intolérables, détenir sans le déclarer un compte à l’étranger. » Extrait verbatim de la déclaration de François Hollande le 3 avril 2013 à l’issue du Conseil des Ministres.

2kismokton!

Une faute? Certainement. Triplement : fiscale, politique et médiatique (il serait temps qu’on apprenne aux hommes politiques à ne pas répondre aux journalistes sur leur vie privée).

Une faute impardonnable? Mais qu’est-ce donc que la justice, si ce n’est le pardon après la sanction? Et que dire de la prescription? Du droit à l’oubli ? Notre président en fait trop. Les seuls actes impardonnables, à ma connaissance, sont les crimes contre l’humanité. La fraude fiscale, c’est une faute nécessairement pardonnable, après sanction!

Un outrage à la République? Quel est donc ce délire! Quel est l’outrage? Détenir un compte à l’Etranger n’est pas un délit. Sauf dans l’esprit de Hollande qui décidément n’aime pas les riches, qui le lui rendent bien!

Le délit, c’est de n’avoir pas déclaré ce compte. Mais en quoi est-ce à ce point outrageant? Après-tout, la fiscalité française autorise à avoir des revenus de source étrangère pour des activités réalisées hors de France. La fiscalité française n’est pas une fiscalité mondiale. Contrairement au droit américain, le droit français s’arrête à ses frontières. L’outrage fait à la République est des plus modéré! Les injures faites au président ou au drapeau heurtent bien plus la République. Et pourtant …

Don’t crack under pressure! De la part de celui qui dirige nos destinées, la République est en droit d’attendre un minimum de modération et de sang-froid. Le Peuple Français également. Notre président n’est pas « Tag Heuer ». Il « Crack under pressure »!

De César poignardé, Auguste disait au peuple Romain

« Il était mon ami, un ami sincère et juste, mais Brutus dit qu’il était ambitieux, et Brutus est un homme honorable… » William Shakespeare, Jules Cesar, Acte I Scène IX

Point de tels propos pour Jérôme Cahuzac, qui n’était pas mon ami. Mais néanmoins, la conspuation publique qu’il subit mérite qu’on s’interroge sur les raisons de la rumeur publique.

Cry Baby Cry! Nous avons ainsi entendu tour à tour tous les ministres du gouvernement cracher leur ire contre « le » ministre fautif, « la » brebis galeuse, l’unique responsable des malheurs politiques du gouvernement, en un mot contre le bouc expiatoire promis à Hazazel.
Nous avons entendu le Premier Ministre Ayrault venir se plaindre et dire « il m’a trompé »! Le pauvre chou!
Nous avons entendu le Président Hollande venir se plaindre et dire en 3 secondes avant de décoller, qu’il demandait une République Exemplaire et qu’il exigeait de ses ministres qu’ils fussent exemplaires. Gentil garçon!

Que recouvre ce déferlement de toute la Gauche contre ce médecin-ministre-prévenu-coupable maladroit ?

Poursuivre les faits ou poursuivre l’homme? Je n’entends pas, en voyant la curée contre M. Cahuzac, un reproche sur les faits, mais un reproche contre l’homme. Or, de quoi s’agit-il? D’avoir oublié (nécessairement sciemment) d’avoir déclaré deux comptes ouverts à l’étranger, qui détiennent des fonds qui, très probablement, auraient mérité une fiscalisation quelconque, à un moment où le désormais ex-ministre avait des fonctions privées, et qui pourraient s’ils étaient intégrés dans la base de calcul de l’ISF, contribuer à faire passer notre ex-ministre du côté honni des « riches »…

Dito :

« J’ai rencontré les deux juges aujourd’hui. Je leur ai confirmé l’existence de ce compte et je les ai informés de ce que j’avais d’ores et déjà donné les instructions nécessaires pour que l’intégralité des actifs déposés sur ce compte, qui n’a pas été abondé depuis une douzaine d’années, soit environ 600.000 €, soient rapatriés sur mon compte bancaire à Paris.  » Extrait de sa déclaration publiée le 2 avril 2013 sur http://www.jerome-cahuzac.com

Haîne et dégoût des riches : Pour un Président qui a fondé sa ligne politique sur la haîne et le dégoût du Riche, pour un Gouvernement qui a fondé sa ligne politique sur la spoliation des moindres richesses individuelles, celà fait évidemment très mauvaise figure. Celà mérite évidemment une sanction. Sanction aussi publique que les faits furent cachés. C’est là une conséquence de notre morale judéo-chrétienne, qu’au-delà de la sanction des faits, la réprobation morale s’attache à la volonté d’avoir dissimulé.

Bouc émissaire. Mais la sanction qui est apportée par la classe politique de gauche, dans cette affaire, n’est pas celle-ci. C’en est une autre, celle du bouc émissaire. Celle naïve qui prétend qu’en retranchant du groupe celui qui a fauté, on préserve le groupe de la colère divine.

Une république parfaite? Et lorsque Hollande et Ayrault, la main sur le coeur, appellent à l’élaboration d’une « République Parfaite », ils se trompent. Ils procèdent du même délire langagier que celui des promoteurs de l’hégémonie raciale ou cultuelle.
Car pendant toute la campagne présidentielle, puis celle législative, depuis les 11 mois du gouvernement et très probablement encore jusqu’aux municipales de 2014, la Gauche va nous resservir l’antienne du « monopole du coeur » et du « monopole de l’honêteté intellectuelle ».

Voilà tout de même un gouvernement qui, depuis 11 mois qu’il a été élu, reprends systématiquement les idées de droite, tout en affirmant sa supériorité intellectuelle « parce que de gauche ». Ainsi, la « morale » de droite est mauvaise, alosr que la « morale de gauche » est bonne. Ainsi, la limitation des allocations familiales par la droite est une honte, losrque la même par la gauche est une politique de justice sociale… Ainsi, l’augmentation des impôts par la droite est une attaque contre le pouvoir d’achat, mais la spoliation fiscale organisée par la gauche est une mesure de justice fiscale…. et tout est à l’avenant depuis 11 mois de présidence Hollande et de gouvernance Ayrault. Nous revisitons avec une mauvaise fois sans égale les constantes de la grammaire politique et économique. Plus égale Moins, Bien égale Socialiste. Mauvais égale Droite…

Et la « moralité des affaires » n’était pas le dernier des thèmes abordés. La Gauche s’est tellement targuée de son honêteté intellectuelle et de sa probité candide, qu’elle y a cru elle-même. Preuve de la puissance de la mythomanie politique!

Dans cette mythomanie, la Gauche s’est convaincue de sa supériorité morale sur toute autre formation politique. Qu’elle soit de gauche extrême, communiste, front de gauche ou socialiste, la Gauche se prête des vertus qu’elle ne maîtrise manifestement pas. Des qualités réelles ou supposées, attribuées à des personnes à raison de leur appartenance politique.

Celà ne vous rappelle donc rien?

Le racisme? La discrimination? L’attribution de qualités réelles ou supposées, à un personne ou à un groupe de personnes, en raison de leur appartenance à un groupe politique, religieux ou ethnique ?
Voyons! Et la loi sur la lutte contre l’incitation à la discrimination et à la haine raciale ?

Homo Socialus Bonus Est ? Car c’est bien de celà qu’il est question, côté Gauche! L’homme de gauche ne peut pas être mauvais. S’il a fauté, c’est nécessairement qu’il n’est pas ( ou plus ) de gauche. Bernard Tapie, et Dominique Strauss-Khan ont déjà tâté de cette discrimination politique. De cette logique de l’ostracisme. Cahuzac est le nouveau à tomber.

Pour le consoller, gageons qu’il ne sera pas le dernier. Car ce qui est bien avec cette politique de l’épuration, c’est qu’elle ne s’arrête vraiment jamais. La Terreur en 1793, a épuré largement plus qu’il n’en fallait. La nouvelle Terreur revient. Comme de juste elle est socialiste.

Révolutionnaire?

La vrai révolution, ce n’est pas de réclamer une République « Exemplaire ». Déjà à Rome, ne disait-on pas « La Femme de César ne peut pas être soupsçonnée » ?

La vrai révolution sera d’avoir une République « Responsable ». Où les individus seront jugés pour ce qu’ils ont fait, et non pour ce qu’ils disent. Où l’exemple politique ne doit être que positif, et où le procès ne peut jamais être expiatoire pour le groupe. Où jamais une sanction ne peut être « exemplaire », mais uniquement adaptée aux faits.

Quand au fond du droit, pour les faits dont M. Cahuzac est accusé, qui s’en moque? Je lui souhaite qu’il puisse bénéficier de la prescription extinctive de l’action publique. Si comme il le dit les fonds n’ont pas été mouvementés depuis plus de 5 ans, il y a de fait prescription pénale.

Vengeance ? Pour finir, il est toujours intéressant de s’interroger sur les vraies raisons qui ont poussé l’informateur inconnu à dénoncer Jérôme C. à Médiapart. La vengeance est généralement le moteur le plus évident de ces délations. Et pour avoir ces informations, encore faut-il avoir été bien intime avec le prévenu. Vengeance? Intimité? La vrai leçon à retirer de cette histoire, c’est qu’il ne faut jamais fâcher une personne qui détient des informations sensibles. UBS l’a appris à ses dépends lorsque la liste de détenteurs de comptes a été transmise aux services fiscaux français et américain. Jérôme C. l’apprend à ses dépends aujourd’hui. Douleur! 
Et compassion pour celui qui tombe! Car c’est un Homme!

Ariel DAHAN pour 2kismokton

Politique du logement : une politique de Gribouille

Politique du logement: une politique de Gribouile!

La politique du logement mise en place par le gouvernemant Ayrault et Cécile Duflot ressemble à s’y méprendre à une politique de Gribouille:

  • Annulation de la loi sur l’augmentation de 30% des droits à contruire
  • Prévision incantatoire de 50.000 nouveaux logements

Le projet de loi évoqué par Cédcile DUFLOT pour lutter contre la pénurie, essentiellement en Ile-de-France, prévoit la cession de 930 terrains du patrimoine de l’Etat. Dont 350 en région parisienne. Soit une moyenne de 54 logements par terrain, là où l’on sait pertinament que la moyenne de logements par terrain en région parisienne atteind difficilement les 30 logements, ce qui est déjà considérable (30 logements, signifiant des immeubles de 8 étages ayant en moyenne 4 appartements par pallier, ce qui est loin d’être la norme francilienne, ne serait-ce que pour des questions de hauteur et de droit à construire, précisément).

A Paris, on évoque 59 hectares de terrains cessibles identifiés, qui, pour le ministre du logement, représenteraient 8050 logements.

Calcul : 1 Ha = 10.000 m2. Soit une surface constructible de 59.000 m2.
Or, le plan d’occupation des sols prévoit un COS de 3. Soit pour 1m2 au sol, 3m2 autorisés en construction, surface incluant les oeuvres brutes.
Soit 177.000 m2 de surface habitable.
Soit 2.212 logements de 80m2 (norme pour un logement familial de 4 personnes).

Pour y faire tenir 8050 logements, il faut construire des logements de … 22 m2!

Des studios! Voilà ce que propose Cécile DUFLOT pour lutter contre la pénurie de logements : créer 8050 studios de 22 m2!

Abrogation de la loi sur les droits à construire : Alors que la loi votée l’an passé par le gouvernement Fillon aurait permis d’augmenter de 30% les droits à construire partout en France, y compris en Ile-de-France, ce qui, en passant le COS de 3 à 4, aurait permis à l’initiative privée de multiplier d’1/3 la surface constructible actuelle.

Soyons honêtes, tous les immeubles n’auraient pas été surélevés de 2 étages. Mais les promoteurs auraient pu augmenter leurs projets d’un ou deux étages sociaux, ou, dans une logique de réhabilitation, rajouter un étage aux immeubles collectifs déjà existants.

Et là, soyez certains que les 50.000 logements auraient largement été atteints, puisqu’il a été prouvé que l’initiative privée a permis de créer 100.000 logements!

Car la difficulté pour créer des logements, ce n’est pas le financement, ni la vente. C’est bien le foncier, devenu trop cher car introuvable, ou devenu trop compliqué à construire en raison des règles d’urbanisme qui, le plus souvent, ne servent qu’à préserver une vue.

Jouer les méchantes :Cécile Duflot peut toujours jouer les méchantes en durcissant les obligations des communes de +50.000 habitants, qui doivent augmenter le seul de logements sociaux à 25% en 2025, ou subir des pénalités multipliées par 5, mais si aucun terrain n’existe, on ne voit pas bien comment les logements sortiront de terre! Sauf à faire des hôtels-cabine et à appeler celà des logements. Après tout, le gouvernement Ayrault essaye bien de nous faire passer 8050 studios pour des « logements ».

2kismokton?
Comme d’habitude : du peuple.

 

La France immobile – art d’Etat nouveau « normal »?

Inquiétude ! Tous les professionnels, de toutes les professions, et tous les corps intérmédiaires, sont unanimes à dire qu’il est urgent de prendre des décisions techniques, et de sortir de la politique incantatoire. Et pourtant, 4 mois ont passé depuis l’élection de François Hollande, et toujours aucune ébauche de contenu concret pour habiller les mots creux des promesses électorales.

  • Toujours pas de trame de loi de finance pour 2013.
  • Aucune promesse fiscale n’est budgétisée.
  • La réduction de 5 centimes sur les produits pétroliers correspond à 1 Mrd de supplément d’impôt, non-encore affecté
  • Le taux d’IR guillotine à 75% des revenus passé 1M° d’€uros n’est toujours pas explicité techniquement.

Pire!  Il semblerait que cette proposition de campagne ne soit même pas soutenue par le gouvernement aujourd’hui. Ce qui ferait de la promesse « phare » de Hollande l’escroquerie politique la plus rapide de l’histoire (celà étant je ne suis pas pressé).

Et pendant ce temps, les investisseurs attendent. Ce n’est pas qu’il n’y a pas d’argent. Il y en a. Mais les investisseurs sont prêts à investir à un taux négatif, pour conserver leur argent liquide tant la politique française est imprévisible!

Et pendant ce temps, les difficultés économiques se multiplient, les entreprises licencient. Les ménages se mettent en défaut bancaire. Les loyers commentent à ne plus être payés, et les crédits immobiliers partent en contentieux. Dans 12 mois, 24 mois au maximum, l’immobilier va connaître sa crise maximale, lorsque les stabilisateurs automatiques (loi sur le crédit immobilier, délais de paiement…) seront épuisés. Les saisies vont se multiplier, et le marché immobilier se retrouver au niveau de 1992.

Et pendant ce temps, les autres pays du monde adoptent des mesures de réalisme économique.

Et pendant ce temps, les destructions des camps ROMS se poursuivent. EN une semaine, plus de 500 Roms ont été délogés. A l’encontre de tous les discours moralisateurs pris contre le gouvernement sortant accusé de racisme. A l’encontre des promesses de campagne, qui une fois de plus n’engagent que ceux qui y croient.

Combien de temps seront nous la risée du monde? Combien de temps « France » signifiera immobilisme?

Même sur le plan international, François Hollande est à la ramasse. Il n’a rien vu pendant ses vacances. Rien dit sur les massacres en Syrie. Rien compris aux violences asymétriques et à la responsabilité des Frères Musulmans.  Et depuis qu’il assumeau nom de la France la présidence du Conseil de Sécurité de l’ONU, sa seule proposition est de réformer le droit de véto des 5 membres permanents (dont la France). De l’art de se tirer une balle dans le c.. – pardon – dans le pied!

Sans même le réaliser, François Hollande ouvre un boulevard à la contestation extrêmiste, qui pourra entoner l’air du « tous incompétents » sinon tous pourris. De quoi provoquer un raz-de-marée communiste et frontiste aux prochaines municipales – en 2014!

2kismokton? Du peuple, comme d’habitude. De toi, lecteur!

Tweetweiler « regrette » son tweet. Une Erreur?

Elle le dit dans Voici! Elle regrette son tweet, qu’elle considère comme une erreur.

2kismokton?

Celle qui était encensée comme la « grande journaliste politique » le soir de l’élection du Prez’ est-elle une banale ménagère idiote de jalousie?

Il est toujours intéressant de redéfinir les réalités sémantiques. Un « grand journaliste politique » ne commet pas d’erreurs dans sa communication.

Dès lors, soit Tweetie est une nouille en journalisme politique, et ferait mieux de se cantonner au « journal des dames et des demoiselles », et son repentir peut paraître sincère, soit elle reste la fameuse et inégalable journaliste politique de la mort qui tue, et son tweet relève d’une volonté politique farouche et dangereuse de déstabiliser voire d’exécuter Ségolène Royal. Et dans ce cas, ce ne peut être qu’avec l’aval du Président.

Dans les deux cas l’appareil du PS ment au peuple français.

En tout cas elle a des amis. Qui se mettent en quatre pour lui sauver les fesses, à cette concubine étonnante d’un « président normal ». Jusqu’à aller dire dans le Parisien

« Elle n’a pas bien calculé les conséquences que son tweet aurait sur l’autorité du chef de l’Etat, sur le PS, sur ses enfants et ceux de François Hollande. Le tweet n’a pas eu d’incident sur le score final à la Rochelle (…) mais Valérie est quand même anéantie. Elle s’en veut d’avoir donné une image négative. » À une des ses proches, elle aurait confié avoir commis « une erreur. »

Wunderbar! Tweetie a fait boulette! A tout péché miséricorde. Va en paix et n’y reviens pas, Tweetvilaine! Et par pitié, à ton prochain tweet, évite de dire du mal des chefs d’état que ton homme s’apprête à rencontrer. Déjà qu’il nous a fâché avec l’Allemagne, et discrédité côté anglais…

Enfin, à la question traditionnelle : 2kismokton? Du peuple, chef. Du peuple.

Des mots dénués de sens – Montebourg v/s Merkel

Ce matin, Arnaud Montebourg, Ministre du redressement productif (comprendre liquidation de l’industrie?) s’en prenait vertement à Mme MERKEL, après que notre bon président François 2 (l’autre) ait eu achevé d’attaquer et critiquer l’Allemagne, pour miner l’axe Londres/Berlin/Rome.

Et notre grand minitre commis à la liquidation des industries de dire, parlant de Mme Merkel, qu’il ne fallait pas qu’elle adopta une politique idéologique.

Comme s’il y avait de l’idéologie dans l’affirmation faite par l’Allemagne qu’elle refuse un glissement de son budget!

Mais pour ce qui est de gouverner à l’idéologie, Montebourg parle sans penser. Peut-être même sans comprendre! Car quel est le seul parti en France qui a été capable, pour des raisons idéologiques, de promouvoir des politiques économiques mortifères?

– Les 35 heures, s’il s’agissait d’une idée de droite libérale, ont été dévoyées et imposées à tous par notre charmande Martine Aubry nationale. Même son père en fut tout retourné à l’époque. Et m’est avis qu’il en hocquette encor!
– La gestion de la ville de Paris depuis Delanoë est truffée d’idéologie (écologique essentiellement, il est vrai).
– Le retour à la retraîte à 60 ans, c’est également une position idéologique…

Vous pourriez développer à l’envie. Le PS ne vit, ne bouge, qu’autour de son idéologie. Et Montebourg a le culot d’appeler à penser sans idéologie?

2kismokton!

Match Royal / Falorni : la honte du PS

Le « front de gauche » a décidé de donner un cadeau à Ségolène Royale en compensation de sa renonciation politique : le perchoir de l’Assemblée Nationale. Mais encore fallait-il qu’elle ait un siège à l’Assemblée Nationale.

Or, Mme Royal, ex-députée des Deux-Sèvres, avait renoncé à son mandat pour prendre le poste de président de la région Poitou-Charente. Ce qui ne lui avait fait perdre la possibilité d’être élue. Il fallait donc lui donner un poste éligible.

D’où ce parachutage, de Poitiers à La Rochelle. Un déplacement de plus de 60 km. Pas vraiment le même terrain.

Mais les partis politiques ne sont pas propriétaires des postes électifs. Et le député en titre, sortant, tient à se maintenir. D’où un psycho-drame tragi-comique à La Rochelle: Olivier Falorni est passé au 1er tour avec Ségolène Royal. CE qui entraîne un second tour PS/PS!

Ubuesque. Au point qu’il faut demander au président Hollande (ex-conjoint et père des enfants de Ségolène Royal) d’apporter son soutient « unique » à Ségo…

Le 2ème tour sera donc celui du combat entre les électeurs et la nomenklatura parisienne.

Déjà, grande parachutée, Mme Duflot est venu évincer le dépuité sortant parisien, mais « grand prince » elle lui laisse le rôle de suppléant. Sympa l’écolote!

Ce n’est pas de la politique. Ce n’est que de l’arrangement de parti. Taut sauf de la démocratie.

2kismokton? De vous!