Mariage pour tous : le premier pas de la deconstruction méthodique du lien de filiation!

Rz_115bMariage pour tous : le premier pas de la deconstruction méthodique du lien de filiation!

Le projet de loi sur le « mariage pour tous » est un geste manifeste de déconstruction du lien familial, au profit d’un lien « sociétal » artificiel. Cette tendance très marquée de la politique de gauche depuis la loi sur le PACS pose un réel problème philosophique, qui ne relève ni du statut de l’homosexualité ou des homosexuels, ni du mariage des homosexuels, ni d’une quelconque lutte contre une homophobie putative, mais en définitive de la main-mise que veut avoir l’Etat socialiste sur la famille : un contrôle ‘ »sociétal » décharné et en rupture avec le lien filial naturel, biologique.

J’en veux pour preuve un extrait du rapport parlementaire publié par l’Assemblée Nationale le 17 janvier 2013 http://www.assemblee-nationale.fr/14/rapports/r0628-ti.asp :

« À défaut de choix des parents, le maintien d’une règle d’attribution patronymique du nom de famille pour les seuls cas de filiation par le sang est susceptible d’introduire une rupture d’égalité entre les couples, suivant qu’il s’agisse d’une filiation par le sang ou adoptive. En effet, dans ce premier cas, c’est le nom de famille du père qui prévaudra, alors que dans le second, le nom sera choisi dans l’ordre alphabétique.

Afin d’y remédier, la Commission a modifié l’article 311-21 précité du code civil pour qu’en cas de désaccord ou d’absence de choix des parents par le sang, le premier nom de chacun d’eux, accolés dans l’ordre alphabétique, soit dévolu à l’enfant. »

Glose: Il faut faire l’analyse de ces deux paragraphes, dont la lecture rapide peut paraître juste insipide:

« À défaut de choix des parents, le maintien d’une règle d’attribution patronymique du nom de famille pour les seuls cas de filiation par le sang est susceptible d’introduire une rupture d’égalité entre les couples, suivant qu’il s’agisse d’une filiation par le sang ou adoptive. »

Quel étrange présupposé! Pour combattre la discrimination il faut supprimer la différence! Que voilà méthode brutale, qui ressemble à celle qu’adoptait jadis un aubergiste tortionnaire qui coupait les jambes des personnes dont les pieds dépassaient du lit! Pour eviter de peiner les enfants adoptés, il fadrait donc que les enfants biologiques perdent leur lien patronymique naturel? 2kismokton!

La discrimination ne disparaît pas simplement parce qu’on a raboté les angles. L’enfant biologique connaîtra toujours ses parents biologiques, et pourra toujours, si l’envie lui prenait en cour de récréation, discriminer son camarade dépourvu de parents biologiques connus. C’est très mal poser le débat que de l’ouvrir de cette façon. Ce n’est pas en tuant les parents biologiques qu’on améliorera le sort des orphelins! C’est plutôt en s’intéressant à leurs besoins!

De même que la suppression de la richesse, thème cher à la gauche bêlante, n’a jamais fait disparaître la pauvreté. Mais il est vrai que lorsqu’on est tous pauvres, il n’y a plus d’injustice ni d’inégalité. C’est dialectiquement incontestable. Mais humainement faux!

 » En effet, dans ce premier cas, c’est le nom de famille du père qui prévaudra, alors que dans le second, le nom sera choisi dans l’ordre alphabétique. »

Quoi de plus naturel puisque l’enfant issu d’une famille biologique dispose bien de parents biologiques. Il est normal qu’il bénéficie du nom de sa famille biologique. Dont les conventions, selont les pays, sont de prendre le nom « patronymique », étymologiquement le nom du père!
Quand à choisir le nom patronymique dans l’ordre alphabétique de l’un quelconque des deux parents homosexuels adoptants, je dois avouer que je n’y vois aucun inconvénient. On a vu plus con! Comme par exemple choisir de manière aléatoire. Ou fixer arbitrairement le nom patronymique par référence au mois de naissance. Après-tout, pourquoi conserver ce lien patronymique rétrograde? Passons tous à l’âge du citoyen révolutionnaire. Appelez-moi Fêtenat Thermidor! Ou Lundi Janvier!

2kismokton! 

« Afin d’y remédier, la Commission a modifié l’article 311-21 précité du code civil pour qu’en cas de désaccord ou d’absence de choix des parents par le sang, le premier nom de chacun d’eux, accolés dans l’ordre alphabétique, soit dévolu à l’enfant. »

Et voilà comment boucler la boucle et pourrir définitivement le lien patronymique filial.

Fier de sa race! Il existe des gens qui ont honte de leur race. Je ne suis pas de ceux-là et je revendique le droit et l’honneur de porter le nom de mon Père! De même que l’honneur de transmettre mon nom à mes enfants! Et si la loi a récemment changé, pour permettre d’accoler au nom du père le nom de la mère séparé d’un double tirret,  [nom_du_père]–[nom_de_la_mère] du moins le patrononyme conserve le lien historique de la filiation, puisqu’il permet de remonter la lignée paternelle.

Attribuer le patronyme alphabétiquement le plus bas revient à rendre le lien parental aléatoire. A le rompre. Pour les enfants adoptifs, rien de plus normal, puisqu’ils n’ont pas de lien parental biologique mais uniquement un lien parental « juridique ». Mais pour les enfants biologiques, qu’ils soient légitimes ou naturels, le lien patrinomique explique tout. Le premier étant le nom du père, sauf pour les enfants naturels reconnus par la mère en premier, où l’ordre des patronymes explique la situation familiale.

La convention sociale autour du patronyme a une réelle utilité. Rahan, fils des âges farouches, est également le fils de Crao. Le Patronyme sert à connaître l’ascendance, donc l’identité de l’individu. Avant d’avoir un prénom l’individu a un nom. Celui de ses auteurs.

Le danger du contrôle sociétal. Briser ce lien, c’est briser les racines de l’individu. C’est le soumettre au contrôle social. Au contrôle sociétal. C’est tenir grande ouverte la porte du totalitarisme. En effet, l’un des derniers droits qu’un homme se voit retirer, dans ces régimes totaliaires, c’est bien le droit de conserver son nom, son identité. Les juifs déportés dans les camps nazis étaient déshumanisés. On leur retirait leurs papiers. On leur gravait un numéro. Plus de patronyme. Juste un matricule.
C’est cette société qui s’ouvre au travers du « mariage pour tous ». Non pas du fait des homosexuels, mais du fait de ces enragés de l’égalité, ces fascistes de gauche qui imposent une pensée unique, et formatent les esprits par la terreur de l’homophobie. Ce sont eux, les hétérophobes.

Résistance humanitaire: S’opposer au projet de loi tel qu’il est présenté, ce n’est pas être homophobe. C’est être humain. On se moque bien du comportement ou des préférences sexuelles. Ce qui compte, c’est uniquement le risque des conséquences sociétales que cette loi va entraîner. C’est refuser une société à la Disney, où les enfants ne seraient que les neveux, sans lien filial. C’est refuser une société à la Orwell, où les enfants naîtraient en couveuse. C’est refuser une société où l’on fabriquerait l’enfant que la Société autoriserait!

Mythe de la filiation sociétale: Le rapport s’attache énormément à l’idée de la filiation « sociétale » des enfants adoptifs. Mais il commet une erreur. Les enfants adoptifs n’ont pas de filiation « sociétale ». Ils ont une filiation « juridique » qui vient réparer la filiation biologique défaillante. Quand au mythe d’une filiation « sociétale », c’est précisément l’inverse de la réalité. Celui qui prends le rôle de « parent social » est un usurpateur. Il est important de le dire et de reconstituer la réalité des filiations. Le « beau père » n’est pas un père. La marâtre n’est pas une mère. Ce sont des parents « sociaux » qui n’ont aucun rapport de droit sur l’enfant et n’ont aucune vocation à exercer des droits sur lui. Il ne faut pas que celà change, sauf à faciliter l’adoption à leur profit, ce qui est déjà le cas.

2kismokton?
De l’intérêt des enfants, et au final de la société!

 Ariel DAHAN

 

Pour aller plus loin

Pour aller plus loin :
Mariage, Adoption, Procréation médicale assistée: la combinaision néfaste
Définition de l’hétérophobie, un nouveau fascisme social
Le mythe irréaliste du mariage homosexuel (Sylviane Agacinski)

Pour partager :

Article très intéressant de Sylviane Agacinski sur le mythe irréaliste du mariage homosexuel

« La revendication du « mariage homosexuel » ou de l’ »homoparentalité » n’a pu se formuler qu’à partir de la construction ou de la fiction de sujets de droit qui n’ont jamais existé : les « hétérosexuels ». C’est en posant comme une donnée réelle cette classe illusoire de sujets que la question de l’égalité des droits entre « homosexuels et hétérosexuels » a pu se poser. Il s’agit cependant d’une fiction, car ce n’est pas la sexualité des individus qui a jamais fondé le mariage ni la parenté, mais d’abord le sexe, c’est-à-dire la distinction anthropologique des hommes et des femmes.

Lire la suite …

http://valeursdegauche.wordpress.com/2013/01/20/la-distinction-des-hommes-et-des-femmes-fonde-le-mariage/

Un article qu’on aimerait lire et relire plus souvent…

Algérie : une politique de libération des otages en-dessous de tout critère humain!

Algérie : une politique de libération des otages en-dessous de tout critère humain!

Avec une rapidité étonnante depuis l’annonce de la prise d’otages d’In Amenas, qui pourrait faire croire que l’attaque était attendue,l’Algérie n’a pas tardé à intervenir pour libérer les otages aux mains de l’AQMI, sur l’usine gazière de In Amenas.

Un nombre de victime très contesté : On ignore encore le nombre d’otages tués à l’occasion de l’intervention de l’armée algérienne. Mais aux 23 otages victimes officiels semble devoir s’ajouter le chiffre de 25 otages recensés après les combats par le directeur de l’Usine.

Déroulement des opérations: La première intervention s’est passée jeudi, alors que l’armée algérienne s’attaquait à un convoi de 5 voitures qui déplaçait une partie des otages. L’attaque fut marquante de brutalité : les hélicoptères lourds ont bombardé 4 des 5 véhicules qui ont été intégralement détruits, anéantissant sans distinction otages et terroristes. Le 5ème véhicule n’a pas été attaqué, ce qui a permis à au moins un otage irlandais de s’en sortir.  (Stephen McFaul)

Arme lourde et hélicoptère de combat contre 5 jeeps qui s’enfuient! Pas précisemment le type d’intervention proportionné!!! L’Algérie a fait le choix – volontaire – de sacrifier les otages pour marquer l’opinion publique et affirmer que les terroristes n’ont aucune chance de négociation. En temps de guerre, celà s’appellerait un crime de guerre!

Le deuxième temps a consisté à prendre d’assaut l’usine gazière. En dépit du fait que les otages ont été dit porteurs de ceintures explosives.

Un débat sur le nombre de victimes otages va très probablement avoir lieu, compte tenu des informations contradictoires sur le nombre de victimes réelles, les chiffres officiels étant différents de ceux rapportés par les otages.

Mais les ministres français viennent affirmer la main sur le coeur que l’Algérie étant un pays souverain, ils n’ont aucune raison d’intervenir, pour ne pas donner dans le régistre néocolonialiste! Mieux! Contre tout le concert des nations qui s’est ému de voir leurs ressortissants sacrifiés sur l’autel de la politique intérieure algérienne, le Président Hollande et ses ministres sont venu affirmer que ce comportement insensé et inhumain était le seul possible!

2kismokton!

Jamais la guerre contre le terrorisme n’a autorisé le moindre pays à sacrifier volontairement les otages ou les populations civiles!

Jamais aucun autre pays (hormis la Russie du temps de l’ex-URSS au Liban) ne s’est autorisé un tel mépris de la vie des otages.

Qu’aurait-on entendu si, plutôt qu’en Algérie, au milieu du Sahara, cet événement avait eu lieu entre Israël et Gaza? Pour certains, la lutte contre le terrorisme autorise toutes les politiques répressives, et l’Algérie a largement démontré sa capacité à instrumentaliser le terrorisme islamique pour renforcer son pouvoir. Pour d’autres, la lutte contre le terrorisme est considérée comme un recours illégitime à la force, et le concert des nations s’époumone en exhortations à la modération.
Quelle modération? Celle dont fit preuve l’Algérie?

2kismokton!

Otages en Algérie : Faut-il avoir peur du néocolonialisme ou de l’incompétence?

Otages en Algérie : Faut-il avoir peur du néocolonialisme ou de l’incompétence?

La France est encore une fois en proie à la difficulté d’appréhender la résolution des conflits hors de son territoire, et à la cruelle désilusion des promesses de gouvernements incompétents.

Des occidentaux ont été capturés, dont des français, par l’AQMI en Algérie, en réaction à l’intervention française au Mali. Situation prévisible, qui prouve deux choses:

  1. que le gouvernement Algérien n’est pas un gouvernement « fort ».
  2. que la réaction militaire pour libérer le Mali fait mal à AQMI.

La France a pris le parti de laisser l’Algérie s’occuper de la prise d’otages et de l’intervention militaire, plutôt que d’intervenir, soit diplomatiquement soit tactiquement, ou à tout le moins d’avoir un oeil et un pied dans l’opération. Au nom de lutte contre le néocolonialisme! Là où tout autre pays aurait exigé d’avoir un contrôle minimum du dossier, la France a décidé de laisser l’opération aux seules mains de l’Algérie, qui a pourtant largement prouvé son incompétence en matière de prise d’otages, que ce soit à bord d’un avion ou à terre.

Le résultat fut éclatant de prévisibilité : plus d’otages morts du fait de l’intervention gouvernementale que d’otages libérés. Il faut dire que le choix de tirer sur le convoi qui déplaçait les otages était une idée de génie! De mauvais génie, plutôt. de Djinn stagiaire devrais-je dire!

Plus de 34 otages auraient été tués dans l’affrontement, après l’attaque du convoi par l’armée à l’arme lourde et à l’avion de combat! Pas précisemment le type d’intervention qu’on pouvait penser adéquat!

Un otage irlandais qui a réussi à s’échapper pendant l’intervention, parcequ’il se situait dans la seule voiture non-visée par les tirs gouvernementaux, a raconté que les otages portaient tous des ceintures d’explosif.

 Mais les ministres français viennent affirmer la main sur le coeur que l’Algérie étant un pays souverain, ils n’ont aucune raison d’intervenir, pour ne pas donner dans le régistre néocolonialiste!

Voire!

Car l’histoire a montré que l’Algérie, confrontée aux prises d’otages, avait recours aux méthodes inefficaces des gouvernements « autoritaires », confondant force et précipitation. On se rappellera le fiasco de l’intervention des services anti-terroriste algériens lors du détournement du vol AirFrance AF8969 du 24/26 décembre 1994, où les erreurs décisionnelles algériennes ont entraîné la mort de au moins deux otages, alors que le gouvernement français avait obtenu l’accord des preneurs d’otage pour la libération de 64 otages! Les familles de Bui Giang To, diplomate vietnamien, et de Yannick Beugnet, attaché à l’ambassade de France, s’en  souviendront longtemps! Ces deux victimes auraient pu être évitées alors, si l’Algérie avait accepté de laisser la main au GIGN français. Mais effectivement l’Algérie est un état souverain. A ce titre elle a le droit de faire des erreurs, et de les revendiquer politiquement.

Mais la France est aussi un état souverain. Et à ce titre le gouvernement français a le droit de revendiquer un minimum de précautions pour ses ressortissants.

Il est temps que la repentance postdécolonisation se finisse et que la France accepte de reprendre son rôle diplomatique avec ses anciens départements!

Sinon, a quoi sert-il d’être français?

L’Hétérophobie – nouveau Fascisme social?

Hétérophobie : le nouveau fascisme social?

Je protège tout de suite le terme, car j’ai l’impression qu’il va faire des petits :

Hétérophobie [Auteur : Ariel Dahan] L’hétérophobie est l’hostilité, explicite ou implicite, envers des individus dont les préférences amoureuses ou sexuelles concernent des individus de sexe différent. Cette hostilité relèverait de la peur, de la haine, de l’aversion ou encore de la désapprobation intellectuelle intolérante envers l’hétérosexualité. Elle relève également d’une jalousie morbide à l’encontre des couples hétérosexuels en raison de la stérilité ontologique des couples homosexuels. L’hétérophobie englobe donc dans un même geste les préjugés sur l’homosexualité et l’hétérosexualité, ainsi qu’une volonté de vindicte discriminante envers les hétérosexuels. Au même titre que la xénophobie, le racisme, l’antisémitisme ou l’homophobie, l’hétérophobie paraît être une désignation de l’autre comme le mauvais contraire, inférieur, rétrograde ou anormal. L’hétérophobie, comme l’homophobie peut aller jusqu’à des actes de violence ou à des condamnation institutionnalisée. L’hétérophobie peut être de différentes origines : rejet des positions religieuses, refus des considérations cliniques (en médecine, en particulier en psychiatrie, en pédopsychiatrie et en psychologie), anthropologiques (au nom de la théorie des genres, théorie qui s’oppose à la différenciation des sexes) ou idéologiques (les mouvements politiques LGBT – Lesbien, Gay, Bi et Trans sont à la pointe du comportement hétérophobe), ou issue d’un besoin identitaire sexuel mal assumé.

Sociologie: Etat de Haine de l’autre, à raison de sa différence de genre et d’orientation sexuelle. L’hétérophobie relève d’un double problème : le refus de l’autre en tant que constituant nécessaire à l’évolution de la société, et le refus de l’autre en tant que légitime à revendiquer ses opinions sur la dualité nécessaire des genres et la nécessité de la mixité dans la parentalité. Ce double refus de l’identité de l’autre et de ses idées constitue une forme de fascisme. Le fait que ce fascisme soit mis à l’honneur par une minorité activiste de la société en fait un fascisme social ou sociétal particulièrement dangereux. Jurique 1: Par un jeu de miroir déformant, l’hétérophobie revendique l’application de la loi protégeant les minorités contre les discriminations raciales, religieuses ou sexuelles, et luttant contre l’incipation à la haîne raciale, religieuse ou sexuelle, pour la retourner contre les hétérosexuels en se revendiquant systématiquement victime d’un comportement homophobe. Ce phénomène, né aux USA, et que les commentateurs juridiques appellent le « Cry baby » relève d’une sociologie et d’une pénoménologie de la victimisation comme seul mode de pensée, et comme seule méthode dialectique. Méthode redoutablement dangereuse puisqu’elle interdit celui qui en est frappé de répondre ou de se justifier. Jurique 2: L’hétérophobie revendique, de manière discriminante, un « droit à l’enfant » dans des situations où la nature ne donne pas automatiquement accès à l’enfant, et dans des situations où la loi avait jusqu’à présent vocation à reconstituer une famille juridique complète au profit d’un enfant orphelin. En ce sens, l’hétérophobie oppose la volonté privatiste et égoïste de l’adulte en quête d’enfant à l’intérêt de l’enfant. Politique : Très proche de l’ultragauche, l’hétérophobie use des mêmes méthodes de dénigrement que les mouvements fascistes d’extrême-gauche ou les mouvements négationistes et anti-juif: le glissement sémantique et l’inversion des valeurs. L’oppresseur devient victime. Scientifique : L’hétérophobie est une contre-science qui vient contredire la réalité scientifique de la nécessité biologique et psychologique d’une altérité dans la parentalité. L’hétérophobie prône la destruction de la cellule familiale sexuée, pour la reconstruction d’une cellule familiale recomposée monoparentale ou biparentale monosexuée. Elle repose sur la fiction qu’il est possible de faire accroire à un enfant qu’il peut avoir légitimement deux parents d’un même sexe, alors qu’une telle situation est scientifiquement impossible dans la nature. Religieux : L’hétérophobie est très souvent liée à un rejet de la norme religieuse en matière de filiation et de constitution d’une famille. Dans certains cas, qui relèvent essentiellement de la psychiatrie, l’hétérophobie s’inscrit dans une souffrance réelle de l’individu hétérophobe liée au rejet de sa communauté religieuse, fondé sur l’orthodoxie de la règle religieuse qui, dans l’ensemble des religions monothéistes actuelles, revendique comme seul mode de relations sexuelles autorisées le mode hétérosexuel.

Hétérophobe: [Auteur : Ariel DAHAN] Adjectif: Qualifie une personne qui manifeste une hostilité particulièrement affichée à l’égard des hétérosexuels, du mode de vie hétérosexuel, et du comportement social des hétérosexuels. Généralement associé à une revendication de droits discriminants du droit commun ou d’un délitement social dans les reproductions sociales du couple, de la parentalité, du droit à l’adoption ou des méthodes de procréation. Etre hétérophobe suppose d’inverser la logique et la sémantique, pour qualifier l’hétérosexuel qui ne pense pas comme lui comme un « mauvais pensant », et nécessairement un « homophobe ». Nom commun: Personne qui manifeste de l’hostilité à l’égard des hétérosexuels ou de leur mode de vie ou de leur comportement social. L’Hétérophobe appelle au rejet et à la haine de tout signe d’hétérosexualité. IL appelle à une société hermaphrodite, ou pire, parthénogénétique. Son idéal reproductif serait la reproduction virginale par clonage. Tant que la science ne permet pas le clonage humain, et s’il faut recourir à une gamète d’un genre différent, mieux vaut la prendre avec des pincettes, la plonger dans l’azote liquide et la réinjecter à la seringue de 12. L’hétérophobe est identique à l’homophobe dans son comportement haineux.

http://2kismokton.blogcitoyen.fr/?p=382

2kismokton!

Mariage, Procréation et Adoption pour tous : la combinaison néfaste

MR900382690Mariage, procréation et adoption pour tous : la combinaison néfaste!

Lorsque le PACS a été adopté, j’ai applaudi. Etait-ce l’effet de ma jeunesse? De l’allant socialiste d’alors? Toujours est-il que je trouvais – et que je trouve toujours – légitime que les couples homosexuels puissent obtenir des droits patrimoniaux et fiscaux équivalents à ceux procurés par les effets du mariage dans les couples hétérosexuels.

J’avais bien une réticence pour l’application du PACS aux hétérosexuels, car j’y voyais un détournement de moyens législatifs, une fraude à la loi, pour obtenir des avantages qu’une union libre ne donnait pas. Mais pourquoi diable les hétéro ne se mariaient-ils pas alors? Il semble, l’usage aidant, que le PACS soit devenu chez les hétéro une grande période de fiançailles à laquelle s’ajoute une vie commune devenue normale depuis l’évolution des moeurs. Soit!
J’avais même – par bravache? – commis un article sur la possibilité pour un couple homosexuel de se marier dans le strict respect du code civil, la loi n’instituant pas d’obligation de différence de genre, mais se contentant de demander aux époux de se déclarer mutuellement « mari et femme ».

Pourquoi, alors, suis-je si gêné par le projet dit du « mariage pour tous »? Quelles modifications s’opèreraient dans ma vie, privée ou sociétale, si le mariage homosexuel était rendu possible en France?

 Mariage pour tous

Peu de bouleversements immédiats: Autant le dire tout de suite, si le mariage entre homosexuels était rendu possible, celà ne changerait rien à ma vie. Mais celà pourrait changer à la marge un peu de ma vie sociétale. Essentiellement dans ce passage où le projet tente de faire disparaître la différence des genres masculin et féminin, pour ne faire apparaître que le seul « époux ». Or précisément, j’aime les termes « mari et femme ». Chacun de ces termes ayant une notion spécifique dédiée.

L’état du droit : Egalité des époux : Depuis la réforme du mariage de 1986, il existe une stricte égalité de droit entre les époux, et le fait que l’homme soit appelé « mari » et la femme « femme » n’est qu’une convention sociale. Celà ne change rien aux droits des époux.

Rien, si ce n’est que … au titre des obligations du mariage, le mari s’engage à être le père de tous les enfants conçus par son épouse pendant le temps du mariage. Cette présomption de paternité étant l’un des effets majeurs du mariage en terme de filiation et de paternité.

Cette dernière discrimination sexuelle, qui peut très probablement sembler injuste dans le milieu éthéré des écolos-gauchistes qui tiennent le haut du pavé parisien depuis le 7 mai dernier, cette « honteuse » discrimination sexuelle contre laquelle personne ne peux mais, cette discrimination est pourtant nécessaire. Elle repose sur le principe qu’il ne faut pas pouvoir discuter la filiation d’un couple marié (celle qu’on qualifie de « légitime » car issue d’une situation légale).

Art. 312 C.Civ : L’enfant conçu ou né pendant le mariage a pour père le mari.

Cette discrimination sexuelle garantie à la future mère que la paternité de son enfant ne sera jamais remise en cause par son mari, quelle qu’ait été sa conduite, et celle de son époux. Les soirées fines de province et les clubs échangistes de Paris ont encore de beaux jours à courir. La loi sur le mariage prévoit, dans ses effets, la possibilité d’être cocu, et en fixe les effets : le cocu reste le père de l’enfant issu de la mère infidèle. Dans certains pays on lapide à mort la femme infidèle. C’est tout à notre honneur de maintenir ce statut ô combien favorable à la femme mariée. D’autres pays plus évolués n’ont pas adopté ce système!

Confusion des genres : Mais si mari et femme sont confondus en un vaste terme générique de « époux », qu’en sera-il de cette merveilleuse disposition du Code Civil, qui oeuvre pour la paix des familles?

Comment réécrire l’article 312 du Code Civil? Faudra-t’il dire L’enfant conçu ou né pendant le mariage a pour père l’époux qui n’a pas accouché? L’époux de la mère? L’époux de l’époux parturient? Faudra-t’il nier la différence sexuelle pour complaire aux lobbys LGBT? On le voit, c’est, globalement, l’un des rares points qui viennent heurter ma conscience de citoyen à l’évocation du projet d’extension du mariage aux homosexuels.

Si le projet ne comportait que la partie « mariage », je pense qu’il serait possible de trouver un moyen d’entente. Il aurait été possible, par exemple, de maintenir le mariage hétérosexuel et d’y adjoindre une cérémonie de mariage homosexuel adaptée à l’union de deux êtres du même sexe, en déclinant des droits spécifiques pour les époux du même sexe.

Discrimination Statutaire : Cette solution est écartée d’office, au motif qu’elle maintiendrait une dissociation statutaire et légale entre les deux couples. Voire! Car de fait, visuellement, la différence sautera de toutes façons aux yeux ! Il manquera indéniablement dans le couple homosexuels un représentant de l’autre genre de l’espèce humaine. De cette différence ontologique il est loisible pour le législateur d’en tirer argument pour dissocier les situations juridiques et prévoir des traitements particuliers à chaque situation.

Un projet qui pourrait repousser les limites de l’inceste: Les interdictions à mariage sont toutes liées à l’interdiction de l’inceste biologique ou juridique (l’inceste juridique étant la relation entre parent et affilié, par exemple). Or, si la loi sur le mariage « pour tous » était adoptée, c’est à terme la logique de ces interdictions à mariage posées par les articles 161 et suivant du Code Civil qui serait modifiée.

Article 161   En ligne directe, le mariage est prohibé entre tous les ascendants et descendants et les alliés dans la même ligne. 
Article 162   En ligne collatérale, le mariage est prohibé, entre le frère et la soeur.
Article 163   Le mariage est encore prohibé entre l’oncle et la nièce, la tante et le neveu.
 
A supposer que la loi sur le mariage homosexuel soit adoptée, comment comprendre l’article 161? Comment l’appliquer à des lignées inexistantes par hypothèse? Imaginons!
Soit un couple homosexuel homme/homme (construction nécessaire pour rendre totalement impossible la filiation naturelle, donc le lignage).
A supposer que ce couple ait un enfant. Cet enfant pourrait être éventuellement rattaché à l’un des deux parents par un lien biologique. Mais certainement pas à l’autre (par hypothèse). Il aurait donc un lignage inconnu. L’impossibilité de mettre en évidence ce lignage empêcherait de créer un empêchement à mariage entre cet enfant et son parent biologique (a.161 C.Civ) ou entre cet enfant et son frère ou sa soeur biologique.
Cet exemple éminément fantasmagorique outre le trait. Mais l’inquiétude du juriste et du citoyen reste d’autant plus réelle que certains faits divers ont mis en évidence de tels cas impossibles de couples constitués de colatéraux adandonnés à la naissance et adoptés dans deux familles différentes.
 
 
Adoption pour tous!

Cette revendication prévisible n’a pas tardé à se confirmer: le projet « mariage pour tous » a très rapidement embrayé sur le projet « adoption pour tous ». Or, la question de l’adoption repose sur un autre moteur que la question du mariage. Et l’enjeu n’est évidemment pas le même.

Le mariage crée une institution (la famille) dotée d’un patrimoine, créant des droits et des obligations réciproques. Créer une famille homosexuelle ne paraît pas incongrüe. Mais cette famille n’est que la réunion des deux êtres initiaux et aux enfants issus naturellement de cette union. Mais il n’est pas question d’étendre cette famille à la filiation artificielle.

L’adoption procède de l’inverse strictement: il s’agit de détruire une institution déjà existante (la filliation naturelle ou légitime de l’enfant à adopter) pour y substituer la filiation nouvelle, artificielle, adoptive. Compte tenu du caractère irrémédiable de cette procédure, le législateur a initialement tenu à ce que l’adoption ne soit pas un outil aux mains de riches capricieux. Raison pour laquelle a été imposée l’idée que l’adoption doit – autant que possible – compenser la disparition de la filliation biologique de l’enfant. Il faut donc recréer une filliation artificielle complète, avec un père et une mère. Dit autrement, la loi ne permet pas de créer des orphelins! Celui qui adopte doit apporter à l’enfant adopté une structure familiale la plus proche possible d’une structure biologique. Avec un père et une mère!

C’est dans ce contexte que l’adoption par des homosexuels a été rendue difficile par l’administration française, avec le soutien de la Cour Européenne des Droits de l’Homme (en 2001). Mais le célibataire homosexuel s’est vu reconnaître les mêmes droits à adoption que le célibataire hétérosexuel.

D’où la question, très cruelle pour les adultes souhaitant adopter : la réforme du mariage doit-elle entraîner la réforme de l’adoption? Faut-il étendre légalement l’accès à l’adoption aux « parents » homosexuels? Est-il sain, pour l’intérêt de l’enfant adopté, de lui recréer une famille artificielle où il n’aurait qu’une seule sorte de parents – deux pères ou deux mères ? La question est en débat du côté des pédopsychiatres. Mais avant que les médecins s’emparent de la question, la logique voudrait que la reconstruction de la parentalité brisée de l’orphelin passe nécessairement par une reconstruction « possible » dans laquelle l’enfant privé de sa famille biologique pourra se fantasmer et se projeter. Donc un père et une mère.

Procréation pour tous!

La partie « Procréation médicale assistée pour tous », partie qui est voulue par le lobby LGBT, est certainement la partie la plus contestable du projet. Pourquoi ? Tout simplement parceque l’idée d’étendre la PMA aux femmes homosexuelles relève d’un fantasme d’enfantement virginal parthénogénique très dangereux.

La PMA est un moyen thérapeutique de combattre l’infertilité d’un couple. Pas un moyen de passer outre le dégoût de l’acte hétérosexuel chez l’un des partenaires.

Désir d’enfant: L’aspect psychologique du désir d’enfant doit être étudié. Le désir d’enfant est normal chez tout individu qui se projette dans l’avenir. Il est inscrit dans l’identité génétique de tout être vivant, sauf peut-être pour les plantes à reproduction asexuée, fervents utilisateurs du clonage et de la parthénogénèse (conception d’un individu par la seule gamète XX de la femelle).

Le désir d’enfant passe naturellement par le besoin de croiser et mélanger les gènes. C’est la malediction d’Adam et Eve ! « Croissez et multipliez-vous ». Depuis que l’Homme est mortel, il sait qu’il faut transmettre son patrimoine par croisement avec celui d’un autre. Or ce croisement suppose la réunion de deux êtres sexuellement différenciés. Un homme et une femme, qui donneront un père et une mère. Et la société a créé du droit et des statuts autour de cette nécessité physiologique.

Dégoût de l’autre: Mais lorsque le désir d’enfant s’accompagne du dégoût de la relation hétérosexuelle, celà signifie que l’individu en proie à ce désir d’enfant poursuit un but strictement égoïste. L’enfant est recherché pour le parent et non pour l’enfant. L’enfant est une récompense due au parent, et non un individu conçu indépendamment. Le fait d’aller vers l’autre génétique, pour partager son patrimoine avec lui, relève d’une démarche très différente de celle d’exiger un enfant par pur désir – aussi légitime et sincère soit-il!

C’est l’une des raisons qui fait que la PMA est réservée aux couples stériles.
Elle n’est pas non-plus ouverte aux couples non-stériles, mais ayant un désir de virginité.
Elle ne doit pas l’être aux couples homosexuels « per-se ».

Bien évidemment, la thérapeutique reste ouverte à l’individu homosexuel qui se trouverait atteint d’une stérilité biologique avérée. La thérapie doit être ouverte à ceux qui en ont besoin. Mais la PMA n’est pas un choix alternatif d’autres méthodes d’enfantement. La PMA ne doit être considérée que lorsque l’enfantement reste impossible en dépit de la volonté du couple. C’est la fameuse parabole du loto : Pour gagner il faut jouer!

En définitive, je vois donc plus d’inconvénients pour la société que d’avancés. Car en définitive, la principale motivation du mariage, c’est le projet familial, la conception d’un enfant. N’en déplaise aux pro-LGTB qui revendiquent la dissociation entre la copulation reproductive et la copulation amoureuse, et qui renvoient le but reproductif à une conception arriérée du mariage, le Code Civil met bien comme première obligation du mariage l’obligation d’élever ses enfants.

Article 203 C.Civ : Les époux contractent ensemble, par le fait seul du mariage, l’obligation de nourrir, entretenir et élever leurs enfants.

 On ne peut mieux dire ! Les époux contractent ensemble, par le seul fait du mariage, l’obligation de nourrir, entretenir et elever leurs enfants! L’enfant, la famille, constituent bien le premier objectif du mariage.

Raison pour laquelle je m’oppose personnellement à ce projet. Un enfant doit avoir un père et une mère. Il ne peut être question de créer des chimères.

Ariel DAHAN pour 2kismokton

 

Pour aller plus loin :
Définition de l’hétérophobie, un nouveau fascisme social
Le mythe irréaliste du mariage homosexuel (Sylviane Agacinski)
Le premier pas vers la déconstruction méthodique du lien de filiation

Salles de shoot ou salles de baise? L’illogisme du politique de gauche!

Salles de shoot ou salles de baise? L’illogisme du politique de gauche!

Pourquoi cette tonalité vulgaire, me direz-vous? Parce que l’outrance politique est vulgaire, et qu’elle est aussi dangereuse.

Nos élus de gauche ont donc décidé de faire travailler la société civile sur les mérites de l’instauration de salles de « shoot », lieux où ce qui est interdit ailleurs serait autorisé ici par l’effet du saint-esprit socialo-écologiste de gauche (la nouvelle grammaire à connaître revient aux bases des post-68ards : l’interdit est mauvais!).

Comment comprendre ce parti-pris criminogène?

Comment expliquer à un client condamné pour consommation, détention ou traffic de produits stupéfiants par les magistrats spécialisées du Tribunal Correctionnel de Versailles, de Paris ou d’ailleurs, que ce qui lui a valut de 3 mois à 9 ans de prison ferme (fourchette de la sanction possible selon les circonstances) aurait pu être subventionné par l’Etat! Qu’il aurait pu, plutôt que d’investir dans un stock ruineux, se laisser subventionner dans sa consommation? Qu’il aurait pu, plutôt que de se droguer en cachette, se rendre dans une salle publique dédiée à cette joyeuse activité?

Comment expliquer au peuple français que même les hollandais reviennent de cette consommation libre, et qu’on prends conscience de la dangerosité de la libre accessibilité à la drogue?

Comment faire accepter aux médecins addictologues, qui ont signé dans l’Express, sur BFM et sur d’autres médias des articles poignants mettant en garde contre les dangers de l’addictologie, que leur savoir et leur expérience valent moins que la volonté délétère des élus d’Europe-Ecologie-Les-Verts?

Rappelons que les salles de shoot ne sont pas des locaux événementiels où l’on viendrait prendre sa tisanes du soir; Que le shoot à l’héroïne n’est pas la fumette de cannabis. Qu’il suppose un niveau de toxicomanie bien plus lourd, portant sur des produits ayant une puissance addictive immédiate; Que les toxicomanes héroïnomanes viennent souvent du Cannabis.

A supposer qu’il existe une raison réelle de considérer qu’il vaut mieux contrôler les conditions du shoot héroïnomaniaque, pour des raisons de santé publique et de limitation des transmissions des maladies telles que le HIV ou l’hépatite C, comment comprendre que le même gouvernement prône les salles de shoot mais souhaite faire interdire une activité millénaire qui est autorisée et licite jusqu’à présent – à savoir la prostitution?

Comment faire comprendre aux milliers de prostituées qui vivent de leur travail sexuel que l’on va subventionner la consommation d’héroïne mais interdire les lieux de travail sexuel? Que la location d’un appartement pour y travailler relève du proxénétisme si la dame fait payer ses faveurs, mais que l’Etat va payer des lieux de débauche chimique?

Comment trouver une logique dans ce foisonnement irraisonné des élus de gauche qui se prend les pieds dans les tapis de la logique et du bon-sens? Moi j’y renonce!

2kismokton? J’ai mon idée. Et vous?