Comment la Gauche a tué la circulation dans Paris

Comment la Gauche a tué la circulation dans Paris

Après 50 ans bientôt de vie parisienne, je m’autorise une rapide analyse de 50 ans de politique des transports dans Paris. Et je vais vous montrer comment le dogme est dangereux pour la liberté de circulation…

Je suis né en 1968 à Paris. En mai 68. Pendant la pénurie d’essence. Ma tante est venue me voir en vélo à la maternité. C’est de là que je ressens très fortement la nécessité de maintenir une liberté de se déplacer. Le déplacement, le transport, est l’essence de la vie moderne et de la ville moderne !

De 68 à 74, sous le septennat de Pompidou, je vivais près de la place d’Italie, dans le 13ème Ardt, avenue de Choisy. Mes parents me promenaient gaiement chez mes grands-parents à Boulogne-Billancourt, ou porte de St Cloud. Ou encore chez mes cousins préférés, près de Nation. Ou certains week-ends à la campagne à 120 km par l’autoroute du Sud…

Période heureuse. Le métro allait presque partout. Les bus aussi. Les voitures particulières également. On traversait Paris du nord au sud et de l’est à l’ouest en 20 minutes. Sauf autour de la Place de la Concorde comme le disait Joe Dassin et Delanoë (l’autre).

De 74 à 81, j’habitais à proximité de Montparnasse. Giscard Président, la mairie de Paris recréée et confiée à Chirac, on circulait à merveille. A peine si Giscard avait l’idée d’instaurer quelques lignes cyclables en bas des Champs Elysées. Hormis les quelques jours de grève et de manifestations la circulation dans Paris est assez agréable. Le trajet Montparnasse / Nation prenait 15 minutes en moyenne. Le trajet Montparnasse Boulogne idem.

De 81 à 88, Mitterrand 1 président, la mairie de Paris reste à Chirac, qui déclenche des grands travaux de rénovation des principaux axes. Le Bd St Michel restera plusieurs années en travaux… A cette période, hormis ces axes de travaux, et en dehors de certains horaires du Samedi Soir, on traversait Paris en 15/20 minutes.

De 88 à 95, Mitterrand 2, Chirac toujours à la Marie de Paris, les grands travaux continuent. Le Ministère des Finances part du Louvre pour aller à Bercy. Il faut sanctuariser la voie expresse, mais un système de navettes fluviales est mis en place, au cas où.
J’ai commencé à conduire à cette période. Je traversais Paris en 20 minutes montre en main.
Mes amis vivaient à Champigny, à Vincennes, à Créteil, à Neuilly même… j’étais un professionnel de la banlieue parisienne et des voies rapides. On traversait Paris assez facilement. Sauf les jours de grève. Et il y en a eu beaucoup…
Quelques pistes cyclables voyaient le jour. Je traversais Paris en Vélo (Montparnasse / Bastille / Etoile) sans difficulté.

De 95 à 2002, Chirac 1, la mairie de Paris confiée à Tibéri, il ne se passe pas grand-chose. Ni en France ni à Paris.
Les grands axes sont toujours circulants. On peut toujours trouver à se garer sur la voie publique…
Je commençais ma vie professionnelle d’avocat et m’installais à St Germain des Près. Je pouvais me rendre en voiture au Conseil de Prud’hommes (Gare de l’Est), au TGI de Bobigny, à Créteil, à Nanterre et Versailles en 15 minutes en moyenne par les axes de circulation existants, qui étaient très performants à cette époque tant en entrée qu’en sortie de Paris. L’accès aux maisons d’arrêt de Paris et de la région parisienne ne prenait pas plus de 20 minutes de voiture en moyenne.

De 2002 à 2007, Chirac 2, la mairie de Paris tombe aux mains des socialistes et des écolos. Delanoë assume une politique anti-voiture totale, sans mettre en place les moyens de transport collectifs adaptés. On lui doit le tramway des maréchaux, le tramway le plus cher et le plus lent du monde… au point qu’il faut ralentir la circulation routière pour laisser au Tramway un intérêt de déplacement !
Des zones de no-go se mettent en place. Il devient impossible de passer d’un quartier à un autre.

  • Le 14ème devient un quartier expérimental d’exclusion par sens interdits. Impossible d’y rentrer en voiture.
  • Le 19ème devient un quartier d’exclusion par séparateurs. Le Bd Jean Jaurès est coupé en 3 dans la largeur et les voitures sont reléguées sur une seule file, rendant l’entrée et la sortie de paris impossibles !
  • L’axe Montparnasse / Port Royal / Bd de l’Hôpital devient un axe volontairement accidentogène en instaurant des couloirs de bus centraux. Tous les 500 m, les voies de circulation sont modifiées sans aucune prévisibilité ni aucune logique. Les premiers piétons meurent, écrasés par les bus. Les voitures sont reléguées sur une voie de circulation. On ne se déplace donc plus en voiture de Montparnasse à Porte d’Italie !
  • Le service Sytadin donne gratuitement l’état du trafic en temps réel. Il devient mon meilleur ami…

De 2007 à 2012, Sarkozy président, Delanoe 2 à Paris, la situation s’aggrave. Le temps de trajet pour mes principaux lieux d’activité professionnelle augmente considerablement.

  • Les voies de circulation Nation / Porte de Vincennes / Porte de Bagnolet sont coupées par le Tramway et asphyxiées. L’entrée de Paris par la Porte de Bagnolet est rendue illusoire et déviée sur les quais par Bercy / Bastille / Austerlitz.
  • Me rendre à un tribunal banlieue prends entre 20 et 30 minutes. Je ne m’y rends plus dans l’urgence. Je programme mes déplacements. De même pour les visites en prison.
  • J’ai un recours assidue au service Sytadin.

De 2012 à 2017, Hollande président, Hidalgo accède à la Mairie de Paris. Le sort des automobilistes est plié. Il n’existe plus d’axe routier sanctuarisé. On ne peut plus circuler d’un quartier à un autre, ni entrer ou sortir de Paris, à moins d’avoir une escorte policière !

  • Les voies rapides le long des quais sont piétonisées dans le sens Est/Ouest (Rive gauche) et à partir de la Concorde dans le sens Ouest/Est (Rive Droite). Pour le plus grand bonheur des quelques dizaines de piétons et cyclistes qui utilisent cette voie pour y jouer… au détriment des parisiens qui l’empruntaient pour travailler.
  • La place de la République est mise à double sens, et piétonisée dans sa moitié nord. Cela bloque de fait les déplacements Bastille / Gare du Nord ou Châtelet / Buttes Chaumont.
  • La place de la Nation est écrasée et largement piétonisée, les voitures reléguées sur deux files, bloquant l’axe Châtelet / Bastille / Vincennes.
  • Les axes menant aux principaux hôpitaux de Paris sont précarisés, mettant les patients en danger.
  • Enfin, cerise sur le gâteau, le Palais de Justice de Paris est déplacé porte de Clichy, en dehors de tout axe de transport.
  • Waze est devenu mon meilleur ami, même pour des trajets que je connais par coeur!

De 2017 à nos jours, Macron Président, Hidalgo toujours à la Marie de Paris, aggrave la situation en tuant la voie rapide restante (Voie Georges Pompidou) en créant une double piste cycliste en bord de Seine, et reléguant les voitures sur une seule voie.

  • Ma voiture est reléguée au garage, et j’ai recours aux scooters en libre service pour mes déplacements intramuros.
  • Aujourd’hui, le temps de trajet Boulogne / St Germain des Près dépasse 30 minutes. Le temps de trajet St Germain / Nanterre est de l’ordre de 30 minutes. St Germain / Bobigny relève plus des 45 minutes.
  • Je ne traverse plus Paris du Nord au Sud ou d’Est en Ouest. Je choisis mes clients et je refuse les audiences où l’accès voiture est impossible !

Ce n’est que mon témoignage. Mais si vous en partagez au moins une bonne partie, dites le et partagez…

Pour partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*