Match Royal / Falorni : la honte du PS

Le « front de gauche » a décidé de donner un cadeau à Ségolène Royale en compensation de sa renonciation politique : le perchoir de l’Assemblée Nationale. Mais encore fallait-il qu’elle ait un siège à l’Assemblée Nationale.

Or, Mme Royal, ex-députée des Deux-Sèvres, avait renoncé à son mandat pour prendre le poste de président de la région Poitou-Charente. Ce qui ne lui avait fait perdre la possibilité d’être élue. Il fallait donc lui donner un poste éligible.

D’où ce parachutage, de Poitiers à La Rochelle. Un déplacement de plus de 60 km. Pas vraiment le même terrain.

Mais les partis politiques ne sont pas propriétaires des postes électifs. Et le député en titre, sortant, tient à se maintenir. D’où un psycho-drame tragi-comique à La Rochelle: Olivier Falorni est passé au 1er tour avec Ségolène Royal. CE qui entraîne un second tour PS/PS!

Ubuesque. Au point qu’il faut demander au président Hollande (ex-conjoint et père des enfants de Ségolène Royal) d’apporter son soutient « unique » à Ségo…

Le 2ème tour sera donc celui du combat entre les électeurs et la nomenklatura parisienne.

Déjà, grande parachutée, Mme Duflot est venu évincer le dépuité sortant parisien, mais « grand prince » elle lui laisse le rôle de suppléant. Sympa l’écolote!

Ce n’est pas de la politique. Ce n’est que de l’arrangement de parti. Taut sauf de la démocratie.

2kismokton? De vous!

Pour partager :

Une réflexion au sujet de « Match Royal / Falorni : la honte du PS »

  1. Le front de gauche n’a rien à voir avec cela. Pour rappel, le PS ne fait pas parti du front de gauche donc attention aux termes que vous employez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*