A quoi sert Valérie Trierweiller? (2)

Je m’interrogeais il y a quelques lignes sur l’utilité publique de cette femme étrange qu’est la concubine du chef de l’Etat.

– Ni tout à fait la maîtresse (celle qu’on ne connaît pas, cette « connaissance »qu’on perd en epectase, celle qui provoque des accidents à l’heure du laîtier ou qui met au monde des enfants aux frais de la princesse républicaine),
– Ni tout à fait la femme (légitime) du chef de l’Etat (celle qu’on présente, qui a un statut, qui est invitée officiellement, qui est présentée aux hôtes royaux – rappelez-vous le Roi du Maroc qualifiant Mme Mitterrand d’épouse morganatique… et imaginez ce qu’il dirait aujourd’hui –

Légalement, elle n’est pas supposée être protégée par les services de sécurité, n’étant pas de la famille du chef de l’Etat.
Pratiquement, elle émarge sur la liste civile du Chef de l’Etat avec un sens de l’a-propos étonnant (un joli cabinet politique bien établi, 4 à 6 conseillers) pour permettre à cette femme de gauche de continuer à mener son métier de journaliste en toute indépendance (ben voyons!).

Pratiquement … son intervention médiatique est déjà cacophonique. Avec le tweet qu’elle a envoyé à Olivier Falorni, le député de la 1ère Circonscription de La Rochelle, qui était membre du PS jusqu’à il y a à peine 4 jours, et qui a été lourdé avec pertes et fracas par Jean-Marc Ayrault pour laisser sa place à Ségolène Royal, en toute confraternité socialiste.

Bref, le jour même où le ban et l’arrière-ban socialiste venait affirmer haut et fort son soutiens inconditionnel à Ségolène, voici le tweet que recevait Olivier Falorni, de Valérie Trierweiller:

Courage à Olivier Falorni qui n’a pas démérité, qui se bat aux côtés des rochelais depuis tant d’ années dans un engagement désintéressé.

On n’avait jamais autant rigolé depuis la dissolution de l’Assemblée Nationale par Jacques Chirac ! ! ! ! 🙂

Car comment interpréter cette intervention autrement que comme la preuve absolue de ce que la parole officielle de François Hollande ne vaut pas plus qu’une roupie de sansonnet?
– Voilà un gars (Hollande) qui s’est battu contre son ex (Ségo).
– Un gars qui a perdu deux fois contre elle, aux primaires.
– Un gars qui a réussi là où elle a échoué (battre Sarkozy, mais en s’y mettant à 8 contre 1)
– Un gars qui, pour avoir la paix politique et neutraliser son ennemi interne (Ségolène Royal) lui promet la Présidence de l’Assemblée Nationale. Pas moins.

Oui mais voilà, encore faut-il que Ségolène Royal soit élue députée. Manque de bol, elle a renoncé à être députée dans les Deux-Sèvres, son département naturel. Qu’à celà ne tienne. On lui trouve un poste tout chaud dans une ville réputé acquise à la gauche : La Rochelle. Inclue dans la Région Poitou-Charente que préside la Ségolène.

Oui mais voilà que le député sortant, Olivier Falorni, ne veut pas céder sa place. Et qu’en dépit des injonctions du Premier Ministre, du soutien formalisé du Président de la République, de l’appui d’une ministre mi-Coucou mi-Bernard-l’Hermitte, et de la Première Secrétaire du PS, il se maintien au second tour, avec l’appui déclaré de toute la droite!

Alors dans ces conditions, que diable vient faire ce tweet de la rivale domestique de Ségolène Royal?

Pardi, tout simplement rétablir la réalité politique: A savoir que ni le PS ni Hollande ni le Front de Gauche ne souhaitent réellement donner le perchoir à Ségolène Royal. Maintenant qu’elle est désactivée politiquement, il est utile de faire connaître la position « intime » du patron des gauchistes.

Par la voix de sa régulière du moment. J’ai nommé Valérie Trierweiller.

Au moins son rôle est-il désormais bien éclairci.
Elle sert de contre-porte-parole du Gouvernement dans ses rapports avec le Parlement!

2kismokton? De toi, peuple. Toujours!
Réveilles-toi!