Non au désarmement verbal et moral

gilet-pare-ballesIl faut lutter contre désarmement verbal et moral de la France et de l’Europe face à la réalité qui nous entoure, et parfois nous rattrape.

8 mois depuis ma dernière chronique. Pendant lesquelles j’ai laissé au gouvernement (qui nous pousse vers une destination incertaine) faire son travail. Un pas de plus vers le ravin?

8 mois depuis le double attentat islamiste perpétré dans Paris, contre des français parceque juifs, des policiers parceque défendant des journalistes, et accessoirement une liste de carricaturistes provocateurs qui ne croyaient qu’en la liberté de penser, et qui croyaient que Dieu croyait en eux.

Depuis ces 8 mois, on aurait pu s’attendre à un sursaut moral de notre peuple et de notre pays. Une prise de conscience de ce que signifie la terreur islamique. Un pas vers le réalisme pragmatique vécu par les pays qui y sont confrontés; Après tout, nous intervenons bien au Mali, contre la menace du terrorisme islamique…

Et Bing! Un Thalys entier échape au carnage d’un terroriste marocain armé d’un AK49, de 9 chargeurs de 30 balles (270 coups), d’un pistolet et d’un couteau… grâce à l’héroïsme de deux américains et d’un anglais. (et de Jean Luc Anglade qui a eu le courage de briser la glace du signal d’alarme, en s’entailladant la main…)!

Depuis ces 8 mois, je n’ai entendu personne défendre la notion de la France qui m’a été inculquée par l’école laÏque et républicaine des années 60 et 70. A l’exception notable de mon apprécié confrère #Gilles-William_Goldnadel, des journalistes de Causeur, et d’un ou deux éditorialistes qualifiés de « polémistes » par l’inteligentsia de la bien-pensance. #Eric_Zemmour se reconnaîtra…

Depuis ces 8 mois je regarde la France s’enfoncer. Dans le marasme économique en déit des fausses affirmations méthode-couésques du Président et de ses ministres. Ils parient sur l’autoréalisation, l’affirmation positive. Mais par manque de compétence, ils ne parviennent qu’à une contre-réalisation. Un observateur avisé peut à présent anticiper la politique du gouvernement en inversant systématiquement leurs affirmations hiératiques !

Depuis ces 8 mois, je regarde le discours politique s’étioler. Les réalités sont niées. Les terroristes sont des dérangés. Leurs mobiles ne sont apparemment pas connus. Les médias sont aux ordres. On ne peut pas appeler une personne d’origine étrangère autrement qu’un Français. Comme si l’origine de cette personne n’avait pas d’influence sur son devenir? On interdit les statistiques ethniques. On réprime le regard vrai sur la société. On appelle les jeunes désoeuvrés des banlieues à fort déséquilibrage de mixité sociale des « chances pour la France ». On appelle les terroristes arrêtés en pleine action des « Pas d’Amalgame », (autant nominaliser l’idée. Pour moi, comme les « PasnousPasnous » d’antant, j’en fais des « Pasdamalgamm »!).

On s’interdit de rêfléchir aux motivations profondes de ces tarés qui nous égogent, nous tuent, nous explosent, et pas que pour de rire! Et la gauche laisse le champ libre à Marie-Jeanne (Marine) dont on ne m’otera pas de la tête que le psychodrame du meurtre du père quasi-sophoclien est un pas de deux bien orchestré par le père et la fille pour conserver un front côté extrême.

De fait, les seuls personnes à oser considérer anormal le terrorisme, à oser s’interroger sur le taux de représentation des populations d’origine étrangère dans nos écoles et dans nos villes, à oser s’interroger sur une meilleur répartition de cette population migrante, voire à penser les quotas, … sont les représentants du Front-National. Lorsque les ex-UMP devenus Les-Républicains s’y mettent, ils sont immédiatement ostracisés par leurs paires de gauche au nom d’un libéralisme qu’ils renoment néo-fascime, et qui ne voient pourtant pas la poutre dans leur oeil. Ces néo-gauchistes d’un genre nouveau, ces « bien-penseurs » qui osent interdire de penser ceux qui ne pensent pas comme eux, méprisent les lois de l’arithémique, et font fi des statistiques dont ils ne veulent entendre parler. Ils méprisent tout autant les lois du vocabulaire et des définitions que donne le Français à certaines situations. Un chat ne sera jamais autre chose qu’un chat. Eventuellement un animal. Certainement ni un oiseau ni un chien…

Depuis plusieurs années j’assiste effrayé à la lente agonie des chrétiens d’orient. Et je me rappelle qu’Hitler a testé sa solution finale sur sa propre population très chrétienne d’aliénés mentaux, et n’a trouvé aucune opposition à son comportement, ce qui l’a encouragé à agir de même avec les Juifs, les Homosexuels et les Tziganes. Dont tout le monde se fichait. Et je me dis que l’Histoire ne nous a rien appris. Que si l’Europe Chrétienne ignore la souffrance des Chrétiens d’Orient, quasiment le berceau de leur civilisation, elle ne lèvera pas le moindre doigt pour Israël et le peuple Juif. Que s’il fallait s’indigner ce serait maintenant. Contre ces populations de Yazidis étranglées. Contre ces filles chrétiennes vendues en esclavage sexuel, pour un tarif connu et public, et dont le sort n’émeut plus personne hormis un Juif Américain qui passe une partie de sa fortune à racheter ces jeunes filles pour les libérer de leurs chaînes, les sauver de leur sort de chaîr à désirs de dégénérés islamisés, et les renvoyer à leurs familles.

Depuis presque une année, j’assiste impuissant au spectacle infâmant de nos dirigeants qui se laissent envahir par les réfugiés africains et moyen-orientaux sans anticiper la situation ni mettre en place la moindre initiative pour endiguer le flot. Or l’invasion a commencé. Non pas une invation militaire, mais un afflux massif de clandestins économiques, dont une partie peut se revendiquer du droit des réfugiés quittant les zones de conflit que l’on connaît. J’assiste à la mort de centaines de milliers de candidats à l’immigration clandestine, poussés par l’idée que le traitement qu’ils auront en Europe, même sans travail, y sera meilleur que ce qu’ils pourraient tenter dans leur pays en y travaillant de leurs mains. Et je peste contre ce mythe du pays l’étranger serait rasé gratis, nourrit et logé, et soigné aux frais de la collectivité qui ne lui doit rien. Et je me demande pourquoi les Emirats ne prennent pas leur écot de leurs frères affamés. Et je me doute de leur raisons. Emirats, riches, mais égoïstes et pas foux. Leur puissance, ils la font sur le dos de leurs esclaves, précisément.

Bref, depuis plus d’une année (en fait depuis près de 14 ans, depuis que ces avions sont allés percuter les tours ce 11 septembre 2001, il fera 14 ans dans 18 jours ce jour-ci) je constate le désarmement progressif de la France et de l’Europe face à tous nos périls.

Incapables de nous défendre seuls nous continuons à envoyer des troupes sur tous les conflits de la planète.

Incapables de financer nos équipements de sécurité militaire, nous ne réclamons pas des pays que nous aidons la moindre participation financière ou la moindre contrepartie économique, comme le font nos amis américains.

Incapables de contenir les populations migrantes venant chez nous, nous nous contentons de leur donner des droits sociaux. Ce qui est tout à notre honneur. Mais ce qui affaiblit d’autant la valeur de notre citoyenneté, car ces droits sont attribués sans aucune contrepartie. C’est la guerre des SOCII, à la veille de la chute de l’empire Romain…

Incapables de limiter les populations migrantes, nous en sommes à réclamer de nos voisins de l’espace Schengen qu’ils accueillent leur lot de réfugiés.

Incapable de contrôler nos populations, nous évitons les sujets qui fâchent. Impossible de parler d’Islam sans être taxé d’Islamophobie. Impossible de parler d’Israël sans être soumis au Boycott illicite du BDS. Impossible de nommer le nom des terroristes ou des délinquants, sans risquer d’être incendié pour incitation à la haine raciale, au nom du fameux « pas d’amalgame », et du non moins fameux « chances pour la france ».

Et après? Nahdin’ la France? Qui remarque qu’ils sont des millions, investisseurs, forces vives de la nation, à avoir quitté la France. Soit par peur fiscale (peur ressentie comme légitime par tous les médias, l’exil fiscal étant joli), soit par peur raciale (crainte réelle des populations juives qui ont été confrontées à 15 ans de monté brutale de l’antisémitisme, totalement déniée par les même médias, l’exil de survie n’étant acceptable que s’il s’agit de venir en France).

Et après? Le désarmement moral n’a pas de limites. La Garde des Sottes, qui n’en n’est pas à une bêtise près, appèle à plus de clémence pour le délit gravissime de conduite sans permis au tout début des chassés croisés estivaux. Résultat : augmentation de 10% des morts!
Et la Justice sous Taubira en a une incommensurable! Elle condamne à de la prison les personnes qui se sont interposées pour éviter un viol. Faisant fi du principe de légitime défense!

Et après? Il a fallu que ce soient des américains qui viennent nous sauver « notre petit cul de blanc » dans le Thalys, alors qu’une « Chance-pour-la-France » (à moins qu’il ne s’agisse d’un « Pas-d’amalgame ») s’apprêtait joyeusement à massacrer tout un traint à coups de chargeurs de kalashnikof… Et que ce soient eux qui nous donnent une leçon de civisme en direct, en nous invisant à réagir spontannément aux agressions autrement qu’en se planquant. Soyons clairs, si vous cherchez un héros, ne regardez pas de notre côté…

 

Parceque j’aime la France, je continue à me battre pour ses principes, sa culture, nos ancêtres les gaulois… Mais parceque je sais compter, et que je suis réaliste, je vais demander un port d’arme et acheter un gilet pare-balle. Celà ne coûte que 600 €…

2Kismokton?

Toujours des Français. Mais plus de moi!

Ariel DAHAN

Notations à l’école & au collège : Peillon veut les supprimer – Le retour des vieilles lunes gauchistes!

Dans mon précédent article, je disais « presque » du bien de Vincent Peillon, en ce qui concerne son idée de réintroduire la morale à l’école (après que la gauche ait hurlé au retour à l’ordre moral lorsque Sarkozy y a réintroduit l’instruction civique – les mots de gauche ne sont visiblement pas ceux de droite).

Làs ! Peillon se commet dans les vieilles lunes de la gauche lénifiante à nouveau, en invitant à la suppression de la notation des élèves, école et collège.

Quelle bête idée! Quelle urgence y a t’il à détruire le système d’évaluation existant depuis un siècle ?

Analyse de texe:

  • Les élèves seraient « malheureux » d’être notés sur 20, plutôt que sur 5 lettres ou pas du tout.
  • Pire, ils seraient les plus malheureux du monde, à part peut-être les japonais, notés sur 100.

Fichtre! Mais que font les services sociaux? Faut-il dénoncer ces professeurs qui maltraitent nos enfants en leur inculquant les fondamentaux éducatifs? Faire un signalement? Appeler l’IGAS? L’Inspecteur d’Académie?

2kismokton!

Je tremble de rage lorsque je lis des sociologues auto-intitulés spécialistes de la jeunesse, tels Michel FIZE, qui viennent dire (métro 3/09/2012 p5) que:

  • la notation n’a aucune utilité avant le lycée
  • la notation « meurtrit » les enfants qui subissent les mauvaises notes
  • la mauvaise note est « décourageante, frustrante, démotivante » (sic!)
  • la notation « crée un système de compétition, de classement, qui n’a absolument pas sa place à l’école primaire, ni même au collège » (re-sic!)
  • la notation est un obstacle pour ceux en bas de l’échelle
  • il faut retarder le plus longtemps possible la notation
  • il faut supprimer la compétition qui stresse les élèves.

2kismokton!

Face à de telles âneries il faut bien réagir.

Eliminer la compétition de l’école et du collège? C’est un non-sens extraordinaire. FIZE veut nous faire croire qu’en supprimant les notations on éliminera les faibles? Certainement, on ne pourra plus les distinguer. Mais ils seront toujours présents et leurs difficultés d’acquisition seront toujours identiques.

Alors que les JO Paralympiques tournent à plein régime, et que le message véhiculé par les paralympiques transcende les différences, montrant qu’une personne handicapée peut dépasser son handicap et avoir des résultats sportifs meilleurs que le commun des mortels, voilà que l’on cherche à nouveau à démotiver le peuple, en anihilant sa volonté combative dès l’école.
Ce serait une exception inconcevable d’écarter la compétition de l’enseignement. Car elle est présente à tous les niveaux de la vie sociale du jeune enfant.
Elle se trouve naturellement dans les cours de récréation où les enfants se confrontent,

  • Sport: Elle se retrouve sur les stades ou dans les gymnases, en temps scolaire ou extrascolaire, où tous les sports (sauf le yoga) prévoient un mode de classement issu d’un affrontement compétitif;
  • Loisirs: Elle se retrouve en temps extra-scolaire, dans les clubs d’échec, de dongeons & dragons d’antan ou de jeux en réseau d’aujourd’hui, où chaqun recherche le bonheur ultime de la victoire unique, écrasante, contre l’adversaire;
  • Détente: Elle revient le soir en prime-time avec les concours de danse, de chant, de cuisine…
  • Economie: Elle se retrouve au quotidien économique du matin avec le classement des banques et des pays. AAA n’est pas donné qu’à l’andouillette. La France l’a perdu, et tout le monde a compris que les Etats venaient en compétition pour la ressource « financière ».
  • Ainsi, la compétition n’est que l’expression la plus pure de la lutte pour la vie, du « strugle for life ». Elle permet à chacun de monter, de donner le meilleur de lui-même.

Et Michel FIZE vient nous dire que c’est mal? 2kismokton! A l’en croire, la compétition devrait être exclue du seul domaine intellectuel, alors qu’elle existe partout ailleurs. Et pourquoi? Simplement parce que la compétition suppose qu’il existe des personnes moins bien notées que d’autres!

Raisonnement stupide au possible, qui rappelle le « je n’aime pas les riches » de Hollande ainsi que l’aboulie socialiste qui s’autopersuade qu’on peut faire disparaître la pauvreté en réduisant la richesse…!

Et non! Mauvaise nouvelle, la connerie ne disparaît pas lorsqu’on interdit l’intelligence. Sinon, il y aurait quelques siècles qu’on se serait tous fait trépanner!

2kismokton? De vous, de moi, de nos enfants, de tous! Il faut résister à l’imbécilité montante. Aux armes, citoyens! Montez vos compétitions!