Politique du logement : une politique de Gribouille

Politique du logement: une politique de Gribouile!

La politique du logement mise en place par le gouvernemant Ayrault et Cécile Duflot ressemble à s’y méprendre à une politique de Gribouille:

  • Annulation de la loi sur l’augmentation de 30% des droits à contruire
  • Prévision incantatoire de 50.000 nouveaux logements

Le projet de loi évoqué par Cédcile DUFLOT pour lutter contre la pénurie, essentiellement en Ile-de-France, prévoit la cession de 930 terrains du patrimoine de l’Etat. Dont 350 en région parisienne. Soit une moyenne de 54 logements par terrain, là où l’on sait pertinament que la moyenne de logements par terrain en région parisienne atteind difficilement les 30 logements, ce qui est déjà considérable (30 logements, signifiant des immeubles de 8 étages ayant en moyenne 4 appartements par pallier, ce qui est loin d’être la norme francilienne, ne serait-ce que pour des questions de hauteur et de droit à construire, précisément).

A Paris, on évoque 59 hectares de terrains cessibles identifiés, qui, pour le ministre du logement, représenteraient 8050 logements.

Calcul : 1 Ha = 10.000 m2. Soit une surface constructible de 59.000 m2.
Or, le plan d’occupation des sols prévoit un COS de 3. Soit pour 1m2 au sol, 3m2 autorisés en construction, surface incluant les oeuvres brutes.
Soit 177.000 m2 de surface habitable.
Soit 2.212 logements de 80m2 (norme pour un logement familial de 4 personnes).

Pour y faire tenir 8050 logements, il faut construire des logements de … 22 m2!

Des studios! Voilà ce que propose Cécile DUFLOT pour lutter contre la pénurie de logements : créer 8050 studios de 22 m2!

Abrogation de la loi sur les droits à construire : Alors que la loi votée l’an passé par le gouvernement Fillon aurait permis d’augmenter de 30% les droits à construire partout en France, y compris en Ile-de-France, ce qui, en passant le COS de 3 à 4, aurait permis à l’initiative privée de multiplier d’1/3 la surface constructible actuelle.

Soyons honêtes, tous les immeubles n’auraient pas été surélevés de 2 étages. Mais les promoteurs auraient pu augmenter leurs projets d’un ou deux étages sociaux, ou, dans une logique de réhabilitation, rajouter un étage aux immeubles collectifs déjà existants.

Et là, soyez certains que les 50.000 logements auraient largement été atteints, puisqu’il a été prouvé que l’initiative privée a permis de créer 100.000 logements!

Car la difficulté pour créer des logements, ce n’est pas le financement, ni la vente. C’est bien le foncier, devenu trop cher car introuvable, ou devenu trop compliqué à construire en raison des règles d’urbanisme qui, le plus souvent, ne servent qu’à préserver une vue.

Jouer les méchantes :Cécile Duflot peut toujours jouer les méchantes en durcissant les obligations des communes de +50.000 habitants, qui doivent augmenter le seul de logements sociaux à 25% en 2025, ou subir des pénalités multipliées par 5, mais si aucun terrain n’existe, on ne voit pas bien comment les logements sortiront de terre! Sauf à faire des hôtels-cabine et à appeler celà des logements. Après tout, le gouvernement Ayrault essaye bien de nous faire passer 8050 studios pour des « logements ».

2kismokton?
Comme d’habitude : du peuple.

 

La France immobile – art d’Etat nouveau « normal »?

Inquiétude ! Tous les professionnels, de toutes les professions, et tous les corps intérmédiaires, sont unanimes à dire qu’il est urgent de prendre des décisions techniques, et de sortir de la politique incantatoire. Et pourtant, 4 mois ont passé depuis l’élection de François Hollande, et toujours aucune ébauche de contenu concret pour habiller les mots creux des promesses électorales.

  • Toujours pas de trame de loi de finance pour 2013.
  • Aucune promesse fiscale n’est budgétisée.
  • La réduction de 5 centimes sur les produits pétroliers correspond à 1 Mrd de supplément d’impôt, non-encore affecté
  • Le taux d’IR guillotine à 75% des revenus passé 1M° d’€uros n’est toujours pas explicité techniquement.

Pire!  Il semblerait que cette proposition de campagne ne soit même pas soutenue par le gouvernement aujourd’hui. Ce qui ferait de la promesse « phare » de Hollande l’escroquerie politique la plus rapide de l’histoire (celà étant je ne suis pas pressé).

Et pendant ce temps, les investisseurs attendent. Ce n’est pas qu’il n’y a pas d’argent. Il y en a. Mais les investisseurs sont prêts à investir à un taux négatif, pour conserver leur argent liquide tant la politique française est imprévisible!

Et pendant ce temps, les difficultés économiques se multiplient, les entreprises licencient. Les ménages se mettent en défaut bancaire. Les loyers commentent à ne plus être payés, et les crédits immobiliers partent en contentieux. Dans 12 mois, 24 mois au maximum, l’immobilier va connaître sa crise maximale, lorsque les stabilisateurs automatiques (loi sur le crédit immobilier, délais de paiement…) seront épuisés. Les saisies vont se multiplier, et le marché immobilier se retrouver au niveau de 1992.

Et pendant ce temps, les autres pays du monde adoptent des mesures de réalisme économique.

Et pendant ce temps, les destructions des camps ROMS se poursuivent. EN une semaine, plus de 500 Roms ont été délogés. A l’encontre de tous les discours moralisateurs pris contre le gouvernement sortant accusé de racisme. A l’encontre des promesses de campagne, qui une fois de plus n’engagent que ceux qui y croient.

Combien de temps seront nous la risée du monde? Combien de temps « France » signifiera immobilisme?

Même sur le plan international, François Hollande est à la ramasse. Il n’a rien vu pendant ses vacances. Rien dit sur les massacres en Syrie. Rien compris aux violences asymétriques et à la responsabilité des Frères Musulmans.  Et depuis qu’il assumeau nom de la France la présidence du Conseil de Sécurité de l’ONU, sa seule proposition est de réformer le droit de véto des 5 membres permanents (dont la France). De l’art de se tirer une balle dans le c.. – pardon – dans le pied!

Sans même le réaliser, François Hollande ouvre un boulevard à la contestation extrêmiste, qui pourra entoner l’air du « tous incompétents » sinon tous pourris. De quoi provoquer un raz-de-marée communiste et frontiste aux prochaines municipales – en 2014!

2kismokton? Du peuple, comme d’habitude. De toi, lecteur!

Anthropologie, institution du mariage et union entre couples de même sexe

En réponse à un article de Mme Roselyne Bachelot publié sur le Huff, en faveur du mariage homosexuel, au motif de la modernisation de la société:

Ca ne marche pas simplement comme ça. Le mariage, ce n’est pas simplement une union patrimoniale. C’est également une institution qui permet de donner des droits dits « légitimes » à  certains effets de ce mariage.

Le mariage, c’est aussi, et accessoirement, un moyen de gérer une filiation. Le mariage permet au mari d’une femme d’être le père « légitime » de plein droit de tous ses enfants nés dans le mariage. Sans avoir à  s’inquiéter de la moindre formalité de reconnaissance, ou de vérifier si l’enfant est de lui ou pas.

Qu’en sera t’il de la femme de la mère dans un mariage bi? On le sait, elle ne peut pas être le parent légitime automatique de l’enfant conçu pendant le mariage, puisque cet enfant est issu des oeuvres de sa femme et d’un concurrent masculin. Comment appèlera-t’on cette filliation étrange?

Loin de donner les mêmes droits, le mariage homosexuel va agraver les inégalités. Non pas celles des amants voulant convoler en plus de copuler. Mais essentiellement celles des enfants issus de ces unions contre-nature, de ces unions impossibles, vouées à  une stérilité biologique naturelle.

Que dire à  un enfant dont le père existe forcément, mais n’apparaît nulle part, parce que le conjoint de sa mère … est une femme?
Et que dire des hommes qui se trouveraient nécessairement discriminés dans leurs droits dans cette situation?

Définitivement, et hors sentiments, le mariage homosexuel est un très mauvais concept au sens juridique et sociétal.
Lire l’article au Huffington Post

Pourquoi la crise syrienne échappe à la compréhension occidentale

Pourquoi la crise syrienne échappe à la compréhension occidentale

  La guerre civile syrienne n’est pas une guerre de « révolution » des masses opprimées. Ce n’est pas une « marche » vers la liberté, ni un « printemps arabe ». C’est une guerre de religions. Et l’Occident d’avant 45 y a sa part de responsabilité – comme partout au Proche-Orient.

 Origine du conflit : un conflit ethnique et de religion

La guerre civile n’oppose pas « le peuple » d’un côté contre l’armée fidèle à Bachar el Assad de l’autre. On aimerait le croire. Ce serait plus simple, sur le même modèle que la Lybie ou l’Egypte. Mais ce n’est pas le cas.

La Syrie est un pays multiconfessionnel, composé de Chiites, de Sunnites (60%), de Druzes, et d’Alaouites, outre des Chrétiens et des Juifs oubliés. Or la guerre civile oppose les partisans des « frères musulmans » d’obédience sunnite aux Alaouites. Elle a commencé en février 1982 à Hama, par la tentative des Frères Musulmans de prendre le pouvoir par la violence armée – tentative réprimée avec le tact et la délicatesse que l’on connaît dans la région : Hafez el Assad envoie la troupe qui pilonne la ville de Hama pendant 20 jours. Les combats génèreront 20.000 morts dans la population civile, et plus de 3.000 militaires tués et 5.000 blessés. Preuve de la violence du combat des deux côtés. Une partie des victimes civiles sont probablement des victimes collatérales d’une guérilla urbaine mise en place par les Frères Musulmans qui se fondent dans la population civile pour avoir des boucliers humains. Le journaliste britannique Patrick Seale, seul observateur à être entré dans Hama pendant les combats, témoigne pour « The Observer » et analyse les massacres ainsi :

« Dans les combats de Hama, la volonté des Frères musulmans de combattre jusqu’à la mort a rencontré la même volonté de la part des défenseurs du régime. » (The Observer 7 mai 1982) http://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_de_Hama

La Syrie publie un communiqué international, reproduit dans Le Monde du 25 février 1982, en ces termes :

« La ville a été réveillée en sursaut le 3 février, à 1h du matin, par le bruit de fusillades des Frères musulmans contre des mosquées, des maisons et des passants. Les Frères musulmans ont décimé des familles entières, hommes, femmes et enfants, abattant brutalement tous les citoyens de Hama qui refusaient de leur ouvrir la porte pour leur offrir l’asile. Ils ont attaqué nos camarades alors qu’ils dormaient paisiblement dans leurs lits, tuant, autant qu’ils ont pu, leurs femmes et leurs enfants, puis comme des enragés, ils ont mutilé les corps des martyrs dans la rue »

Communiqué publié le 24 février, reproduit dans « La Syrie reconnaît pour la première fois la gravité des affrontements à Hama », Le Monde, 25 février 1982. (http://www.laviedesidees.fr/Trente-ans-apres-retour-sur-la.html#nb3)

La « guerre sainte » a été déclarée dans Hama, et les partisans alaouites ont très rapidement été exécutés. Plus d’une centaine d’exécutions sommaires ont eu lieu dans la ville le premier jour.

Cette explication a été contestée à l’époque. Le fait est que la violence inouïe des Frères Musulmans dans d’autres situations et dans d’autres lieux – notamment à Gaza à l’occasion de la prise de pouvoir du Hamas contre l’Autorité palestinienne – a été constatée de manière strictement identique, rendant très plausible la violence initiale affirmée par la Syrie ;

 

Hafez el-Assad ayant « pacifié » son pays avec la même délicatesse que le roi Hussein de Jordanie, la communauté internationale n’intervint pas. Les frères musulmans furent exilés dans les pays qui les acceptèrent. Dont l’Iran, le Liban…

Le conflit renaît à partir d’une initiative politique des Frères Musulmans le 1er décembre 2007 avec la « Déclaration de Damas pour le changement national démocratique ». Cette démarche politique, qui fera choux blanc en Syrie, sera reprise dans l’ensemble des pays arabes à partir de 2009. Elle mènera au changement démocratique de gouvernement en Turquie, à la révolution de Jasmin en Tunisie, à la chute de Moubarak en Égypte, à libération de la Lybie, aux tentatives de déstabilisation du Maroc, et in-fine à la guerre civile en Syrie.

L’Humanité titrait le 28 mars 2011 : « La Syrie, un pays guetté par le conflit interconfessionnel » (http://www.humanite.fr/28_03_2011-%C2%AB-la-syrie-un-pays-guett%C3%A9-par-le-conflit-interconfessionnel-%C2%BB-468830)

 

Pourquoi ce conflit de religion ?

Le chiisme alaouite est très ancien. Il remonte à 859 de l’ère chrétienne, date à laquelle une nouvelle révélation est donnée à Muhammad Ibn Nusayr al-Namîri al-`Abdi. Mon propos n’est pas de détailler la différence entre les doctrines sunnite et alaouite. Il suffira de préciser que le chiisme alaouite a été combattu violemment à partir du XIIIème siècle. La minorité alaouite sera opprimée à raison de l’apostat que sa doctrine suppose. La plupart des alaouites seront réduits à l’esclavage – souvent un esclavage sexuel pour les jeune femmes, et la plupart du temps un enrôlement contraint dans les armées pour les hommes.

 Cette dhîmitude perdurera jusqu’en 1920/1930 où l’occidentalisation du pays et la création de partis politiques permettra aux alaouites de monter progressivement en puissance et d’accéder aux commandes du pays, appuyés par le parti Baas et l’armée.

 Après la chute de l’empire ottoman, la Syrie sous mandat SDN est confiée à la France, qui développe l’idée d’un « territoire des alaouites » pour contrer le nationalisme arabe sunnite. C’est naturellement vers les alaouites que les clefs du pouvoir de la Syrie vont être confiées.

 Hafez El-Assad arrive au pouvoir par un parcours élitiste, mais miséreux. Ses parents – alaouites – étaient au bas de l’échelle sociale. Il s’inscrira à l’école militaire pour avoir accès à l’université. Elève brillant, il monte très rapidement dans la hiérarchie militaire. Nommé chef d’État Major de l’Armée de l’Air en 1964 par la coalition des partis Baas & Gauche. Bien que la république syrienne soit constitutionnellement dirigée par un musulman sunnite, c’est en fait une minorité alaouite qui dirige le pays à partir de 64. Il devient Ministre de la Défense en 1966 et participe à la montée en puissance de la coalition arabe contre Israël. En 1973, après l’échec syrien de la Guerre de 6 jours, et l’échec de l’intervention syrienne dans le massacre jordanien du « septembre noir » en Jordanie, Hafez el-Assad profite des tensions idéologiques au sein du Baas pour prendre le pouvoir. Il hérite d’un régime dictatorial dont il profite amplement.

 La tentative avortée des Frères musulmans de reprendre le pouvoir en février 80 (Hama) consacre la nécessité pour Hafez el-Assad de maintenir un régime autoritaire.

 Dès 1989, les commentateurs prennent conscience de la fragilité intrinsèque du régime syrien, en raison du fait qu’il est tenu par une minorité alaouite qui se venge de siècles d’oppression sunnite. Ainsi Daniel Pipes conclut en des termes extraordinairement prémonitoire un long article sur la conquête du pouvoir par les alaouites :

« Il semble inévitable que les Alaouites – qui restent une minorité petite et méprisée, en dépit de toute leur puissance actuelle – finiront par perdre leur contrôle sur la Syrie. Lorsque cela se produira, il est probable que les conflits qui à tous les niveaux seront communautaires les abattront, avec la bataille décisive ayant lieu entre les dirigeants alaouites et la majorité sunnite. En ce sens, la chute des Alaouites- que ce soit par des assassinats de hautes personnalités, un coup d’Etat de palais, ou une révolte régionale – est susceptible de ressembler à leur ascension. » : La conquête alaouite du pouvoir en Syrie (The Alawi Capture of Power in Syria) – Middle Eastern Studies 1989 –(http://fr.danielpipes.org/9655/conquete-alaouite-syrie)

23 ans après, il semble que Daniel Pipes avait vu juste ! Les combats que nous connaissons en Syrie sont la réaction sunnite à l’exercice du pouvoir autoritaire d’une minorité alaouite qui a été contrainte de combattre les volontés politiques des « Frères Musulmans ».

 Si le conflit apparaît religieux, c’est essentiellement parce que les « Frères Musulmans » ont érigé le combat en combat religieux. Côté « Frères Musulmans », c’est une guerre sainte pour imposer leur version de la religion à la Syrie – ou aux autres pays qu’ils traversent. Mais ne nous y trompons pas, du côté de la minorité alaouite c’est un combat pour leur liberté et sur survie qui se mène actuellement en Syrie.

 Nous avons donc affaire à une double guerre civile :

  • –         Guerre politique de la minorité alaouite et du parti Baas contre la majorité sunnite pour conserver le pouvoir – et la liberté qui y est associée
  • –         Guerre de religion des « Frères musulmans »
  • –         Guerre civile subie par la population civile, prise entre le marteau gouvernemental et l’enclume des « Frères ».

 Dans l’un ou l’autre des cas, la population civile subit des exactions intolérables. Mais la vrai question est de savoir qui en est le plus responsable.

 Rappelons-nous que les alaouites ont été persécutés sans limite par les sunnites pendant 800 ans ! Ce qui explique leurs réticences à opérer une transition démocratique en faveur de la majorité sunnite, dans un climat de persécutions religieuses majeures qui frappent les minorités chrétiennes et non-sunnites partout où les « Frères musulmans » prennent le pouvoir. Voir aussi l’article de Marius Deeb, pour Global Post, traduit par JOLPress : http://www.jolpress.com/article/pas-de-printemps-arabe-en-syrie-juste-une-guerre-de-religion-alaouite-sunnite-chiite-bachar-al-assad-iran-hezbollah-israel-812524.html

 En ce sens, il s’agit d’une résistance à l’oppression des « Frères ». Une résistance « anticipée ».

 Cette « guerre par procuration » entre les grands blocs politico-religieux fait évidemment intervenir l’Iran aux premières loges, et les Frères Musulmans comme bras armé.

Elle est susceptible de s’étendre dans la région et notamment au Liban où les affrontements armés entre les populations sunnites et alaouites se font de plus en plus fréquentes et violentes.

Ainsi, les 12 et 13 mai 2012, des combats violents ont opposé alaouites et sunnites à Tripoli, au Liban, et France24 titrait « Le conflit syrien s’exporte au Liban et plonge Tripoli dans la « guérilla urbaine » » le 15 mai 2012. http://observers.france24.com/fr/content/20120515-liban-tripoli-conflit-syrien-guerilla-urbaine-alaouite-sunnite-bachar

 Ainsi, le 21 aout 2012, des hommes armés originaires du quartier sunnite de Bab al Tabbaneh et du quartier alaouite de Djebel Mosen ont échangé des coups de feu et ont lancé des grenades dans la nuit de lundi à mardi, à Tripoli, nord du Liban. Une dizaine de victimes civiles sont à déplorer. http://www.dailymotion.com/video/xsyjn6_heurts-entre-communautes-sunnite-et-alaouite-au-liban_news

 

Comment l’Occident doit comprendre ces événements ?

L’Occident, pétri des bons sentiments judéo-chrétiens qu’il développe depuis des millénaires, ne peut s’empêcher de considérer la cause du faible comme étant la cause juste.

 Or, le faible apparaît ici être la majorité sunnite, et les frères musulmans, puisqu’ils s’affrontent à l’armée gouvernementale syrienne, dans les circonstances de violence qui semblent, selon les observateurs, particulièrement asymétriques.

 La cause des loyalistes syriens apparaît donc, aux yeux de l’occident, comme fondamentalement injuste.

  • Injuste parce que le combat est asymétrique.
  • Injuste parce que les victimes sont des populations civiles.

 Mais il faut relire ce conflit en ayant à l’esprit la manipulation médiatique qu’en font les Frères Musulmans. Ceux-ci – pour information – pratiquent la guérilla urbaine, l’attentat aveugle, et se cachent derrière les populations civiles. Israël a déjà fait les frais de cette méthode. Pour atteindre les combattants armés, il faut viser des boucliers humains civils, pris en otage.

 Alors, vu à l’aune d’un conflit séculaire opposant une minorité opprimée (les alaouites) à une majorité opprimante (les sunnites), on est en droit de relire le conflit et de s’interroger sur la question de savoir quel est le camp qu’il faut soutenir ou aider.

 Bien évidemment, l’humanitaire n’a pas de camp. L’idée principale est que les combats doivent cesser, et que les populations civiles soient épargnées.

Mais répondons d’abord à la question :

  • –         Qui se cache derrière les populations civiles ?
  • –         Qui les prend en otage ?
  • –         Qui maintient un climat insurrectionnel en procédant à des attentats visant les proches du dirigeant ?

Une seule et même réponse : les Frères Musulmans.

 Sans leur imputer tous les torts dans ce conflit où l’élément commun est que la violence est exercée de part et d’autre sans discernement, force est de constater qu’ils en sont à l’origine, qu’ils le maintiennent et qu’ils le perpétuent avec un talent et une maestria inégalée.

 Il est donc urgent que l’Occident revoie ce conflit et adopte une position plus en conformité avec ses propres intérêts !

Bien évidemment, il ne faut pas que des armes circulent.
Bien évidemment, il ne faut pas qu’on impose un changement de régime!
C’est au peuple de faire sa propre révolution. Mais à condition d’assurer une transition démocratique. Or la Syrie n’en prend pas vraiment le chemin !

Roms d’Evry : le campement insalubre que le maire Valls a laissé créer, et que le Ministre de l’intérieur Valls fait évacuer.

L’évacuation du campement de roms d’Evry ce lundi 27 août est certainement républicaine et conforme à la nécessité. Néanmoins elle laisse un arrière-goût très amère à tous!

En effet, le maire de Evry en exercice, qui a laissé ce campement illégal s’installer sans réagir n’est autre que Manuel Valls, le même qui, devenu Ministre de l’Intérieur, les fait expulser à tour de bras au nom de l’humanisme socialiste!

Alors que Manuel VALLS avait tout pouvoir en tant que maire de la ville pour le faire expulser (le maire ayant le contrôle de la police municipale et de la police sanitaire…), il l’a laissé s’installer et croitre en violation des règles d’hygiène et de salubrité dont il est le premier garant et le premier responsable!

Faut-il donc que tous les maires se fassent investir ministre de l’intérieur pour qu’ils retrouvent la voie de la raison? et l’exécution des responsabilités liés à leurs fonctions?

2kismokton!

Roms, politique de la ville et différence entre Valls-Hollande & Sarkozy

Il en est des opérations de sécurité et de salubrité publique comme de la politique. Ce qui était conspué par la gauche sous le gouvernement Sarkozy devient « normal » lorsque c’est Valls qui le fait! Nécessairement, puisqu’il est de gauche!

2kismokton?

Ainsi, contrairement à ses promesses électorales de proposer des solutions alternatives viables en cas de démantèlement des camps de Roms, François Hollande, Jean-Marc Ayraut et Manuel Valls ont décidé d’adopter la méthode expéditive mise en place par la droite. Sans pour autant subir d’invectives des partis de gauche, ceux qui se prétendent « humanistes » ou « de progrès ». Par quel miracle lexical la mythologie socialiste parvient-elle toujours à faire évoluer le dictionnaire?

– D’une part, les expulsions des camps de Roms ont bien eu lieu, manu-militari, sous la conduire du ministre de l’intérieur Manuel Valls.
– D’autre part, aucune proposition alternative n’a été encore proposée.

 Mais surtout, l’intervention policière pour évacuer les campements illicites d’Hellemmes et de Villeneuve-d’Ascq a été spécifiquement demandée par la communauté urbaine de Lille (dont Martine Aubry en est le représentant) et par l’Etat, qui en sont les propriétaires.

Martine Aubry s’explique sur cette demande intervention dans « Le Monde » en ces termes:

« Les riverains étaient victimes de vols et de rackets et il y avait des problèmes d’insalubrité. Mais maintenant, nous travaillons à trouver une solution. Il y a une urgence à trouver un terrain pour ces familles et on travaille en ce sens main dans la main avec le préfet de région ».

Tout est dit. On ne peut pas trouver de meilleure explication à cette intervention. Tout comme à celles – pourtant contestées – mises en oeuvre du temps de Nicolas Sarkozy. C’était – c’est toujours – pour des questions de salubrité et de sécurité publique (risque d’incendie, de maladies) pour de trouble à l’ordre public (vols, rackets…) que les camps Roms ont été démantelés.

Pire! L’évacuation du dernier camp de Roms d’Evry  ce week-end se déroule à l’intérieur même du territoire municipal sur lequel M. Manuel VALLS avait la responsabilité en tant que maire avant de devenir Ministre de l’Intérieur. Territoire sur lequel, en vertu de ses pouvoirs de police, il avait toute lattitude pour faire évacuer ces campements. Territoire sur lequel, en violation avec ses obligations de police administrative, il a laissé se développer un camp anarchique dans des conditions d’insalubrité inadmissibles.

Alors, à quoi sommes-nous en train d’assister? Tout simplement à une manipulation de l’opinion publique. Les mêmes comportements, motivés par les mêmes impératifs de sécurité et d’ordre public, sont conspués puis repris comme « normaux ».

La nouvelle grammaire socialiste est très simple ! Elle est active/passive:

Toute action politique proposée par la droite est qualifiée de « mauvaise », de « liberticide ».
Toute action politique proposée par la gauche est nécessairement « bonne », « humaniste », « de progrès »…

Il faut suivre! Au panthéon des socialistes, l’hônêteté intellectuelle a été déposée en fosse commune.

2kismokton!

Le Paris-Beyrouth d’Air France dérouté sur Damas

L’information a très largement été relayée : le vol Air France Paris/Beyrouth, qui arrivait en approche de Beyrouth, a été dérouté vers la Chypre par le contrôle aérien compte tenu des violences ethniques qui s’y déroulaient.

Hélas, avion à sec de kérosène, il ne pouvait pas se dérouter sur une telle distance. Il fallait donc lui trouver une autre destination. Ce fût Damas, Syrie. En pleine guerre civile!

Si tous les commentateurs se consentrent essentiellement sur le fait que le Commandant de Bord a taxé ses passagers de 15000 € pour payer le plein de carburant à Damas, je constate que personne ne met le doigt là où ça fait réellement mal!

1- Pourquoi un avion arrivant à la fin d’un vol de 4 heures se trouve à sec de carburant, alors que la norme de sécurité est de conserver un 1/2 plein à l’arrivée? Il aurait du pouvoir voler encore 2 heures!

2- Pourquoi un contrôle aérien (fût-il libanais) déroute un avion civil vers une zone de guerre civile? N’y avait-il pas d’autres aéroports en Turquie? En Israël? Des aéroports qui auraient permis un atterrissage « safe » pour l’avion, l’équipage et ses passagers? On voit là les premières conséquences qui ont failli être désastreuses de la politique de boycott d’Israël par les pays arabes. En effet, Israël n’apparait jamais sur les cartes aériennes locales!

3- Pourquoi Air-France ne communique t’il pas sur ce double problème de la violation des règles de sécurité (sur l’emport minimum de carburant) et sur le boycott (illégal) d’un pays démocratique?

2kismokton?

Contrôle d’identité, Burqa et effet « Ramadan » à Marseille : « Normal »?

Source : http://info.sfr.fr/faits-divers/articles/burqa-controle-vire-a-emeute,1183197/

Un contrôle d’identité vire à la face policière!

Une jeune fille se promène en Niqab à Marseille à minuit le 27 juillet. Son droit le plus strict. On a vu plus con!

Mais à minuit, une patrouille de police voyant une forme noire indistincte se déplacer est légitimement fondée à procéder à un contrôle d’identité.

Hélas! La donzelle se mis à crier, et les marseillais sont descendus dans la rue: 50 héros contre la méchante patrouille de deux bleus!

Emeute, appel de renforts, trois policiers blessés, quatre émeutiers interpellés.

Puis dans la nuit, appel du parquet qui donne l’ordre de libérer les émeutiers, effet Ramadan oblige!

2kismokton! Les lois de la république, laïque et indivisible, seraient-elles différentes selon que l’on fête le Ramadan, Noël ou Kippour ?

Y a-t’il des lieux en France où la loi républicaine ne s’applique pas? Où une loi étrangère permet de troubler l’ordre public? Dans ce cas, cette loi peut-elle s’appliquer à ma propre personne? Puis-je m’affubler d’une cagoule noire, maquiller ma plaque de voiture et griller tous les radars de l’autoroute sur le chemin retour, effet « Vacances Scolaires » oblige?

2kismokton!
Il est grand temps que la société se remette en ligne.
Les obligations religieuses se gèrent dans la sphère privée. La voie publique est le lieu des obligations civiques.

Egalité professionnelle & salariale – la vision communiste ou l’horreur économique!

La proposition de loi présentée par Mme Marie-George Buffet est lourde de sens, tant elle confirme l’achaïsme des formations politiques de gauche face au monde du travail et à ses importantes mutations. voir http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion0122.asp

La lecture des motifs de cette proposition est édifiante. Pour le peuple de gauche, l’inégalité salariale entre hommes et femmes est un résultat d’une lutte de classes où la moitié masculine de la planète dominerait sa moitié féminine, et l’enfermerait dans une vision patriarcale du monde. Quelques citations pour s’en rendre compte!

« Ces écarts s’expliquent pour partie par les caractéristiques du déroulement de la carrière des femmes. À la sortie du système éducatif, les hommes et les femmes sont souvent titulaires de diplômes et de spécialités différentes. Même lorsque ce n’est pas le cas, les femmes s’insèrent dans des métiers différents, souvent moins rémunérés. »

Mais c’es bien sûr! La solution se trouve dans le choix des filières en amont. Il faut interdire aux femmes de faire les choix des études qui leur plaisent, et leur imposer des filières! Que les jeunes femmes qui s’orientent massivement vers la psycho, les études littéraires, ou le médical soient mises au pilori pour incivisme! Il faut les intégrer de force dans d’autres cursus, dans la grande tradition soviétique!

« Ces écarts salariaux s’expliquent aussi par… un recours croissant des entreprises au temps partiel. Ces contrats, occupés aux deux tiers par des femmes le plus souvent à l’initiative de l’employeur, représentent aujourd’hui 18 % des emplois au lieu de 7 % il y a trente ans. Or ils ne sont par définition pas rémunérés à taux plein, ce qui a pour conséquence de réduire le salaire disponible en fin de mois et les primes. Aussi, un grand nombre de femmes, parfois seules avec des enfants, vivent dans une grande précarité, alors que le temps partiel s’accompagne en général d’une intensification de la charge de travail ou encore d’une amplitude des horaires de travail largement supérieure à la durée légale d’une journée de travail. »

Vous oubliez simplement que le temps partiel a été autorisé par la gauche. Qu’il s’agissait d’une avancée sociale, permettant aux femmes de conserver un emploi, et de maintenir leurs priorités familiales. Je sais que je vais me faire conspuer en écrivant celà. Mais la réalité est là! Si le travail à temps partiel disparaît, les premières victimes seront essentiellement les femmes qui ne trouvent pas de place de crèche pour les enfants, ni de mode de garde le mercredi. Le passage à 80% pour se libérer le mercredi est une réalité sociologique qu’il est difficile de ne pas conserver à l’esprit.

« A contrat, diplômes, expérience et responsabilités égales, une femme gagne en moyenne 12 % de moins qu’un homme. Cette différence est directement liée au sexe des salariées : c’est parce qu’elles sont femmes qu’elles sont moins payées que les hommes. « 

Bien sûr que non. Dans la plupart des situations, les écarts de salaire s’expliquent par une capacité de négociation supérieure. Il ne faut pas regarder les écarts de salaire, mais s’interroger sur la question de savoir si le salaire minimum est couvert.

Tous les salariés ne se valent pas. Entre deux hommes, l’un aura une progression fulgurante, et l’autre pas. Est-ce discriminant? Certainement pas! Celà signifie simplement que l’employeur rémunère la compétence, ou plus exactement la capacité à négocier le salaire. Plus un salarié se voit indispensable par son supérieur et plus sa carrière progressera. Qu’il soit homme ou femme. Mais l’écart de salaires entre hommes et femmes est surtout lié au fait que les femmes revendiquent moins de hausse de salaire que les hommes.

La vrai révolution se joue ici : dans le comportement des femmes salariées. IL faut leur apprendre à revendiquer et à poursuivre l’augmentation salariale, là où le féminisme d’avant-guerre les a surtout incitées à rechercher l’ultracompétence, et la promotion technique.

« Ces inégalités ont une même cause : la domination masculine et la reproduction des schémas de domination patriarcale qu’elles contribuent à entretenir, au travail comme dans la sphère domestique. »

Tout est dit! L’ineptie communiste est en marche! En 2012, crois-t’on réellement à une domination patriarcale de l’homme sur la femme? C’est ne pas tenir compte des modifications essentielles de la société!

Aussi les 7 propositions qu’elle fait sont topiques de cette vision du travail : mettre le feu dans les relations professionnelles.

L’article 1er supprime la réduction générale de cotisations patronales lorsque l’employeur ne s’engage pas à supprimer les écarts de salaire …

L’objectif serait d’imposer aux employeurs une obligation de résultat en matière de négociation, et de la couvrir d’une « lourde » sanction financière.

L’article 2 supprime l’abattement d’assiette pour le calcul des cotisations de sécurité sociale pour les entreprises de plus de vingt salariés dont l’effectif compte, par catégorie d’emploi, plus de 15% de salariés à temps partiel.

Ainsi, pour 20 salariés, il suffirait d’un salarié 1/2 à temps partiel pour faire perdre les droits à abattement! Une révolution économique majeure de l’économie des entreprises, et à terme des licenciements en masse!

L’article 3 propose une nouvelle rédaction de l’article L2242-5-1 du code du travail : il augmente « significativement » la pénalité due lorsque les entreprises ne sont pas couvertes par un accord relatif à l’égalité salariale et professionnelle hommes-femmes.

Tout est dans le mot: Augmentation « significative » des pénalités. Le chef d’entreprises c’est l’ennemi!

L’article 4 vise à imposer que les entreprises candidates à un marché soient, à peine de nullité de leur candidature, être couvertes par un accord salarial et un accord relatif à l’égalité professionnelle.

C’est probablement le moins pénible des points de cette loi.

L’article 5 majore les cotisations sociales patronales dès que le nombre de salariés à temps partiel dépasse 1/5ème des effectifs des entreprises de plus de 20 salariés. Au nom de la protection des victimes du temps partiel « subi »!

Mais faut-il préciser que dans la fonction publique hospitalière ou dans la fonction publique territoriale, le taux de temps partiel est simplement phénoménal? Combien de maîtres d’école qui débutent en temps partiel? Combien de professeurs de lycées qui demandent un temps partiel? Combien d’infirmières, de sage-femmes, d’aide-soignants qui sont volontaires au temps partiel pendant une partie de leur fonction? (essentiellement en retour de maternité). Cet article s’appliquera-t’il à la fonction publique?

L’article 6 créée un droit à la journée continue afin de bannir la pratique des horaires fractionnés, laquelle empêche bien souvent les salariés qui les subissent de compléter leurs revenus grâce à une seconde activité.

Je n’aurais rien à y redire si l’activité le permet. Mais que dire de l’activité de la restauration, où la pause entre 3 heures et 7 heures est intégrée au mode de vie? Faut-il considérer qu’un salarié en pause pendant 4 heures devra être rémunéré?

Par ailleurs, je trouve cocasse, venant d’un parti d’extrême gauche, que l’idée de compléter ses revenus par une seconde activité soit reprise. Celà sonne étrangement proche du « travailler plus pour gagner plus » qu’avait instauré Nicolas SARKOZY en d’autres temps… mais proposé par la gauche, c’est nécessairement mieux!

L’article 7 prévoit que la prime de précarité versée au départ d’un salarié en contrat à durée déterminée est majorée lorsque celui-ci était à temps partiel.

Certainement le plus important et le plus comique! C’est « travailler moins pour gagner plus! ». Comment peut-on réussir à se regarder dans une glace avec de tels propos!

Espérons que cette proposition retournera là d’où elle n’aurait jamais du sortir : les déchets de l’idéologie de la gauche extrême!

PSA – Montebourg peut-il s’imiscer dans la gestion d’une entreprise privée ?

Un ministre peut-il demander des comptes à une entreprise privée ?

Cela fait 15 jours que Arnaud Montebourg, Ministre du redressement productif (titre très mal choisi, tellement « redressement » va de paire avec « liquidation ») a publiquement attaqué PSA pour son choix de gestion, (le plan social de 8000 salariés, même s’il fait l’effet d’une bombe à retardement dans le monde politique et social, reste un acte de gestion), et l’a sommé de lui rendre des comptes.

Je ne compte pas critiquer le choix du Président de PSA d’avoir répondu à sa convocation. IL était libre d’y aller ou pas. Rappelons simplement que le ministre n’a aucun pouvoir coercitif sur une entreprise privée, et que dans d’autres pays, une telle convocation serait très mal passée. Mais la liberté du président de PSA de déférer à la convocation ou pas suppose qu’il puisse y aller.

Ce que je critique, c’est le comportement de l’Etat face à une entreprise qui est confronté à des obligations économiques et qui aborde le plan social par stricte nécessité et non par volonté sadique.

Se séparer d’un outil de production est toujours un crève-cœur pour un industriel. Mais lorsqu’il n’est plus rentable, comme l’Usine d’Aulnay que tous les professionnels considèrent mal adaptée aux exigences actuelles, le choix fait du licenciement collectif des salariés qui y sont attachés paraît normal.

Que les salariés remettent en cause la pertinence du plan social, cela fait aussi parti de l’ordre des choses. C’est leur choix procédural. Les syndicats sont dans leur rôle. Et la justice tranchera sur la validité du plan social.

Mais lorsque l’Etat conspue publiquement le choix de gestion de l’une des sociétés du secteur industriel le plus important de France, cela pose évidemment un problème. D’ailleurs, la Bourse a immédiatement sanctionné cette réaction en fuyant le titre, qui se trouve à présent sensible à une OPA hostile d’un concurrent. Lorsque l’action du gouvernement fait chuter le cours de PSA, il y a de quoi s’inquiéter sur le niveau de réflexion de nos ministres !

Aussi, il me paraît important de rappeler les fondamentaux : nul n’a le droit de s’immiscer dans la gestion d’une entreprise, sauf à se faire condamner par le Tribunal de Commerce au titre de la gestion de fait qu’il aura imposé à l’entrepreneur. Ce type de décision a été pris pour sanction les  banques qui contraignent leurs clients et contrôlent de trop près leur activité. Mais rien n’interdit qu’il s’applique également à un Ministre, ou à son Gouvernement.

Que Montebourg se trouve poursuivi en extension du passif de PSA, pourquoi pas. Cela serait cocasse. Mais si son comportement incohérent engageait la responsabilité financière de l’Etat, ce serait le Peuple Français dans son ensemble qui payerait les pots cassés, et non plus seulement PSA et ses salariés.

Ce qui m’inquiète le plus, c’est qu’aucun commentateur politique n’ai soulevé cette incompatibilité juridique majeure. Effet vacances?

2kismokton !